Cet homme avait des livres de terroristes et des vidéos de décapitations et de torture sur son téléphone - il est maintenant enfermé

Un "sympathiste de l'IRA" qui a déclaré "qu'il ne pouvait pas attendre que la reine soit morte" avait des vidéos de décapitations et de torture sur son téléphone portable.

Christopher Partington, de Salford, est emprisonné depuis trois ans et deux mois à la Crown Court de Manchester.

Partington a nié avoir des motivations terroristes, mais un juge a déclaré qu'il y avait une "abondance" de preuves.

Après avoir été arrêtés, des spécialistes de la neutralisation des explosifs ont perquisitionné le domicile de Partington, âgé de 33 ans, qui souffrait à l’époque de «troubles mentaux importants», a déclaré le juge du jugement.

L'unité de l'armée n'a pas trouvé d'explosifs, mais des officiers ont saisi le téléphone portable de l'accusé et ont trouvé un certain nombre de documents interdits en vertu de la loi sur le terrorisme.

Les livres et manuscrits contenaient des informations sur les explosifs, les armes, les combats sans armes, les poisons et les pièges.

Partington "n'a pas eu l'intention de causer un préjudice immédiat" mais il y avait "une abondance de preuves qu'il avait des motivations terroristes", a déclaré le tribunal

Il y avait aussi des vidéos de décapitations et de torture, décrites par le tribunal comme étant «macabres» et «grotesques».

Parmi les autres images récupérées figuraient un poème de Bobby Sands, gréviste de la faim à l'IRA, et une fillette portant une cagoule «à l'IRA», qui, selon les procureurs, témoignait de son soutien à l'IRA.

La police a déclaré qu'en entrevue, Partington avait nié être un terroriste et affirmé avoir découvert certains documents par «accident».

GMP a également déclaré que Partington affirmait les lire parce qu’il s’ennuyait.

Le tribunal a appris que, lorsqu'il s'adressait au service de probation, Partington "exprimait sa haine du gouvernement britannique et de la Couronne" et qu'il "ne pouvait attendre la mort de la reine".

Les deux cartouches de fusil de chasse trouvées dans la caravane de Partington

En défense, Michael Johnson a déclaré que Partington souffrait de problèmes de santé mentale et qu'il avait à l'époque une "crise de crise et de détresse".

S'adressant à Partington, qui est apparu par vidéoconférence de HMP Hewell à Worcestershire, le juge David Stockdale QC a déclaré: "Vous avez exprimé au service de probation votre soutien à l'IRA, votre haine apparente contre le gouvernement britannique et la Couronne.

"Je trouve qu'il y a une abondance de preuves que vous avez eu des motivations terroristes.

"Je suis convaincu que vous n'avez pas l'intention de causer des blessures physiques immédiates à qui que ce soit. Vous commettiez ces infractions à un moment de bouleversement familial et émotionnel important.

"Vous souffriez d'un trouble mental important."

Partington, de Wildbrook Road, Little Hulton, a plaidé coupable de six infractions liées à la possession d'un document ou d'un dossier susceptible d'être utile à une personne qui commet ou prépare un acte de terrorisme. Il a également plaidé coupable de possession de munitions.

Deux cartouches de fusil de chasse ont été trouvées dans sa caravane. Une condamnation antérieure signifiait qu'il ne pouvait pas avoir légalement de tels objets pendant cinq ans après sa sortie de prison.

Après l’audience, le surintendant-détective Will Chatterton, de la police antiterroriste du Nord-Ouest, a déclaré: «Tout en essayant de nous convaincre qu’il n’était impliqué dans aucun type de terrorisme, les documents ont paru sur son téléphone, sans Par sa propre faute, les poursuites contre lui se construisaient de plus en plus fort alors que nous parcourions des milliers de pages de manuels extrémistes.

"Se présentant comme un homme banal de Salford, Partington est un excellent exemple de notre engagement à cibler toute personne susceptible de compromettre la sécurité de notre pays, quel que soit le type d'extrémisme dans lequel elle est impliquée."

Jenny Hopkins, chef de la division des crimes spéciaux et de la lutte contre le terrorisme du Crown Prosecution Service, a ajouté: «Christopher Partington a affirmé être un intéressé par l'histoire de l'IRA, qui aurait découvert ces manuels terroristes par accident et était curieux de connaître leur contenu.

«En vertu de la loi, ce n’est pas une excuse raisonnable et il a plaidé coupable.

«Cette affaire est un avertissement pour ceux qui téléchargent des informations sur Internet qui pourraient être utiles aux terroristes. Ils pourraient enfreindre la loi simplement en l'ayant et être condamnés à une peine d'emprisonnement comme Christopher Partington. "

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.