Aragon à Cerisy

Un colloque intitulé "Living Aragon" a eu lieu à Cerisy-la-Salle du 10 au 17 août. Dirigée par Daniel Bougnoux et Luc Vigier, elle a réuni une cinquantaine de participants, dont vingt-quatre orateurs; le jeune âge d'un tiers permet d'espérer qu'il y a bien, pour les études aragoniennes, une succession. Le défi était de demander comment un auteur survit, et par quels ressorts il trouve au-delà de sa mort une postérité toujours présente. Dans le cas d'Aragon, la complexité de son œuvre, riche en contrebande et en insinuations à l'égard d'une orthodoxie qui a bridé autant son génie, permet de dévoiler aujourd'hui des interprétations renouvelées que les premières lectures n'avaient pas explorées; le retrait des fameuses "circonstances" et d'une idéologie qu'il revendique depuis longtemps met en perspective de nombreux textes; et en termes de transmission, il est certain que la chanson – plus de deux cents poèmes d'Aragon ont été mis en musique à ce jour – a grandement contribué à rapprocher les lecteurs de cette œuvre. Notre interrogation sur "Aragon vivant" n'a pu être réalisée sans l'aide de la chanson: Liselotte Hamm et Jean-Marie Hummel, venus d'Alsace, ont animé pendant trois jours le château en interprétant toutes sortes de chansons, non seulement d'Aragon étant elles avoir aussi, dans le grenier, un "cabaret franco-allemand"; mais cette œuvre, également vivifiée par la musique, a également été reprise par la peinture, les collages, le dessin ou le journalisme, dont beaucoup ont fait l'objet, notamment par le biais de la politique éditoriale et de la publication des lettres françaises. Luc Godard ou le film Dunkirk, a permis d’autres échappées, ou schémas de croix. Le travail multiforme d'Aragon, qui se déroule dans de nombreuses directions, appelle une critique familière et la ressource de nombreuses cultures et curiosités. Dans le cadre idéal du château, Edith Heurgon avait programmé la même semaine, vis-à-vis d’une conférence sur et avec Valère Novarina. Quelles confrontations permettraient cette rencontre "de la machine à coudre et du parapluie sur la table de dissection"? Les vociférations croisées des deux poètes du grenier n'auront pas manqué d'étonner les chauves-souris, et elles résonnent encore pour beaucoup de participants. J'ai donné une conférence (inaugurale) intitulée "Dans les ruines du temps démantelé": elle est disponible sur France-culture à travers le lien: https: //www.franceculture.fr/conferences/maison-de-la-recherche-en- sciences-humaines / dans-ruines-du-temps Daniel BougnouxThèmes associés

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.