Nouvelles Du Monde

Briser le système : Einav Galili et Nadav Eyal ne répondent toujours pas aux attentes

Briser le système : Einav Galili et Nadav Eyal ne répondent toujours pas aux attentes

Ce qui a particulièrement retenu l’attention, ce sont les promos. Ils ont promis un “nouveau plan”, et dans la présentation de deux personnes particulièrement intéressantes – d’une part, Nadav Eyal, l’un des journalistes les plus éminents d’Israël aujourd’hui ; Et d’autre part, Einav Galili – autrefois narrateur en série et présentateur d’émissions satiriques, aujourd’hui quelqu’un qui a grandi en tant que publiciste à l’époque de la Mitsva et membre du panel de “Meet the Press”.

>> “Pays Merveilleux” n’a plus peur de dire : nous avons été abandonnés par des misérables
>> Left Talk : Shalein a renoncé à la satire et est passé à convaincre les convaincus

Dans la même promo de l’émission au nom accrocheur “Einav et Nadav”, diffusée hier (jeudi) sur Keshet – les deux nouveaux présentateurs ont lancé une métaphore : ils ont expliqué que lorsqu’on a des problèmes de vision, il faut un optométriste – et selon cette métaphore, ce seront nos optométristes – Ceux qui nous aideront à comprendre un peu mieux la réalité chaotique, l’après 7.10 et la guerre.

Dans quelle mesure cette promesse a-t-elle été réalisée dès le premier spectacle ? Je ne suis pas sûr. Le sentiment inévitable en regardant le premier programme est qu’il y a encore la même chose ici – Einav Galili et Nadav Eyal, malgré leur talent et leurs capacités, continuent une bande dessinée fondée à la fin de la première semaine de guerre – celle où Abri Gilad et Erez Tal ont été jetés dans le studio, là où ils étaient censés exercer leur magie. La place dans le programme de diffusion était la bande dessinée “Light Night” – une émission de nuit qui vient après l’émission aux heures de grande écoute (“Ovda”, “Great Country” ou “Les gens cuisinent des choses et pleurent”) et est destinée à créer un une sorte de résumé quotidien de l’actualité jusqu’ici.

Lire aussi  Ce sont toutes les nouvelles de la semaine

“Erez et Avery” ont eu un tel succès que des clones leur sont immédiatement nés – des expériences avec Eyal Kitsis et Lucy Ayoub, en passant par Ofira Assig et Mayan Adam, jusqu’au strip diffusé le jeudi jusqu’à présent – celui qui reliait Yair Sharky avec Haim Levinson avant de devenir le barco d’Ofira. Dans chacun d’eux, il a été possible de trouver de nombreuses similitudes: le décor est le studio d’information, alternant les journalistes qui racontent les nouveautés, et ici et là une sorte d’interview conçue pour apporter une valeur ajoutée au studio.

« Einav et Nadav » (capture d’écran : Keshet 12)

Dans le même temps, chacun des présentateurs a également apporté quelque chose qui lui est propre – Sharkey a apporté quelque chose de plus modéré et unificateur, Vinson l’agressivité et l’agressivité, Avery Gilad sa vision du monde extrême. Qu’est-ce que Galili et El apportent à l’écran ? Il n’y a ici aucun génie en termes de format. C’est surtout le ton. Einav et Nadav sont devenus un peu plus distants de la situation, un peu moins belliqueux ou mobilisés. Ils se permettent même de lancer un sourire ou un clin d’œil.

Lire aussi  MEI doit s'inscrire auprès du DET avant le 1er mai ; savoir comment

Une autre différence réside dans le type d’invités : il n’y avait aucun homme politique sur la liste des invités, du moins pas dans la première émission. Qui étaient-ils? Sedara de News 12 journalistes (Nitzan Shapira, Dafna Lial, Yona Leivzon), puis un haut responsable du Shin Bet et un historien, et enfin un professeur de psychologie qui a parlé avec Einav et Nadav de la prise de décision. Il s’agit certainement d’un écart par rapport à la norme dans ces programmes d’actualité – y compris une tentative de discuter des racines des problèmes. Les éliminations sont-elles efficaces, par exemple.

Cela aurait certainement été le bienvenu, sans le sentiment qu’il y avait quelque chose de terriblement fréquenté dans le spectacle. Cela a duré 36 minutes au total. La veille, Avery et Sharkey ont diffusé 44 minutes nettes. C’est peut-être l’allongement de la spéciale dans “Ovda” ou simplement une mauvaise gestion du temps, mais on a le sentiment que c’était trop peu par rapport à ce que Galili et Eyal peuvent apporter à l’écran et certainement pas assez pour aller aussi loin qu’ils le peuvent. Un sujet sur la Chine, promis au début de l’émission, a par exemple été retiré de la programmation et n’est pas apparu pendant celle-ci.

"Einav et Nadav" (Capture d'écran : Keshet 12)

« Einav et Nadav » (capture d’écran : Keshet 12)

Eyal apporte certainement une autre valeur ajoutée – et c’est sa compréhension journalistique, presque en tant qu’interviewé dans l’émission par Galili qui posait les questions. Il est très doué pour expliquer et rendre accessibles des problèmes complexes, et c’est certainement une bonne idée d’avoir une émission qui fournit aux téléspectateurs un petit aperçu factuel de ce qui se passe. Mais si Galili était censé apporter à l’écran quelque chose d’un peu plus empathique ou divertissant, du moins dans le premier programme, cela n’a pas encore été révélé. Il faudra resserrer quelque chose dans la répartition des tâches la prochaine fois pour que l’entreprise fonctionne.

Lire aussi  Les actions de Reddit grimpent de 48 % lors de leurs débuts sur le marché

Et oui, il est clair que Galili Vail devrait bénéficier d’une nouvelle émission dès sa première diffusion, qui a été diffusée tout en étant organisée comme c’est l’usage dans l’industrie de l’actualité amateur, et l’on peut écarter le peu fou jour où il est apparu, avec les rumeurs d’une guerre majeure en route. Cela a probablement également affecté la nature du programme. Mais au moins au niveau de la première impression, on a le sentiment que parler d’un “nouveau programme” était un peu exagéré. En fin de compte, il s’agit d’une autre émission d’actualité – une parmi tant d’autres que Sheshet 12 produit dans le contexte de la guerre. Le test à long terme pour Einav et Nadav sera de savoir s’ils parviennent à briser le système. Donner aux gens quelque chose qui va vraiment au-delà d’un autre programme traitant de l’actualité. Ce qu’on attend d’eux, c’est de donner quelque chose de plus large, de plus profond et d’attendre. Entre-temps, il faut l’admettre, les attentes ont été déçues.
>> “Einav et Nadav”, tous les jeudis après “Ovda”, Keshet 12

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT