Cinq superstitions étranges qu'il ne faut pas dédaigner

0
25

Ah, superstitions! Elles sont nombreuses. Certains le voient comme des croyances vulgaires. D'autres, de vrais adages. Faut-il craindre un vendredi 13? Éviter de passer sous une échelle? Croiser les doigts? Ces préceptes sont presque devenus, pour certains, des expressions que nous utilisons quotidiennement. Connaissez-vous leur histoire? Le Figaro vous propose, grâce au livre Les origines des 100 superstitions qui hantent ou ravissent notre quotidien de Laurence Caracalla, à le découvrir.

Touchons du bois

Même les moins superstitieux utilisent la formule: "Tout va bien dans ma vie. Je touche du bois!" Certains frappent une table, une chaise, un meuble … peu importe! Tout pour les protéger d'un mauvais coup du sort. Cette croyance, petit suspect, vient de très loin. À partir du deuxième millénaire avant notre ère, pour être précis. À ce moment-là, "Les Perses ont pratiqué le mazdaïsme, une religion qui inspirera le christianisme"dit Laurence Caracalla. En effet, toucher du bois était une façon de confier son âme à Atar, le génie du feu. "Dans l'Egypte ancienne, le bois était censé répandre un magnétisme bénéfique."

Au Moyen Âge, la croyance change un peu. Les chrétiens de l'époque associent le bois à la croix sur laquelle Jésus-Christ périt. "Le toucher est devenu une prière, un moyen de se protéger du malheur." Ainsi, les malchanceux auront peut-être raison de suivre ce précepte …

Renverser du sel sur la table

Cette superstition est peut-être moins répandue. Maintenant, cela devrait probablement être le fait: répandre du sel sur la table peut être un signe de "Combattez avec l'ami devant vous". Prends soin de toi! Sachez que si, malheureusement, ce malheur devait vous arriver, il est nécessaire de conjurer le sort, de saisir des graines et de les jeter par-dessus votre épaule gauche.

D'où vient cette croyance? On dit que lors du dernier repas du Christ, Judas "Aurait renversé une salière sur la table. Nous connaissons le malheur qui a suivi. Ce n'est pas tout: au Moyen Âge, le sel était une denrée très chère. Au fait, il était surnommé "Or blanc". "Le faire tomber par accident était un désastre pécuniaire."

Jeter un morceau dans une fontaine

Ils scintillent au fond de l'eau. Le métal accompagne souvent les fontaines que nous traversons. Tout le monde le sait: lancer une pièce, c'est faire un voeu formulé secrètement un peu plus tôt. La croyance païenne provient de la mythologie gréco-romaine.

"Une légende a raconté l'histoire de ces défunts, devenus des ombres errantes, qui devaient rejoindre l'éternité en traversant sept rivières." Pour être transporté d'une rive à l'autre, il fallait rencontrer Charon, le passeur, et lui donner un obole. Les malheureux sans le sou ont été condamnés à errer cent ans sur les rives du fleuve. "Les autres ont jeté une pièce de monnaie dans la rivière pour payer le passeur et ont pensé qu'ils mourraient en paix." Depuis l'Antiquité, les fontaines étaient dédiées aux dieux. Avant que les chrétiens les donnent à un saint. "En jetant de l'argent dessus, vous attireriez leurs faveurs"continue Laurence Caracalla.

Voir une coccinelle s'envoler

Ce sont de jolies petites fées que nous avons surnommées "Bêtes à la bonté". Et on dit que voir une coccinelle s'envoler est une chance et qu'il peut "Indique le temps qu'il fera dans les prochains jours". En effet, "S'il ne vous échappe pas, planifiez un temps maussade"avertit l'auteur. Si c'est sur vous, prenez soin de compter le nombre de pois noirs qu'elle a sur le dos. "Ce sera tellement des mois heureux." Ou, simplement, faites un vœu lorsque vous croisez un de ces coléoptères. Il le portera au ciel.

Cette superstition provient d'une légende remontant au 10ème siècle. On dit que grâce à une coccinelle, "Un condamné a été gracié par Robert II le Pieux. Il a vu une coccinelle au cou du détenu qui, malgré les tentatives du bourreau, a refusé obstinément de voler." Alors, il pensa avoir vu un signe de Dieu et libéra immédiatement son prisonnier, "Convaincu de son innocence".

Toque yeux dans les yeux

"Dans les yeux!", vous en ferez des reproches. C'est pour eux une forme de politesse. Est. Tu dois regarder "Juste dans les yeux quand on boit", C'est noté. Mais d'où vient cette tradition?

De nouveau, à partir du Moyen Age, époque "Où l'empoisonnement était banal". Donc, réparer votre compagnon de beuverie était un moyen de vérifier que votre vie n'était pas en danger. Et pour être certain des bonnes intentions de celui qui a partagé votre table, "Nous avions l'habitude de heurter violemment son verre contre le sien". Pendant ce temps, des gouttes d’élixir pourraient tomber dans le verre du voisin. "Si l'un des buveurs détournait le regard ou semblait mal à l'aise, il était plus facile de deviner si, effectivement, nous essayions de nous enivrer."

Vous pouvez aussi suivre Figaro Langue française sur Twitter.
»Posez toutes vos questions sur la langue française avec notre Forum.
»Retrouvez notre section de langue française sur Le magasin Figaro.

. [Tags TranslatedToTranslate] Langue française

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.