nouvelles (1)

Newsletter

C’est ce que les Russes vivant dans notre pays pensent de la mobilisation et de la guerre – Russie

De plus en plus de citoyens russes fuient à travers les frontières avec la Géorgie et le Kazakhstan, témoignent des membres d’organisations d’opposition russes qui vivent dans notre pays. Ils considèrent la guerre avec l’Ukraine comme un conflit fratricide et aident quiconque veut quitter la Russie à éviter une mobilisation partielle.

Tout sur le sujet :

Invasion russe de l’Ukraine 7191

Notre reporter Alexander Markov a rencontré trois de ces militants de l’opposition, comme ils se définissent eux-mêmes.

Alexander et Petar Tanevi sont frères. Leur père est bulgare, leur mère est russe. Ils quittent la Russie en février. Aujourd’hui, ce sont des militants de l’opposition. Et ils aident tous ceux qui veulent quitter la Russie.

Voici combien d’hommes ont quitté la Russie depuis l’annonce de la mobilisation partielle jusqu’à présent

“Pour moi, c’est une énorme tragédie, personne ne croyait que la guerre allait commencer, tout comme personne ne croyait que la mobilisation allait commencer”, a déclaré à BNT Alexander Tanev, membre du mouvement public “Pour une Russie libre”.

Alexander a reçu un message lui demandant de se présenter à la commission militaire locale pour vérifier son aptitude. Ses amis quittent maintenant la Russie et se rendent au Kazakhstan et en Géorgie.

“Ils les acceptent juste dans une salle de cinéma, pour que les gens puissent au moins y dormir, parce qu’ils s’enfuient, comme les Ukrainiens s’enfuient, encore une fois sans rien, avec tout ce qu’ils ont, les gens s’enfuient et traversent la frontière avec des scooters. Parce que les voitures y restent juste 40 heures et quand elles ne peuvent pas durer, tu prends un vélo, tu prends un scooter et tu traverses comme tu peux4, dit Tanev.

Pour Pierre, le frère d’Alexandre, la guerre avec l’Ukraine et la mobilisation qui s’en est suivie sont les plus grandes tragédies pour la Russie ces derniers temps.

“C’est un crime, parce que… les Russes disent ceci – Pas un seul det, c’est-à-dire grand-père, Poutine n’est appelé grand-père : “Aucun grand-père n’a le droit de décider du sort des jeunes.” Aucun grand-père n’a le droit de priver les destins des jeunes », explique Petar Tanev, militant de l’opposition russe, Pour une Russie libre.

Le jour où la mobilisation partielle a été annoncée est le 24 février, explique Anna Stoeva, qui a la nationalité bulgare et russe. C’est le moment décisif pour les Russes.

“C’est vraiment le moment où, le moment – je suis hors de la politique, je ne m’intéresse pas à la politique, je suis chez moi en sécurité sur le canapé, c’est fini pour tous les Russes et la guerre est arrivée chez eux et l’illusion d’être neutre a été vue contre un dictateur”, raconte Anna Stoeva, documentariste et militante.

Selon Anna et les informations qu’elle reçoit, la mobilisation n’est pas partielle.

« La première vague de cette mobilisation, ils recherchent 300 000 personnes. Techniquement, on leur a donné certains paramètres pour avoir des spécialités militaires, avoir servi, mais en pratique ces paramètres ne sont pas remplis. Les autorités en régions cherchent à combler les quota pertinent, sachant qu’il y aura des deuxième et troisième vagues, le chiffre total dont on parle, 1,2 million d’ici la fin de l’année, ce qui est un nombre énorme, cela signifie qu’il n’y aura pas une famille non touchée en Russie, et cela signifie également que la semaine prochaine – deux sont essentielles pour vraiment voir si, comme au Daghestan en ce moment, il y a des manifestations et que les gens n’abandonnent pas, malgré leur diffamation super brutale de ces manifestations, nous verrons ce qui se passera car c’est maintenant le temps pour que les gens se rendent compte qu’ils les envoient à la mort », déclare Anna Stoeva.

Les nouvelles qu’Anna reçoit de Russie sont surprenantes.

« En ce moment, surtout dans les régions les plus pauvres, on frappe à leurs portes et on met leurs hommes dans des bus. Que va-t-il se passer, personne ne peut le dire. gardez-les à l’écart, mais le 28, toute la frontière devrait être fermée aux hommes en âge de conscription », dit-elle.

Pour Anna, chaque jour de cette guerre a été payé par d’énormes sacrifices humains. Sur les deux côtés. Deux peuples et deux pays qui, selon ses mots, sont liés par la parenté, par les mariages, les amitiés et l’histoire. Le grand-père d’Anna est ukrainien et sa mère est russe.

Maya Yordanova

3261
17

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT