– Ce qui se passe actuellement dans SAS est infiniment triste, déclare le vice-président de l’association des pilotes

| |

Le patron de SAS souhaite que l’entreprise grandisse, crée des emplois et survive “avec les syndicats”. Mais les syndicats n’ont jamais eu de ses nouvelles.

[email protected]

SAS a chuté de plus de neuf pour cent sur les bourses d’Oslo et de Stockholm lundi. Selon le PDG de SAS, Anko van der Werff, la compagnie aérienne se bat pour survivre. Il profite également de l’occasion pour répéter que l’entreprise doit faire les choses de manière très différente.

E24 cite le journal danois Finans.dk, où van der Werff dit que l’entreprise a un certain nombre de problèmes en raison de la pandémie de corona.

À la fin du premier semestre, la compagnie aérienne avait une dette d’environ 27 milliards de couronnes suédoises.

Course des pilotes licenciés : – SAS a utilisé tous les sales tours qu’il est possible d’utiliser

– Cela demande de la compréhension et de la volonté de la part de chacun, et les négociations ont un but. SAS doit être compétitif, afin que nous puissions survivre, croître et ainsi créer des emplois. Je veux faire ça avec les syndicats, mais il faut être deux pour danser le tango, explique van der Werff au site Internet.

Pour que ce soit une danse, un partenaire de danse doit enchérir sur l’autre. Cela ne s’est jamais produit, déclarent les dirigeants syndicaux norvégiens.

Les pilotes licenciés doivent postuler pour leur propre emploi : L’Association des pilotes norvégiens envoie le litige SAS aux avocats de LO

Jamais invité

– Que le top manager de SAS dise qu’il en faut deux pour danser le tango, il a tout à fait raison, mais il ne nous a jamais invité à aucune danse. C’est aussi oser danser avec quelqu’un qui vous poignarde dans le dos et qui va continuer avec les plateformes de production qui déplacent leurs propres emplois et privent les salariés de la possibilité de négocier leurs droits pour toujours, confie Roger Klokset à FriFagbevegelse.

Il est vice-président de l’Association norvégienne des pilotes SAS et a maintenant lu à plusieurs reprises dans les médias que la direction de SAS a rencontré et rencontrera les pilotes et souhaite dialoguer avec les syndicats.

Mais Klokset n’a pas entendu de bip.

– La seule chose que je sache est une assemblée générale numérique avant le week-end, et que la direction y a souligné que les nouvelles plateformes de production sont absolument nécessaires pour la compétitivité future de l’entreprise. Et qu’en plus des économies sont nécessaires, dit Klokset.

Il souligne que les syndicats souhaitent évidemment un dialogue constructif et aideront à trouver des solutions.

– On a toujours cherché et toujours voulu ça, dit-il.

– Ce que SAS fait maintenant, c’est de créer un marché du travail interne où ses propres entreprises seront en concurrence pour les mêmes emplois et qui se saperont les unes les autres. Toute sécurité d’emploi disparaît, souligne Klokset.

Courant: Les politiciens travaillistes réagissent au traitement des employés par SAS : – Il peut être difficile de soutenir politiquement la compagnie aérienne

– Infiniment triste

Il réitère que les projets de SAS violent la loi en matière de transmission d’entreprise et en matière d’accords internes.

Les postes dans les modèles de production sont annoncés, mais pas occupés. Mais il est clair que l’actuel chef des services de planification chez SAS, Eivind Bjurstrøm, sera le directeur de SAS Connect Crew Services, qui sera la seule société de recrutement. Ici, il devient également membre du conseil d’administration. Bjurstrøm sera également membre du conseil d’administration de SAS Link Crew Services – une autre nouvelle société de recrutement.

commenter: « SAS et Norwegian dirigent une forme avancée d’écrasement des syndicats »

Klokset estime qu’il est très regrettable que SAS ait lancé ce processus en même temps que le trafic aérien est vraiment sur le chemin du retour.

– Il semble presque que SAS se soucie davantage de la mise en service des nouvelles plates-formes que de la concurrence après l’ère corona. Cela entraîne plusieurs annulations par manque de personnel. Ce qui se passe actuellement dans SAS est infiniment triste. SAS est connue comme une entreprise digne de confiance, avec des conditions de travail ordonnées. Cela va dans la mauvaise direction, estime Klokset.

Le responsable presse de SAS, John Eckhoff, informe FriFagbevegelse que la convocation aux syndicats de salariés viendra “un des prochains jours”.

Était-ce intéressant ? Voulez-vous le partager avec quelqu’un d’autre?

Previous

5,32 millions d’actions DelfinGroup supplémentaires seront cotées en bourse

Les piétons croient au style de Juliette pour garantir le prix

Next

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.