Home » Bologne-Hellas Vérone 1-0, le bilan : Svanberg décisif. Simeone avec des poudres humides

Bologne-Hellas Vérone 1-0, le bilan : Svanberg décisif. Simeone avec des poudres humides

by Nouvelles

Bologne-Hellas Vérone 1-0
Marqueurs: 78′ Svanberg

BOLOGNE
Skorupski 6.5 – Vérone attaque beaucoup mais au final ils sont incapables de créer des dangers à leur objectif. Mais lorsqu’il est remis en question, il répond toujours comme lorsqu’il déracine le ballon des pieds de Simeone dans la surface de réparation par des applaudissements.

De Silvestri 6.5 – Il commence avec un peu trop de soucis sur Caprari puis au fil des minutes il prend les bonnes mesures et arrive à beaucoup moins souffrir. En seconde période, il est nettement plus proactif.

Moyenne 6,5 – Une garantie au centre de la défense. Sauté par Caprari au début, il effectue une récupération immédiate. Toujours présent sur les balles hautes et les fermetures mettant la qualité, le physique et l’expérience.

Bonifazi 6 – Toujours très ponctuel dans les fermetures dans la surface de réparation. Il rompt souvent avec la personnalité à la recherche de la suggestion vers la surface de réparation de Vérone. Sauvé par Skorupski lorsque Simeone souffle le ballon dans la surface.

Suçon 6 – Cherchez souvent la fente dans la voie de gauche en aidant Barrow. Cependant, il n’est pas toujours précis dans certaines dynamiques mais parvient tout de même à faire une bonne course.

Dominguez 7 – Ça aide beaucoup l’arrière-garde surtout quand les joueurs de Vérone vont au centre par l’arrière. Il récupère également de bonnes balles au milieu du terrain, ce qui en fait le maître authentique.

Svanberg 7 – Il se bat comme toujours avec ses adversaires sans jamais se ménager. Il se montre aussi dans la phase de conclusion de l’action avec un droit de loin qui ressort un peu puis à la deuxième tentative il frappe au centre, amenant son équipe en tête.

Orsolini 5.5 – Il bouge beaucoup dans la voie de droite profitant de sa capacité à entrer dans la zone et de sa vitesse, communiquant beaucoup avec Soriano mais dans certaines situations il n’est pas précis (A partir de 69′ Sansone 6 – Il entre bien dans le jeu, mettant en avant les bons jeux en appelant Montipò au joli arrêt en reprise).

Soriano 6,5 – Grand travail avec Arnautovic avec qui il échange et crée toujours des dangers vers la porte de Montipò. Dommage seulement pour cette diagonale en première mi-temps d’une excellente position qui se termine.

Brouette 5,5 – Commencer un peu tranquillement, peinant à rentrer dans le jeu. À la fin de la première mi-temps, cependant, il crée un but de balle intéressant appelant Montipò à l’excellent rejeté. En seconde période, cependant, il s’est précipité pour botter, dévorant le filet de l’avantage (Dal 68′ Skov Olsen 6 – Il se présente tout de suite avec une bonne tête qui sort un peu).

Arnautovic 6.5 – Le duel avec Gunter est très physique et très intéressant. Il fait une porte avec le défenseur de Vérone, parfois il commet une faute et parfois il la subit mais le travail est excellent pour l’équipe en phase de soutien comme quand le ballon est nécessaire à l’avantage de Svanberg (A partir de 93′ Santander sv).

Tous. Mihajlovic 7 – Comme les points que possède son Bologne qui joue et remporte un succès important. Il y a beaucoup d’occasions de marquer créées par son équipe qui manque peut-être de lucidité devant le but mais il y aura du temps pour travailler et s’améliorer encore.

HELLAS VERONE
Montipò 6 – Bonne réponse sur la conclusion de Barrow en première mi-temps. Toujours à l’écoute tout au long du match contre Bologne, que l’on voit souvent dans la surface. Rien ne peut être fait sur le but de Svanberg.

Casale 6 – Orsolini en première fraction ne lui pose pas de gros problèmes et s’autorise également quelques sorties offensives. Bonne performance, il sort pour un problème physique. (à partir de 75′ Ceccherini 5 – Un jaune et rien de plus)

Gunter 5,5 – Engagez-vous dans un duel de 24 heures avec Arnautovic qui est tout sauf un simple adversaire. L’Allemand paie en centimètres avec l’Autrichien, mais sait bien utiliser sa vitesse dans les mouvements pour le tenir à distance. Ça ne réussit pas toujours, mais ça n’a pas l’air mal.

Dawidowicz 5 – Première mi-temps compliquée pour le Polonais. Barrow lui crée trop de problèmes tout comme Soriano, également grâce à une condition pas parfaite compte tenu de ses engagements avec l’équipe nationale. (à partir de 46′ Magnani 6 – Excellente fermeture après quelques minutes sur Arnautovic. Il souffre mais il n’est certainement pas parmi les pires)

Pharaons 5.5 – Il se retrouve souvent en bonne position pour centrer, mais les balles dans la surface sont trop souvent peu dangereuses. En seconde mi-temps, on ne le voit qu’en confinement.

Tamèze 5 – Sa contribution dans la phase d’interdiction a été bonne. Dans le cadre, cependant, il pèche à plus d’une occasion. (à partir de 61′ Hongla 4.5 – Il n’est signalé que pour le ballon perdu qui se transforme en but de Svanberg)

Ilic 5 – Il s’abaisse souvent pour aider dans la phase de réglage, mais le pressing de Bologne lui enlève le temps et l’espace pour réfléchir. Souffre et Hellas paie les conséquences (à partir de 84′ Lasagne sv)

Lazovic 5,5 – Présentez immédiatement avec les croix habituelles dans la région. En seconde période, il disparaît comme la plupart de ses coéquipiers.

Barak 5 – L’écrasement du milieu défensif de Bologne réduit l’espace de mouvement et d’insertion. Jamais dangereux.

Caprari 5 – Il a pour mission de ne pas donner de repères à la défense adverse. Le problème, c’est qu’il ne semble pas en avoir beaucoup non plus. Peu est vu et n’affecte pas. (à partir de 75′ Cancellieri 5.5 – Combattez, essayez. Son entourage ne semble cependant pas du même avis)

Siméone 5,5 – Comme d’habitude, la générosité et la course ne manquent pas. En première mi-temps une belle tête qui ne sort pas beaucoup, alors qu’en seconde mi-temps une opportunité sur le sommeil de Bonifazi qu’il n’exploite pas correctement. De vrais dangers, cependant, nuls.

Berger Di Francesco – L’équipe démarre bien, bonne à exploiter les voies extérieures avec Faraoni et Lazovic. Au fil du temps, cependant, Bologne prend le terrain et Hellas disparaît lentement. Quelques occasions sporadiques ne peuvent satisfaire de voir quelque chose de positif dans la troisième défaite sur trois sorties en championnat. S’il veut inverser le cap, l’ancien entraîneur de la Roma devra changer quelque chose, notamment devant où les poudres semblaient très humides.

.

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.