« Assemblée des vaincus » ou tentatives de mettre fin aux luttes intestines ? Sidhu au centre du taux de désabonnement du Congrès du Pendjab

Le Congrès du Pendjab subit un désarroi après sa débâcle électorale au début du mois. Et en son centre se trouve l’ancien président de l’État du Congrès, Navjot Singh Sidhu.

Le joueur de cricket devenu politicien a démissionné de son poste de chef du parti au Pendjab le 16 mars, un jour après le président du Congrès Sonia Ghandi lui a demandé de mettre ses papiers. À l’époque, un associé de l’ancien joueur de cricket avait affirmé que Sidhu avait fait vœu de silence pendant deux mois, mais quatre jours plus tard, Sidhu avait invité sept dirigeants du Congrès chez lui. Une réunion similaire tenue au domicile de l’ancien législateur de Sultanpur Lodhi, Navtej Singh Cheema, le 26 mars, a réuni 24 de ces dirigeants. Deux autres réunions sont prévues pour la semaine à venir, dont une à Ludhiana mardi, et le nombre de participants devrait toucher 36.

Bien que Cheema ait affirmé que les réunions avaient eu lieu dans le but de dissimuler les différences internes, un haut législateur du Congrès a qualifié ces réunions d ‘«assemblée des vaincus» et a souligné que les participants à la réunion du 26 mars comprenaient huit candidats qui ont perdu leur sécurité. caution et cinq dirigeants qui n’ont pas reçu de bulletins de vote.

Expliquant pourquoi les réunions avaient lieu, Cheema a déclaré L’express indien, “Nos luttes intestines nous ont tués. Le haut commandement ne pouvait pas l’arrêter. Nous avons dit à Sidhu ‘si tu veux travailler, alors nous commencerons’. Si nous ne nous unissons pas maintenant, c’est fini pour la fête.

Rakesh Pandey, cinq fois député provincial de Ludhiana North, qui a perdu cette fois contre le Fête Aam Admi (AAP) a affirmé que les réunions visaient à identifier les raisons de la mauvaise performance électorale du parti. « Ce résultat a été une grande surprise pour nous. Nous devons nous asseoir ensemble et ensuite retourner vers les gens », a-t-il ajouté.

Sur les 18 députés du Congrès, seuls le député de Bholath Sukhpal Khaira et le législateur de Phagwara Balwinder Singh Dhaliwal ont assisté aux réunions. Pargat Singh, député du cantonnement de Jalandhar, qui était autrefois considéré comme le proche collaborateur de Sidhu, a brillé par son absence.

Khaira a affirmé que les réunions avaient vu un franc échange d’opinions, certains conseillant à l’ancien président de l’État du Congrès de tempérer sa rhétorique.

Ceux qui étaient présents aux réunions ont déclaré que Sidhu voulait une autre chance d’être le chef d’État du parti. Cependant, l’ancien député de Rajya Sabha Partap Singh Bajwa et l’ancien ministre de l’Intérieur Sukhjinder Singh Randhawa, qui ont tous deux remporté leurs sièges, seraient en lice pour le poste.

Sidhu, quant à lui, est de retour sur les réseaux sociaux avec son slogan “Jittega Punjab (le Pendjab va gagner)”, tweetant comment il poursuivra le “combat pour le Pendjab” avec honnêteté. Il n’était pas disponible pour des commentaires, mais l’ancien législateur de l’AAP Pirmal S Dhaula, qui a rejoint le Congrès l’année dernière, a déclaré que de nombreuses personnes présentes aux réunions estimaient que le parti aurait pu mieux s’en tirer si Sidhu avait eu les mains libres. « Il avait des solutions concrètes aux problèmes signalés par AAP. Le parti aurait pu gagner s’il avait été nommé CM », a ajouté Dhaula.

Un autre dirigeant qui était à la réunion a affirmé que Sidhu semble avoir tourné une nouvelle page. “Il a avoué qu’il n’avait jamais essayé de faire sa dharrha (faction) dans le parti, mais maintenant il a réalisé l’importance d’emmener d’autres législateurs.”

Mais, le député qui a fait la fouille de «l’assemblée des vaincus» a déclaré: «Le chef du parti (Sidhu) lui-même a perdu face à un néophyte. Avec quel visage demande-t-il une seconde chance ?

Ridiculisant le slogan « Jittega Punjab » de Sidhu, le législateur a ajouté : « Il devrait dire Jittega Punjab, assi saare haarange (le Pendjab gagnera et nous perdrons tous) ».

Un haut responsable de la région de Majha, qui a requis l’anonymat, a également fustigé l’ancien joueur de cricket en demandant : « Cela a-t-il un sens pour l’homme qui a détruit le Congrès du Pendjab de tenir de telles réunions ? Il n’a pas démissionné volontairement, il y a été contraint.

Intérêt personnel et fissures émergentes

Malgré les discussions sur la réconciliation, l’introspection et l’unité, les fissures et les intérêts concurrents dans le groupe de Sidhu sont au grand jour. Cheema, l’ancien législateur de Sultanpur Lodhi, a blâmé son collègue membre du Congrès et député de Kapurthala, Rana Gurjit Singh, pour le mauvais résultat du parti à Doaba, tandis que Khaira a profité de la réunion du 26 mars pour se constituer un dossier en tant que chef de l’opposition.

Cheema a déclaré à The Indian Express : « Il (Rana Gurjit) a aligné son fils contre moi. (Ancien CM Charanjit) Channi a traversé ma circonscription deux fois mais n’a pas fait campagne pour moi, envoyant ainsi un mauvais message au peuple.

Khaira, quant à lui, a affirmé que Sidhu avait soutenu sa candidature pour être nommé chef de l’opposition. « Les cadres du Congrès, à commencer par les présidents de bloc et de district, me veulent tous. Ils savent que je suis le seul à pouvoir tenir tête à ce gouvernement.

Cependant, tout le monde n’est pas convaincu par les affirmations du député de Bholath. Un législateur du Congrès a rappelé comment Khaira était passé de l’Akali Dal au Congrès à l’AAP avant de revenir au parti l’année dernière.

“Les questions de leadership sont toujours décidées par le haut commandement”, a déclaré Bajwa, le député Qadian. “Et je pense qu’il devrait rechercher trois qualités : la loyauté, l’ancienneté et la capacité. Les personnes choisies pour ces postes doivent être attachées à l’idéologie du parti. Il est très important.”

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT