"Arnaque du président" coûte plus de 19 millions d'euros à Paté

L'escroquerie au président par laquelle un arnaqueur prétend être le chef d'une entreprise pour extraire des transferts d'argent, a fait une victime. "Pathé semble avoir été la cible d'un groupe d'arnaqueurs professionnels qui, grâce à une communication raffinée, ont réussi à gagner la confiance de certains des employés de la filiale du groupe aux Pays-Bas", a déclaré un tribunal d'Amsterdam. .

"Le fraudeur a réussi à convaincre les employés de transférer plusieurs fois un montant considérable, pour un total de plus de 19 200 000 euros", a ajouté le tribunal dans un jugement rendu le 31 octobre, rendu le vendredi 9 novembre.

Les fraudeurs se sont vantés d'une supposée acquisition à Dubaï

Le tribunal d’Amsterdam a rendu une décision dans le cadre d’une procédure ouverte par Pathe Netherlands & # 39; ancien directeur financier, Edwin Slutter, contre le groupe français. Il a protesté contre les conditions de son renvoi après la découverte de la fraude dont il était la cible et la victime.

Dans des courriers électroniques envoyés en mars 2018 à partir d'une fausse adresse électronique, les fraudeurs ont demandé à Edwin Slutter et Pathé Netherlands & # 39; directeur, Dertje Meijer, à effectuer des virements de fonds pour financer une acquisition présumée. Vers Dubaï. Les fraudeurs ont prétendu être la direction du groupe Pathé et ont précisé que l’argent serait remboursé après la transaction.

Deux cadres néerlandais en question ont été licenciés

Les deux directeurs néerlandais ont effectué plusieurs transferts d'argent pour un montant total de 19,2 millions d'euros. La fraude a été détectée le 28 mars 2018 alors qu’une partie du montant devait être empruntée à un fonds géré par le siège social du groupe en France.

Ce faisant, le directeur financier néerlandais a été remercié avec effet immédiat le 26 avril, quelques jours après le directeur de Pathé aux Pays-Bas. Les deux dirigeants ont été accusés de "comportement répréhensible" par les dirigeants et les actionnaires du groupe pour "négligence à propos des signaux" qui auraient dû les alerter lors de l'échange de courriels avec des fraudeurs, a déclaré le tribunal d'Amsterdam. Ce dernier a néanmoins ordonné le paiement du salaire d’Edwin Slutter, ancien directeur financier, jusqu’au 1er décembre 2018.

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.