nouvelles (1)

Newsletter

BD EDITION SEMAINE 26 – Julie à Junibacken

L’été scénique arrive tôt pour Julie Bonde. Le jeune de onze ans de Bålsta vivra le rêve pendant ses vacances d’été. Un rêve dont elle espère qu’il deviendra toute une vie professionnelle.

  • Publié à 08:30, le 3 juil. 2022

Il y a quelques larmes, puis vous vous asseyez à nouveau au piano et chantez.

– Pas quand j’avais deux, trois ans peut-être, mais quand j’ai eu cinq, six ans, j’ai commencé à sentir que chanter et jouer était amusant et que c’était quelque chose dans lequel je voulais vraiment investir.

Julie Bonde est assise sur une chaise
dans la belle maison familiale à Övergran. Il ne lui reste que quelques jours avant la première de “Pippi move in” sur Junibacken, une comédie musicale basée sur le tout premier livre sur la fille spéciale qu’Astrid Lindgren a commencé à triturer dès 1941 et qui est ensuite devenu un livre en 1945. .

– Je vais jouer Annika, dit Julie.

Qu’elle se soit retrouvée ici n’est probablement pas surprenant pour quiconque la connaît. Julie n’a peut-être pas encore douze ans, mais elle sait depuis longtemps ce qu’elle veut.

– Devenez un artiste musical.

Pourquoi les comédies musicales ?

– Je pense juste que c’est très amusant à la fois de chanter et de parler devant les autres et puis c’était très approprié, dit-elle avec un sourire.

Et tu paries là-dessus ?

– Je l’ai fait à côté de l’école. En ce moment, je suis un cours de musique, par exemple, ici à Bålsta. C’est très amusant. J’ai dansé avant, puis je vais chez un professeur de chant nommé Helen. Je suis avec elle depuis deux ans.

Je ne veux pas voir de larmes

Mère Anna a vu très tôt qu’il y avait du talent, mais c’est Julie elle-même qui pousse.

– En tant que parent, vous devez dire : “N’oubliez pas qu’un acteur reçoit cent non et un oui, et à quel point c’est difficile.”

– Mais je pense que tu l’as plutôt bien pris. Il y a quelques larmes, puis vous vous asseyez à nouveau au piano et chantez.

– En tant que parent, vous ne voulez pas que vos enfants soient tristes. C’est surtout ce qui vous inquiète. Vous voyez tant de gens talentueux qui obtiennent non. Il n’y a que quelques rôles et vous pouvez en obtenir aucun, même si vous êtes bon.

Julie sait. La première fois qu’elle a postulé à Junibacken, à l’automne 2021, c’était non.

– Ensuite, j’étais très triste, mais c’était aussi la première fois, alors je me doutais qu’il pouvait en être ainsi. Cette fois, je n’étais pas aussi nerveux. Je pourrais me détendre.

Par l’intermédiaire de la société Stage Pool, elle a postulé pour auditionner.

– Quand je suis arrivé là-bas, c’était d’abord une répétition. Nous avons dansé et chanté une chanson de leur choix, puis une chanson de mon choix.

Lequel as-tu choisi ?

– Le ciel est innocemment bleu.

– Après c’était une répétition de théâtre et c’était un peu différent pour chacun. J’ai été chargé d’improviser.

Evidemment tout s’est passé comme il se doit car désormais les vacances d’été vont consister en des allers-retours en voiture pour papa et maman, et beaucoup de travail pour Julie.

– Ça marche tellement bien à Junibacken, qu’ils ont trois représentations par jour avec le même set. Il y a deux ou trois enfants qui se partagent les rôles, donc vous pouvez être malade ou absent pour d’autres raisons, explique Anna.

– Je ne sais pas si Julie a compris à quel point ce sera dur de travailler.

Peut être prolongé

Julie n’est pas inquiète.

– Je ne sais pas quelles sont mes attentes. Je pense surtout que ce sera très amusant.

De plus, il peut s’avérer que la mission se prolonge au-delà de l’été.

– Oui, peut-être que les contrats seront prolongés durant l’automne.

Qu’il en soit ainsi ou non, Julie Bonde fait maintenant les premiers pas vers ce qu’elle a déjà décidé de faire pour le reste de sa vie.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT