Home » cbi: CBI, ED, tête d’orateur du Bengale pour l’épreuve de force | Inde Nouvelles

cbi: CBI, ED, tête d’orateur du Bengale pour l’épreuve de force | Inde Nouvelles

by Nouvelles
KOLKATA : Le CBI a interrogé lundi le ministre des Industries du Bengale Partha Chatterjee pendant deux heures dans l’affaire iCore, le développement a déclenché une chaîne d’événements qui ont vu les agences centrales réapparaître comme des points chauds dans la relation rocheuse entre le gouvernement du Bengale occidental et le Centre.
Trois développements distincts se sont succédé rapidement alors que l’équipe CBI quittait le bureau de Chatterjee vers 14 heures. L’un d’eux, le président de l’assemblée, Biman Banerjee, a envoyé une convocation à deux officiers supérieurs de l’ED et du CBI, leur demandant de comparaître devant lui le 22 septembre pour expliquer pourquoi ils avaient déposé des actes d’accusation contre Narada contre trois députés (ministres Subrata Mukherjee et Firhad Hakim et Madan Mitra) sans l’en informer.
Deuxièmement, le Centre a demandé à la NIA d’enquêter sur les attentats à la bombe au domicile du député du BJP Arjun Singh le 8 septembre. Les développements de lundi sont intervenus à la suite de l’interrogatoire du secrétaire général national de TMC, Abhishek Banerjee, pendant neuf heures lundi dernier, et de l’envoi d’une nouvelle convocation à comparaître pour un interrogatoire la semaine prochaine. Trois circonscriptions de l’Assemblée, dont Bhowanipore (où CM Mamata Banerjee est candidat), vont être élues le 30 septembre.
Trois agents du CBI ont atteint le bureau de Chatterjee Shilpa Sadanau sixième étage vers midi lundi après qu’il Chatterjee a dit à l’agence qu’il était disponible pour un interrogatoire. à son bureau. Des agents du CBI, arrivés au bureau du ministre de l’Industrie vers midi, ont voulu connaître la raison de sa présence à une émission de 2011, où il aurait « approuvé » le groupe iCore. « J’ai été chargé des industries et des services informatiques au cours des trois premiers mois de 2011. De nombreuses entreprises souhaitaient s’implanter ici. Ils venaient au département. Comment saurais-je si iCore était une entreprise Ponzi ou non ? C’est le travail du Sebi et du RBI », a expliqué Chatterjee plus tard.
La convocation du président, qui est parvenue aux bureaux de l’ED et du CBI dans l’après-midi, a souligné que l’article 19 de la loi sur la prévention de la corruption (1988) exigeait que l’autorisation du président soit demandée pour déposer des actes d’accusation contre les législateurs en exercice. Il a demandé au député du CBI, SP Satyendra Singh et au directeur adjoint d’ED, Rathin Biswas, d’expliquer leur action, qui, selon la lettre, avait “dénigré” la législature de l’État.
Une lettre du ministère de l’Intérieur de l’Union demandant à la NIA d’enquêter sur l’attentat à la bombe au domicile du député du BJP Singh à Bhatpara est parvenue au gouvernement de l’État. Les flics de l’État ont déjà arrêté deux personnes, dont un mineur, sur la base d’images de vidéosurveillance et ont déposé des cas de tentative d’assassinat et d’explosifs. Singh et chef de l’opposition Suvendu Adhikari ont qualifié l’explosion d’attentat à la vie de Singh et ont exigé une enquête de l’agence centrale.
La convocation de l’ED au ministre de la Justice de l’État a clôturé les développements de la journée ; il l’a appelé pour un interrogatoire à son bureau de Delhi le 14 septembre. Ghatak, cependant, a déclaré: “Même un enfant comprend maintenant que cela est totalement motivé par des considérations politiques.”
(Avec des contributions de Sanjib Chakraborty et Debasish Konar)

.

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.