Augmentation des nouveaux rapports de troubles menstruels après la vaccination – VG

| |

Image d’illustration : Francesca Pickering / Alamy

À ce jour, l’Agence norvégienne des médicaments a traité 1964 rapports de troubles menstruels après le vaccin coronavina. En outre, ils ont reçu 124 rapports de femmes ayant subi des saignements génitaux après la ménopause.

Publié :

Après que plus de 8 millions de doses aient été fixées en Norvège, l’Agence norvégienne des médicaments a reçu 42 537 rapports d’effets secondaires suspectés.

Parmi ceux-ci, 23 017 messages ont été traités, écrit l’Agence norvégienne des médicaments dans son nouveau rapport d’effet secondaire.

3795 des messages sont classés comme sérieux et 19 222 sont classés comme non sérieux.

Jusqu’à présent, ils ont traité 1964 rapports de troubles menstruels. La plupart des messages concernent des femmes entre 20 et 49 ans. selon Télé 2 c’est 560 messages de plus qu’il y a deux semaines.

145 des messages, sont classés comme graves.

Si les troubles menstruels durent longtemps et dépassent la capacité de travail et d’autres tâches quotidiennes, le rapport sera également souvent classé comme grave, selon l’Agence norvégienne des médicaments.

– Dans plusieurs d’entre eux, ce ne sont pas les troubles menstruels, mais d’autres affections qui sont signalées en même temps, ce qui signifie que le rapport global est classé comme grave, explique Ingrid Aas, médecin-chef à l’Agence norvégienne des médicaments.

Saignements abdominaux après la ménopause

En outre, ils ont reçu 124 rapports de femmes présentant des saignements abdominaux inattendus après la ménopause. 119 d’entre eux sont classés comme graves.

Les saignements abdominaux inattendus après la ménopause sont automatiquement considérés comme graves, sauf s’il s’est écoulé peu de temps depuis la dernière période menstruelle.

L’Agence norvégienne des médicaments écrit qu’elle ne sait pas actuellement si les femmes qui ont connu des troubles menstruels à la première ou à la deuxième dose ont un risque accru de les ressentir à nouveau à une troisième dose ou à une dose rafraîchissante.

FHI étudie le lien avec la vaccination

Le NIPH utilise désormais des enquêtes de population pour étudier le lien possible entre la vaccination coronarienne et les troubles de la coagulation, ont-ils annoncé dans un communiqué de presse plus tôt cet automne.

– Il est important de le savoir et nous travaillons maintenant à acquérir des connaissances à ce sujet grâce à des analyses de données que l’Institut national de santé publique a collectées dans plusieurs enquêtes de population norvégiennes, déclare Lill Trogstad, chef de projet et médecin à l’Institut national de la santé publique. Santé.

L’analyse des informations recueillies à partir des enquêtes est en cours et les résultats sont publiés en continu.

Les résultats aideront à déterminer si les troubles de la coagulation surviennent plus fréquemment chez les personnes vaccinées que chez les personnes non vaccinées, quelle est la gravité des symptômes et combien de temps ils durent.

– Il n’est pas inconcevable qu’une réponse immunitaire après la vaccination contre le covid-19 puisse entraîner des perturbations du cycle menstruel, mais il est trop tôt pour conclure, souligne Lill Trogstad.

Previous

« Ne mange pas ces fromages ! » : ils font monter le cholestérol

Trahi par Habib Rizieq, je tuerai

Next

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.