Home » Bakou détruit des missiles en Arménie, Erevan a l’intention d’attaquer des cibles militaires en Azerbaïdjan – ČT24 – Czech Television

Bakou détruit des missiles en Arménie, Erevan a l’intention d’attaquer des cibles militaires en Azerbaïdjan – ČT24 – Czech Television

by Nouvelles

Le ministère de la Défense de la république non reconnue du Karabakh a annoncé mercredi matin que les forces azerbaïdjanaises avaient repris les bombardements de lance-roquettes et de canons. “Nous prenons des mesures pour réprimer l’activité ennemie”, a déclaré le ministère, selon Interfax.

Le ministère azerbaïdjanais de la Défense, quant à lui, affirme que dans la nuit de mercredi, les forces azerbaïdjanaises ont repoussé les troupes arméniennes attaquantes sur un certain nombre de sections du front et détruit plusieurs missiles tactiques dans la zone frontalière de l’Arménie, prétendument prêts à être lancés. Bakou affirme que les missiles arméniens visaient des zones civiles en Azerbaïdjan.

Erevan a qualifié la réclamation de Bakou de non fondée et, en réponse à la destruction de l’installation, a annoncé qu’elle se réservait désormais le droit d’attaquer tout objet militaire ou mouvement de l’armée en Azerbaïdjan. Erevan affirme également que les troupes arméniennes n’ont pas encore tiré “un seul missile sur l’Azerbaïdjan” depuis le territoire arménien.

Le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev a accusé l’Arménie d’avoir tenté d’attaquer les gazoducs et oléoducs azerbaïdjanais. “Si l’Arménie essaie de les contrôler, je peux dire que le résultat sera terrible pour eux”, a-t-il déclaré.

La Russie appelle à un cessez-le-feu et propose des observateurs

Lors de conversations téléphoniques avec ses homologues à Bakou et à Erevan, le ministre russe de la Défense, Sergei Shoigu, a appelé les parties opposées à respecter le cessez-le-feu convenu samedi à Moscou. Cependant, cette tentative russe de négocier un cessez-le-feu a échoué, selon l’AP, en raison de l’attitude intransigeante des deux parties, qui se sont à nouveau accusées de nouvelles attaques.

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a proposé de déployer des observateurs russes en première ligne. “Nous considérerions qu’il est absolument juste que nos observateurs militaires soient là, mais les parties auront le dernier mot (sur le conflit). Bien sûr, nous supposons qu’ils prendront en compte nos relations alliées à la fois à Erevan et à Bakou », a-t-il déclaré à la radio russe.

READ  Le ministère des Affaires étrangères a protesté contre la détention d'un diplomate russe

Il a souligné que les “soldats” devraient se réunir immédiatement pour convenir d’un mécanisme de cessez-le-feu que “personne n’a encore commencé à évaluer”, même si c’est “la clé d’un cessez-le-feu durable”. Dans un entretien avec Reuters, Lavrov a également exprimé son désaccord avec la position de la Turquie, qui a répété Bakou à plusieurs reprises, à savoir que le conflit pouvait être résolu militairement.

La pire escalade depuis les années 1990

Le conflit du Haut-Karabakh – une enclave dans le sud-ouest de l’Azerbaïdjan avec une population majoritairement arménienne – sévit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan depuis des décennies. Un conflit armé a éclaté en 1988 à l’époque soviétique. Le Haut-Karabakh, avec le soutien de l’Arménie, s’est séparé de l’Azerbaïdjan dans une guerre sanglante qui a fait environ 30 000 morts et entraîné des centaines de milliers de réfugiés. Actuellement, le Haut-Karabakh et le corridor adjacent de Lachin sont sous le contrôle militaire de l’Arménie. L’Azerbaïdjan considère que ce territoire est occupé.

Les affrontements entre les parties opposées sont courants, mais les combats actuels, qui ont éclaté le 27 septembre, sont décrits comme les plus violents depuis le cessez-le-feu de 1994 et ont fait des centaines de morts.

.

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.