Comment préserver ses rênes pour éviter la dialyse

0
7

Trois fois par semaine, Nicolas quitte son travail plus tôt pour venir faire sa dialyse à l’hôpital. Né avec une malformation du rein, il a toujours su ce qu'il en faudrait un jour. Mais c’est arrivé plus vite que prévu, après une période où il m’était mal.

Le point commun entre Nicolas et presque tous les dialysés, c’est-à-dire qu’il faut atteindre ce stade, la menace qui pèse sur les rênes est très abstraite, très facile à oublier. Elle est pourtant bien réelle pour les millions de personnes souffrant d’hypertension artérielle et de diabète. Car ces deux pathologies peuvent abîmer les micro-vaisseaux des rênes.

Déficit d'information pour les 3 millions de malades du rein

Mais ce risque est aujourd’hui sous contrôle, comme le montre une étude de l’Inserm en attente à ce moment sur 3.000 patients atteints de maladie rénale chronique. Il existe aussi un déficit d’information des patients concernés. Bénédicte Stengel, Directrice de la recherche à l’Inserm, explique par exemple que seuls 10% des personnes souffrant d’insuffisance rénale présentent des séances d’éducation thérapeutique. Alors que dans le même temps, beaucoup de choses sont mises en place dans ce domaine pour les patients greffés par exemple.

Eviter l’agression de l’état des rênes est encore possible grâce à un suivi très rapproché, au stade précoce de la maladie. Malheureusement, cet accompagnement par un néphrologue n’est pas possible aujourd’hui pour les 3 millions de patients atteints de maladie rénale chronique en France. Et il n’existe pas encore assez de réseaux spécialisés pour prendre le relais.

A lire aussi

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.