Nouvelles Du Monde

Cienciaes.com : Les innombrables visages du virus. Nous avons parlé avec Antonio Mas.

Cienciaes.com : Les innombrables visages du virus.  Nous avons parlé avec Antonio Mas.

2016-08-03 14:00:00

Faire une copie d’un objet signifie en générer une copie à l’identique : si la copie est bonne, elle se comportera comme l’original et pourra être remplacée. Une copie d’une clé ouvre la même porte que l’authentique, cependant, si la copie est défectueuse, si une erreur de copie se produit, elle risque de ne pas pouvoir ouvrir la porte et sera inutile. Le processus de copie est une constante par nature. Les êtres vivants sont des copies plus ou moins exactes de nos parents. Et chacun de nous est construit sur la génération de milliards de copies d’une cellule ou d’un embryon primordial.

Fondation espagnole pour la science et la technologie

Université de Castille-La Manche

L’embryon contient dans son ADN les informations nécessaires pour générer un nouvel être et ces informations doivent être copiées des milliards de fois tout au long de notre vie. Logiquement, des informations aussi complexes et sensibles doivent être reproduites avec soin. Une erreur dans Pour cette raison, les mécanismes de copie doivent être d’autant plus efficaces que la créature est complexe.

Si nous essayions de copier, lettre par lettre, une œuvre littéraire, Don Quichotte par exemple, tôt ou tard nous ferions des erreurs. Dans un ouvrage comme celui-ci, le changement erroné d’une lettre par une autre, même s’il y en a plusieurs sur chaque page, n’aurait pas d’importance pour la compréhension du texte, l’ouvrage serait également lisible. Le génome d’une créature comme nous ressemble à des œuvres immenses qui équivalent à des bibliothèques entières avec des milliers de volumes écrits avec des molécules chimiques qui équivalent à l’utilisation d’un alphabet de quatre lettres. Cette immense bibliothèque doit être copiée dans son intégralité à chaque fois que la cellule se divise en deux et les erreurs sont inévitables. Une lettre modifiée peut, comme dans le cas de Don Quichotte, ne signifier rien, cependant, si l’erreur de changer une lettre par une autre se produit dans la formule d’une protéine essentielle à la vie, le résultat pourrait avoir des conséquences fatales. C’est pour cette raison que nos cellules contiennent des systèmes qui corrigent les erreurs et minimisent les problèmes.
Maintenant, que se passe-t-il si l’être à copier est si simple qu’il n’est pas capable de contrôler efficacement le processus de copie ? Beaucoup plus d’erreurs se produiraient que dans des cellules sophistiquées comme la nôtre. C’est le cas des virus. Ces entités sont si simples qu’il est même difficile de les classer au sein du monde des vivants. Un virus est plutôt comme une pierre. Il se déplace entraîné par l’environnement, ne se nourrit pas, ne grandit pas et n’est pas attiré par tout ce qui l’entoure. Ce n’est que lorsque, par hasard, il entre en contact avec une cellule que le virus se réveille et y pénètre dans un seul but : se multiplier. Son matériel génétique est tellement réduit qu’il est incapable de corriger les erreurs de copie, c’est pourquoi ses copies contiennent généralement des erreurs dont les conséquences sont imprévisibles. Il est normal qu’une erreur dans une lettre se traduise par une incapacité à poursuivre la chaîne d’existence. Mais les mutations se produisent de manière aléatoire et toutes ne sont pas mortelles, certaines sont valides et le virus continue son chemin, bien qu’avec certaines propriétés différentes des autres.

Lire aussi  Top 10 des pays avec la meilleure connexion internet fixe selon Ookla

Une personne infectée par le virus de l’hépatite C ou VIHle virus COMMENT, vous pouvez contenir des milliards de virus dans votre corps, voire des milliards. Le virus est copié tellement de fois que les erreurs sont fréquentes. Lorsqu’on traite un patient avec un médicament antiviral, la bataille peut être gagnée dans un premier temps, mais il arrive souvent que, parmi le nombre infini de copies erronées du virus, apparaisse une variation qui permet au patient d’échapper aux effets du médicament. Puis, par un simple jeu évolutif, ces copies résistantes recommenceront à se multiplier, provoquant une rechute de la maladie. C’est ainsi que le virus, montrant le nombre infini de visages que lui offre son système de copie imparfait, échappe aux médicaments qui les combattent.

Aujourd’hui, nous avons parmi nous une personne qui lutte pour comprendre les virus et les conséquences de leurs mutations. Il s’appelle Antonio Más, chercheur au Centre régional de recherche biomédicale (BERCEAU), et professeur à la Faculté de Pharmacie de l’Université de Castille-La Manche, à Albacete. Antonio Más et son équipe ont participé à des recherches sur le virus de l’hépatite C, dont les résultats ont été publiés dans deux revues scientifiques de premier plan : Nature Microbiology et Antimicrobien Agents and Chemiothérapie.

Lire aussi  Galaxy Z Fold 5 dans la chambre de torture. A-t-il survécu au feu, à la poussière et à la tentative de le briser ? – SMARTmania.cz

Le premier des articles, signé par l’équipe de Ron Geller et Rafael Sanjuán, de l’Université de Valence, avec la collaboration d’Antonio Mas, rend compte des résultats d’une recherche qui étudie le taux de mutation du virus de l’hépatite C. Bien que les mutations qui se produisent en raison de l’effet de copie du virus sont théoriquement répartis de manière aléatoire, des recherches ont montré que ceux-ci ne sont pas répartis de manière homogène mais plutôt que certaines régions subissent plus de variations que d’autres. Il existe donc des « zones chaudes » plus sujettes aux erreurs de copie. Ces découvertes sont très importantes car elles permettront, dans le futur, de concevoir des médicaments antiviraux prenant en compte les taux de variation d’une région spécifique du virus, permettant ainsi une attaque dirigée vers les régions les plus stables de son génome et donc moins enclins à échapper aux effets des antiviraux.

Lire aussi  La raison pour laquelle de nombreux employés aiment utiliser la technologie de l'IA, alléger la charge de travail

Le deuxième article, signé par María Llanos, du Laboratoire de virologie moléculaire, et d’autres membres de l’équipe d’Antonio Mas, étudie comment le virus de l’hépatite C interagit avec les composants de la cellule hôte et modifie certains composants cellulaires à son propre bénéfice. La polymérase, une enzyme capable de copier les acides nucléiques, interagit avec la protéine Akt, de telle manière qu’elle déplace son activité vers l’endroit de la cellule où le virus se réplique. Ces comportements ouvrent la voie à de nouvelles stratégies antivirales visant à inhiber l’action d’une protéine de la cellule hôte, au lieu d’attaquer directement le virus, évitant ainsi l’émergence de résistances.
Je vous invite à écouter Antonio Más, chercheur au Centre régional de recherche biomédicale (BERCEAU) et professeur à la Faculté de Pharmacie de l’Université de Castille-La Manche, à Albacete.
Les références:

Geller et coll. Taux de mutation très hétérogènes dans le génome du virus de l’hépatite C. Nature Microbiologie · Avril 2016 DOI : 10.1038/nmicrobiol.2016.45

María Llanos Valero et al. Virus de l’hépatite C ARN-dépendant ARN la polymérase interagit avec la kinase Akt/PKB et induit sa relocalisation subcellulaire. Agents antimicrobiens Chemother 60 : 3540 –3550. est ce que je:10.1128/AAC.03019-15.



#Cienciaes.com #Les #innombrables #visages #virus #Nous #avons #parlé #avec #Antonio #Mas
1709920099

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT