ce sera la mobilité du futur

0
20

Montréal (Canada)Mis à jour le:

Le défi posé cette année au congrès Movin'On Mobility, auquel ont participé plus de 5 000 experts de 45 pays, était de présenter des solutions abordables et réalisables, au-delà de la théorie, pour réduire l'impact des transports sur l'environnement.

Tenu pour la troisième année consécutive à Montréal, le "Davos de la Mobilité" a suscité des discussions entre gestionnaires, mais également des propositions telles que stimuli au covoiturage (chaque unité peut remplacer une dizaine de voitures particulières) à des incitations à l’électromobilité, ou à des croquis de nouveaux moyens de transport. Voici les propositions les plus novatrices présentées:

Alternatives au bus. Pour compléter les transports en commun, des entreprises telles que Uber ou Lime ont déjà débarqué dans certaines villes avec des vélos ou des vélos électriques. La start-up de gala Esprit envisage d'approfondir cette ligne avec une microcar électrique capable de former un convoi: "Elle est complémentaire du métro ou du bus, dans les zones où l'arrêt est éloigné", explique son créateur, Valery Cervantes.

Le camion sans cabine. Avec le soutien de Nvidia, la société suédoise Einride propose un camion électrique et autonome, capable de conduire sans conducteur jusqu'à 200 kilomètres.

Le train du futur. À mi-chemin entre l'AVE et Hyperloop, la société polonaise HyperPoland a conçu un train magnétique capable d'utiliser la route existante et d'atteindre 415 km / h sur les lignes à grande vitesse actuelles.

Il est temps d'imprimer votre voiture. À l'aide de techniques d'impression 3D, Pix Moving propose de révolutionner la production de voitures.

L'achat, par pipeline. Pouvez-vous imaginer que votre achat rentre à la maison dans un tuyau comme l’eau? "Un tunnel de 0,9 m suffit", déclare Rupert Cruise de MagWay.

Le drone / voiture électrique. Proposé par le designer Steven HM Lee, il propose à l'horizon 2050 un système de transport futuriste pour la ville de Toronto. Lee imagine un véhicule électrique capable de s'associer à un "chapeau" de drones lui permettant de voler, réduisant considérablement le temps de vol. déplacement et raccourcir les distances urbaines pour pouvoir circuler en ligne droite.

Le pneu sans air. Michelin, l'un des principaux sponsors du congrès, en a profité pour présenter son pneu Uptis, un "pneu" sans air, écologique et efficace, acronyme de Unique Système de Pneu Anti-Perforation, Système Unique de Pneu Anti-Perforation. Selon Eric Vinesse, vice-président du développement chez Michelin, sa version de production sera commercialisée en 2024.

«Il est parfaitement adapté à la nouvelle mobilité: connecté et préparé pour la voiture électrique et autonome», a assuré Vinesse. Le directeur a assuré qu'Uptis combinait quatre caractéristiques qui, selon Michelin, offriront le pneu du futur: sans air, connecté, imprimable en 3D et respectueux de l'environnement.

Selon Michelin, Uptis offrira un niveau élevé de résistance à l'usure et sera plus efficace que les pneus actuels. Cela garantira également un niveau de productivité plus élevé pour les propriétaires de flotte, car il ne sera pas nécessaire de contrôler périodiquement la pression et une sécurité accrue en éliminant le risque de subir une crevaison.

De même, son impact sur l’environnement sera réduit grâce à l’utilisation de matériaux plus efficaces et à la possibilité, à moyen terme, d’être réparé à l’aide de la technologie d’impression 3D. Selon Vinesse, il utilisera du caoutchouc et de l'aluminium (pour la jante), mais également un matériau de haute performance appelé "résine insérée dans de la fibre de carbone" similaire à celui utilisé dans les conduites d'eau. La Uptis, qui a prévu dix ans de développement, dont une partie en collaboration avec General Motors, commencera à faire des essais sur la route à partir de cette année dans le Michigan, montée sur une flotte de Chevrolet Bolt.

Le retour des bougies

La concurrence des entreprises émergentes qui accompagne le Movin'On a été le théâtre des propositions les plus novatrices. Parmi eux, celui de l'espagnol lié4bleu, reconnu par le jury comme le plus innovant de l’année, qui propose des voiles rétractables rigides pour réduire la consommation et les émissions polluantes des gros cargos.

Selon cette société, fondée par deux étudiants de l’Université Polytechnique de Catalogne, ils autorisent réduire la consommation jusqu'à 40%, et des plans ont déjà commencé pour les installer dans les deux premiers navires, 40 et 60 mètres. En 2018, il a également été reconnu comme l’une des trois meilleures start-up valenciennes Zeleros, pilotant une version du train sous vide Hyperloop.

(tagsToTranslate) propositions (t) mobilité (t) movin

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.