Chanteuse des Pussy Riot : « Nous défendons l’Ukraine » | À PRÉSENT

Maria Aljochina est la chanteuse principale du célèbre groupe punk russe activiste Pussy Riot. Elle est en tournée en Europe avec son groupe après s’être échappée de son pays natal déguisée en livreuse de repas à la mi-mai. Le groupe de musique collecte des fonds pour l’hôpital pour enfants de Kiev. “Nous voulons être là pour l’Ukraine”, a déclaré Aljochina à NU.nl.

Maria Aljochina (33 ans) a joué dans des salles combles en Allemagne pendant une semaine. Jeudi soir, Pussy Riot est arrivée à Amsterdam après un voyage de dix heures et elle et les membres de son groupe Olga Borisova et Diana Burkot se sont assis à la table du talk-show. Op1.

Vendredi matin, ils sont pâles ensemble, sur le point de se rendre à Louvain en Belgique pour une autre représentation. Samedi, les Pussy Riot retourneront à Amsterdam pour y jouer.

“Je suis heureux de pouvoir jouer n’importe où avec le groupe”, déclare Aljochina. “Ici, nous avons une tribune, nous pouvons nous faire entendre. Nous sommes bien sûr contre le dictateur Poutine et sa guerre. Mais nous voulons aussi vous dire ici en Europe occidentale qu’il faut arrêter d’acheter du gaz russe. L’argent vous a acheté armes, qui sont maintenant utilisées en Ukraine. Pendant des années, vous avez fermé les yeux. La France, l’Italie et l’Allemagne ont même vendu des armes à la Russie.

N’appelez pas son départ de Russie un vol

Aljochina a fait la une de la presse internationale à la mi-mai avec son évasion spectaculaire de l’appartement où elle était assignée à résidence. Elle a décidé de se couper la cheville, de laisser son téléphone à la maison et, vêtue d’un costume vert de livreur de repas, s’est glissée par la porte arrière du complexe d’appartements où elle était assignée à résidence.

Elle appelle explicitement son départ de Russie et non un vol. “Je veux faire entendre ma voix, c’est pourquoi je suis ici. Nous sommes sur une tournée de 21 jours. Je veux être avec le groupe, chanter notre nouvelle chanson anti-guerre. Je ne sais pas ce que je Je vais faire ensuite.”

Le groupe Pussy Riot met en garde depuis des années contre les crimes commis par Poutine et sa clique au Kremlin. En 2012, Alyochina et ses collègues membres du groupe ont été condamnés à deux ans dans un camp pénal pour avoir protesté contre l’omnipotence du leader russe en chantant la chanson Mère de Dieu, délivre-nous de Poutine jouer dans une église.

Après leur sortie du camp pénitentiaire, ils ont annoncé qu’ils cesseraient de se produire. Ils ont créé une organisation qui a défendu les militants des droits de l’homme en Russie.

Depuis, les membres des Pussy Riot n’ont cessé de manifester et ont été régulièrement arrêtés. Aljochina a été arrêté six fois depuis le seul mois de juillet dernier, à chaque fois sans véritable raison. “Nous appelons cela le carrousel d’arrestation”, explique Aljochina. “Nous sommes arrêtés, ils nous emmènent au poste de police, puis il s’avère que nous avons ‘résisté’ à quelque chose et nous allons en prison pendant deux semaines.”

En février, Alyochina a été arrêtée pour une publication sur Instagram critiquant le dirigeant biélorusse Alexandre Loukachenko. Le juge a jugé qu’il s’agissait de “propagande nazie”. Aliochine : “Pendant des années, j’ai protesté contre les nazis et maintenant, selon Poutine, j’en fais partie ? Comme tout le peuple ukrainien ?”

“Nous savions que ça allait être une période terrible”

Alyochina était seule dans une cellule lorsque Poutine a prononcé un long discours le 21 février, accusant l’Ukraine d’héberger des néo-nazis et de préparer des attaques contre la Russie. Elle a entendu le discours à la radio, et était furieuse, toute seule dans cette cellule. “Tout le monde savait que nous allions passer un moment terrible, et vous ne pouvez rien y faire. Et c’est encore pire : les rapports sur les viols, les meurtres arrivent tous les jours.”

Le 22 février, un jour après le discours de Poutine, Alyochina a été libéré et placé en résidence surveillée. Elle a ensuite été détenue pendant encore quinze jours et a de nouveau été placée en résidence surveillée. La situation devenait de plus en plus difficile. Surtout après l’introduction d’une nouvelle loi qui pourrait mettre en prison les détracteurs du Kremlin pendant 15 ans s’ils diffusaient de “fake news” selon les autorités.

Début mai, la chanteuse des Pussy Riot a réussi à s’évader, sous son déguisement. Avec l’aide d’une ambassade occidentale (elle ne dira pas laquelle), elle a obtenu les bons papiers et a finalement pu traverser la frontière entre la Biélorussie et la Lituanie sans aucun problème.

De l’argent pour l’hôpital ukrainien pour enfants

Au cours de cette tournée, les Pussy Riot récoltent des fonds pour l’hôpital pour enfants de la capitale ukrainienne Kiev, où reposent les victimes des attentats russes. En outre , une partie du produit de la vente de marchandises ira à l’ Ukraine .

Alyochina aimerait aller elle-même en Ukraine, mais elle ne sait pas si elle y est la bienvenue en tant que Russe pour le moment. “Cette guerre a laissé de profondes blessures et mettra probablement des générations à guérir.”

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT