Au procès Tapie, confrontation autour d'une dédicace

Le tribunal, qui a jugé l’ancien homme d’affaires pour "escroquerie", a appuyé mercredi un vieux billet sur l’un des trois arbitres qui lui avait octroyé 403 millions d’euros en 2008.

Par Pascale Robert-Diard Publié hier à 23h26, mis à jour à 07:27

Temps de Lecture 4 min.

Article des abonnés

Bernard Tapie à son arrivée au tribunal pénal de Paris, le 13 mars.
Bernard Tapie à son arrivée au tribunal pénal de Paris, le 13 mars. MICHEL EULER / AP

Le président du tribunal pénal de Paris a à peine le temps de prononcer le mot "Dévouement", Mercredi 13 mars, que la voix de l'avocat Bernard Tapie, Me Hervé Temime, criez dans la salle d'audience: "Point majeur! Incroyable!" il se moque des procureurs & # 39; adresse. La dédicace en question a été écrite par Bernard Tapie le 10 juin 1998 sur une copie de son livre Librement (Plon) :

"Pour le président Estoupe, en témoignage de mon infinie gratitude. Votre soutien a changé le cours de mon destin. Je vous remercie d'avoir l'intelligence et le cœur de chercher la vérité cachée derrière des clichés et des apparences. Avec tout mon amour."

Puisque les enquêteurs sont tombés sur ce livre dans la bibliothèque de l'un des trois arbitres qui ont rendu en 2008 une sentence accordant 403 millions d'euros à Bernard Tapie dans son conflit avec le Crédit Lyonnais, son envoi chaleureux occupe plusieurs pages de l'acte d'accusation qui accuse l'homme d'affaires et cinq autres accusés, dont Pierre Estoup, de fraude et de détournement de fonds publics ou de complicité dans ces infractions.

Lire aussi: Si vous avez raté un épisode de l'affaire Tapie

"C'est juste le mystère"

L’accusation y voit une des preuves de l’ancienne collusion entre Bernard Tapie et l’ancien président de la cour d’appel de Versailles, qui a joué un rôle majeur dans la rédaction de la sentence arbitrale. Tout cela a donné lieu mercredi à une analyse sémantique vicieuse. "La preuve que je ne le connais pas, c'est que je me suis trompé de nom!" dit le prévenu, qui s'assure également d'avoir écrit des centaines de dédicaces pour ce livre.

Celui-ci, dit-il, a-t-il écrit " à la demande " l’un de ses anciens avocats, en remerciant l’information favorable que Pierre Estoup lui aurait donnée aux partenaires commerciaux. L'explication ne convainc pas l'avocat de l'un des plaignants, Me Benoit Chabert, qui lit la phrase "Votre soutien a changé le cours de mon destin". "Je sortais de prisonrépondit l'accusé. Tout le monde se méfiait de Tapie. Et j’apprends que grâce à cet homme, j’ai eu un avis favorable qui m’a permis de revivre.

– Et quand on vous dit, neuf ans plus tard, qu'il sera l'arbitre dans votre cas, comment réagissez-vous?

– Neuf ans plus tard, je ne me souviens pas plus de son nom que je ne me rappellerai du tien dans trois semaines.

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.