Nouvelles Du Monde

Cienciaes.com : Biocarburants et bioraffineries. Nous avons parlé avec José Ignacio García Laureiro.

2014-09-29 22:35:45

Depuis la nuit des temps, l’humanité dépend des combustibles fournis par la matière vivante. Les humains ont écrit la majeure partie de leur histoire autour d’un feu de joie alimenté par des bûches et des branches sèches. Les Égyptiens illuminaient leurs nuits avec des lampes en lin imbibées d’huile de noix, d’amande ou de tournesol. Dans les palais des pharaons, les lampes aromatiques étaient alimentées à l’huile de sésame. Les Romains, profitant de leurs abondantes oliveraies, utilisaient des lampes dans lesquelles brûlait une mèche de coton alimentée par de l’huile d’olive. Les civilisations qui utilisaient les graisses de certains animaux comme combustible ne manquaient pas. Déjà à l’époque moderne, l’huile de baleine était largement utilisée, notamment dans les lampes au milieu du siècle. XIXème. Tous ces carburants d’origine biologique – que l’on appelle désormais « biocarburants » – ont été les véritables moteurs de l’expansion de l’homo sapiens.

Durant la seconde moitié du siècle XIXème, le pétrole commence son règne. Dans un premier temps, on en extrayait de la paraffine ou du kérosène, un carburant bien moins cher et plus efficace que l’huile de baleine et qui, paradoxalement, sauva de l’extinction ces magnifiques animaux. Dès lors, « l’huile de pierre », qui pendant des centaines d’années n’avait été utilisée que comme source de bitume pour imperméabiliser les navires ou comme élixir pour les charlatans et les charlatans, devint l’énergie qui alimenta la révolution industrielle et technologique. Avec l’amélioration des techniques d’extraction et de raffinage, le pétrole fournit des carburants de plus en plus efficaces, comme l’essence, le diesel, le gaz, les plastiques, etc. Sans eux, la civilisation moderne serait impensable.

Lire aussi  L'ancien dirigeant d'Uber, Steve Salom, engagé par le suisse ACE & Company, chargé de lancer un fonds de 150 millions d'euros axé sur la Suisse

Bien que les combustibles générés par les êtres vivants n’aient jamais cessé d’être utilisés, ceux fournis par le pétrole, moins chers et plus efficaces, les ont remplacés presque partout. C’est comme si ces êtres ancestraux qui ont déposé leurs restes dans la terre et se sont convertis en or noir renaissaient de leurs cendres pour gagner la bataille contre les fruits, le bois, la paille ou l’huile que nous fournissent les êtres vivants contemporains. Mais le temps a toujours tendance à se tourner vers le passé et maintenant, alors que nous commençons à prendre conscience que le pétrole ne peut pas durer éternellement, nous tournons notre attention vers les carburants traditionnels, mais améliorés grâce aux nouvelles technologies. Ainsi est née une génération moderne de biocarburants : bioéthanol, bioalcools, biodiesel, biogaz, etc.

Dans l’ensemble, le nom de « biocarburant » n’est pas juste ; après tout, le pétrole et les combustibles fossiles en général proviennent d’êtres qui étaient autrefois aussi vivants que ceux d’aujourd’hui, mais… la définition en vaut la peine. Le fait est que, après avoir perdu de l’importance au cours du siècle dernier, les biocarburants gagnent peu à peu en importance, même si le pétrole, avec ses fluctuations de prix et son énorme influence sur l’économie mondiale, pose de nombreuses difficultés. Voici comment notre invité d’aujourd’hui l’explique sur Talking with Scientists : José Ignacio García Laureiro enseignant-chercheur à SCCI et chercheur Institut de synthèse chimique et de catalyse homogène qui est basée à la Faculté des Sciences de l’Université de Saragosse.

Lire aussi  "Activision supprime les cartes Fortnite Creative 2.0 inspirées de Call of Duty"

José Ignacio García Laureiro explique qu’il existe des biocarburants de première et de deuxième génération. Grâce à la première génération, certains humains ont avancé à plusieurs reprises vers l’avenir à des pas stupéfiants. Nous parlons de ceux obtenus à partir de matières organiques fermentées, qu’il s’agisse de raisin, de canne à sucre ou de toute autre origine. Le processus de fermentation est connu depuis des temps immémoriaux, notamment pour sa capacité à faire chanter aussi bien ceux qui sont asturiens que ceux qui ne le sont pas « Asturias Patria Querida ». Le coupable est l’éthanol, un alcool qui, en plus de faire chanter, est un carburant. Si au lieu de le boire on le distille pour le purifier, on obtient du « bioéthanol ». Dans des pays comme le Brésil, l’éthanol obtenu à partir de la canne à sucre est distribué dans plus de 35 000 stations-service et dans de nombreux autres pays, l’essence contient généralement entre 5 et 15 % de bioéthanol. Un autre carburant de première génération est le « biodiesel » obtenu à partir d’huiles végétales de tournesol, de soja, de colza ou de palme. Il est également généralement mélangé au diesel distribué dans les stations-service.

Les carburants de deuxième génération sont plus difficiles à obtenir car au lieu d’utiliser le glucose présent dans l’amidon des fruits, comme le maïs ou le soja, ils sont obtenus à partir de matières végétales non comestibles comme le bois ou les déchets agricoles. Le problème de ces déchets est que leur matière première est la cellulose, une molécule très difficile à décomposer. Même notre système digestif n’y parvient pas, la cellulose constitue la fibre que nous expulsons non digérée. Seuls les ruminants, avec leur gros système digestif chargé de bactéries spécialisées, sont capables de le digérer. Pour décomposer la cellulose et récupérer le glucose qui la compose, il faut utiliser des acides et des enzymes, ce qui rend le procédé nettement plus coûteux. On en obtient des bioalcools qui présentent un avantage important : ils ne concurrencent pas la production alimentaire puisqu’ils ne sont pas extraits des graines mais de ce qui reste après la récolte. Certaines, comme la « bio-huile » peuvent être obtenues à partir de la transformation du charbon ou du recyclage des pneus et des plastiques, elles sont aussi « bio » que le pétrole mais au moins elles recyclent.

Lire aussi  Mortal Kombat 12 se prépare pour la bande-annonce

À l’avenir, les usines de traitement des déchets pourraient devenir de grandes installations capables de classer et de traiter des biomasses de différentes origines et compositions pour obtenir une variété de produits grâce à des traitements chimiques différenciés. On parle alors de « bioraffinerie ». Nous vous invitons à écouter José Ignacio García Laureiroenseignant-chercheur à SCCI et chercheur Institut de synthèse chimique et de catalyse homogène qui est basé à la Faculté des Sciences de la Université de Saragosse.



#Cienciaes.com #Biocarburants #bioraffineries #Nous #avons #parlé #avec #José #Ignacio #García #Laureiro
1718682294

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT