Après 24h de panne, Facebook annonce (enfin!) Avoir identifié le problème technique de "à un changement de configuration des serveurs"

18h41: Vers 18h, heure de Paris, 24 heures après les premiers rapports, Facebook a déclaré avoir identifié le problème technique et que la panne était en train de se résorber.

"Hier, à cause d'un changement dans la configuration des serveurs, de nombreuses personnes ont eu du mal à accéder à nos applications et services. Nous avons maintenant résolu le problème et nos systèmes sont en cours de restauration. Nous sommes vraiment désolés pour le désagrément et merci de votre patience. , "a écrit Facebook sur Twitter.

"Nous sommes de retour!", A tweeté pour sa part le compte officiel d'Instagram, une des plateformes gérées par le géant de la technologie, sur Twitter, mercredi à 21H41 heure de Californie (05H41 GMT).

Selon le site Web Downdetector, toutes les plateformes Facebook (Facebook, Instagram, WhatsApp, Messenger) ont connu des difficultés vers 17H00 GMT mercredi avant de commencer à se résorber très progressivement environ six heures plus tard.

Sur la page "Facebook pour les développeurs", dédiée à ceux qui développent des applications qui interagissent avec ses services, le groupe a signalé une panne rapportée mercredi à 10h30, heure de la Californie (17h30 GMT).

Dans le même temps, le réseau social avait tweeté pour être "conscient" du fait que "certains utilisateurs" avaient des "problèmes" et promettaient de les résoudre "le plus rapidement possible". La panne a affecté les services de Facebook de différentes manières à travers le monde. À l'ouverture de Wall Street jeudi, le titre du géant américain a chuté de 2,5% avant de se redresser. À 17h00 GMT, le rendement était de 1,64%.

16h22: Facebook a commencé jeudi à restaurer ses services après une longue panne, qui a suscité des réactions à moitié amusées, à moitié endeuillées par des internautes retrouvés les réactions "dans la vraie vie" manifestement … diffusées … sur Internet, via d'autres canaux. "Nous sommes de retour!", A tweeté le compte officiel d'Instagram, une des plateformes gérées par le géant de la technologie, sur le concurrent du réseau social Twitter, à 21H41, heure de Californie (05H41 GMT).

Selon le site Web Downdetector, toutes les plateformes Facebook (Facebook, Instagram, WhatsApp, Messenger) ont vu les difficultés apparaître vers 17h00 GMT avant de commencer à se résorber environ six heures plus tard. Sur la page "Facebook pour les développeurs", dédiée à ceux qui développent les applications qui interagissent avec ses services, le groupe a signalé un échec signalé à 10h30, en Californie (17H30 GMT).

Dans le même temps, le réseau social avait tweeté pour être "conscient" du fait que "certains utilisateurs" avaient des "problèmes" et promettaient de les résoudre "le plus rapidement possible", sans préciser le lieu de l'échec. Initialement pour une période inconnue, la panne de mémoire a affecté les services de Facebook de différentes manières à travers le monde. Si la situation était revenue à la normale sur le continent américain, certaines régions d'Europe et d'Asie semblaient toujours concernées.

À l'ouverture de Wall Street jeudi, le titre du géant américain a perdu près de 2,5% avant d'atténuer légèrement les pertes plus tard. Vers 14H20 GMT, il cédait 1,94% à 170,00 dollars. L'incident a suscité de nombreuses réactions d'utilisateurs dans la "vraie vie".

"Vous la présentez comme la fin du monde alors que vous n’avez tout simplement pas accès à Facebook, que vous avez une vie réelle plutôt qu’une vie numérique", a écrit Johanna sur le site Web Downdetector. "Je prédis un + baby boom + dans neuf mois! Vous souvenez-vous de la journée où Facebook a planté et obligé les gens à prendre conscience de ceux qui les entourent?" A commenté un autre, Palmina d'Allesandro.

Sur Twitter, les publications #facebookdown ou #instagramdown abondaient, avec un ton mi-pleurant, mi-ironique. "J'ai mis mon téléphone dedans. Je suis allé chercher de l'air frais et … ça craint INSTA de revenir bientôt, la vraie vie est mauvaise", a tweeté un. "Je suis totalement perdu, laissez quelqu'un expliquer comment interagir avec les gens dans la vie réelle", a déclaré une autre complainte.
L'échec a fait le bonheur des concurrents du réseau social: son concurrent Twitter, mais également la messagerie cryptée russe Telegram qui aurait gagné trois millions d'utilisateurs au cours des dernières 24 heures, selon son fondateur Pavel Durov. Pour le groupe fondé par Mark Zuckerberg, cet échec pourrait être le plus important connu à ce jour. Cela ne résulterait pas d'une attaque par déni de service (DDoS), qui impliquerait d'inonder un service de demande de connexion destiné à ses plates-formes à 2,3 milliards d'utilisateurs.

L’incident intervient dans un contexte déjà difficile pour le géant de l’Internet, qui a appris mercredi soir l’ouverture d’une enquête criminelle ouverte par les procureurs de New York sur le partage de données personnelles avec d’autres groupes technologiques, selon le New York Times. Selon le quotidien, un grand jury a officiellement demandé à "au moins deux grands fabricants de smartphones" de fournir des informations à ce sujet, qui concerneraient des centaines de millions d'utilisateurs.

Facebook partage ou a partagé beaucoup de données personnelles avec des sociétés de technologie externes, y compris des fabricants de smartphones, afin de rendre ses services compatibles avec leurs systèmes d'exploitation, leurs applications ou leurs sites. Cela se fait par le biais de "partenariats" signés avec ces groupes. Beaucoup d’entre eux ne sont déjà plus actifs, selon Facebook. Contacté par l'AFP, Facebook a déclaré qu'il "savait que des enquêtes fédérales, y compris du ministère de la Justice, étaient en cours" et qu'il "coopère" toujours avec les enquêteurs.

Le groupe est constamment critiqué depuis le scandale de Cambridge Analytica (CA) il y a un an. Des représentants élus, des régulateurs et des enquêteurs du monde entier cherchent à savoir si Facebook a en quelque sorte dissimulé les détails de ses pratiques de partage de données.

07h37: Facebook a eu des difficultés dans la nuit de mercredi à jeudi avec un échec majeur, privant l'accès à tout ou partie des nombreux utilisateurs du monde pendant une dizaine d'heures.

Cet échec, qui pourrait être le plus important connu du groupe, n’était que l’une des préoccupations du réseau social. Le New York Times a rapporté mercredi soir qu'il était en train de mener une enquête criminelle ouverte par les procureurs à New York, sur le partage de données personnelles avec d'autres groupes technologiques.

Sur la page "Facebook pour les développeurs", dédiée à ceux qui développent les applications qui interagissent avec ses services, le groupe a signalé un échec signalé à 10h30, en Californie (17H30 GMT). Dans le même temps, le réseau social avait tweeté pour être "conscient" du fait que "certains utilisateurs" avaient des "problèmes" et promettaient de les résoudre "le plus rapidement possible", sans préciser le lieu de l'échec.

Vers 05h00 GMT, les utilisateurs se plaignaient toujours de problèmes.

Selon les témoignages circulant sur Internet ou recueillis directement par l’AFP, les difficultés étaient de nature et d’importance variables, certains utilisateurs ne pouvant pas se connecter du tout, d’autres ne pouvant ni publier ni commenter sur Facebook ou Instagram. Ses autres services, Messenger et WhatsApp, ont également rencontré des difficultés.

Alors que Facebook est soumis depuis plus de deux ans au feu des critiques sur divers sujets (données personnelles, contenu haineux, manipulations politiques, piratage, etc.), de nombreux utilisateurs ont ironisé sur Twitter. Un utilisateur a affirmé que "tout ce que Facebook détient est en panne".

Beaucoup n'ont pas caché leur frustration et ont exhorté le réseau social, parfois dans un langage grossier, à résoudre le problème le plus rapidement possible.

Sur un ton plus léger, certains étaient amusés par leur propre dépendance au réseau social, un utilisateur disant "s'ennuyer au travail" à cause de la panne, un autre expliquant avoir soudainement passé du temps avec sa famille. Le journal local de San Jose dans la Silicon Valley, berceau mondial de la technologie, est également ironique: "Facebook est en panne, le monde survivra-t-il?" Je me suis demandé le Mercury News. Selon le site internet downdetector.com, les problèmes semblaient se concentrer aux États-Unis ou au Japon, une partie de l'Europe, de l'Amérique du Sud ou de l'Australie semblant également touchée.

"Je n'ai jamais vu une panne de Facebook aussi longtemps", a déclaré un utilisateur de Downtector. Un utilisateur de la côte ouest des États-Unis a déclaré à l’AFP qu’il était incapable d’envoyer des photos via Messenger, tandis que plusieurs autres, situés sur la côte est, n’avaient pas accès aux services, lisant à la place ce message: "Facebook est inaccessible. pour la maintenance pour le moment mais vous devriez pouvoir revenir dans quelques minutes ".

L'AFP a également recueilli des témoignages d'utilisateurs français ayant également rencontré des difficultés de connexion. Facebook, qui compte 2,3 milliards d'utilisateurs, a simplement déclaré que l'échec ne venait pas d'une "attaque par déni de service", qui implique l'inondation d'un nombre de connexions de demandes de service.

En outre, des utilisateurs américains ont signalé des défaillances d’autres sites et d’applications sur Twitter, même s’il n’était pas clair si les problèmes étaient liés.

.

Mercredi 14 mars

.

20h24: Les États-Unis seraient également le premier pays touché par la panne d'électricité, suivie par le nord-ouest de l'Europe. Allemagne, Pays-Bas, Belgique, Angleterre et France. Viennent ensuite plusieurs pays d’Amérique latine et d’Asie du Sud-Est. "Nous sommes conscients des difficultés rencontrées par certaines personnes pour se connecter à Facebook et à ses services associés (Messenger, Instagram et WhatsApp, ndlr). Nous travaillons actuellement à résoudre le problème le plus rapidement possible", a déclaré le porte-parole de Facebook, LCI.

20h18: Mercredi, depuis 17 heures, les quatre sites et les applications phares de Facebook connaissent un échec massif.

Les utilisateurs rencontrent des problèmes de connexion ainsi que des bugs, en particulier lors de la publication de contenu, tels que des photos ou des commentaires, mais aussi lors de l'étape de connexion au site ou de chargement du fil d'actualités.

Le réseau social lui-même, mais aussi Instagram, Messenger et WhatsApp sont concernés, à différentes échelles et en fonction des régions. En Europe, les principaux utilisateurs concernés résident dans les régions de Paris, Londres, Berlin, les Pays-Bas et l’Italie.

Le site Downdetector répertorie des milliers de rapports de pannes de réseaux sociaux.

Facebook, dans un tweet, rassure les utilisateurs: "Nous sommes conscients que certaines personnes ont actuellement du mal à accéder aux applications de Facebook. Nous travaillons à résoudre le problème le plus rapidement possible".

20h16: Une panne mondiale affecte actuellement Facebook, Instagram et WhatsApp dans plusieurs pays, dont la France. Certaines personnes parviennent à se connecter mais certaines fonctions spécifiques ne fonctionnent pas, telles que le téléchargement de photos, l'ajout de statut, la connexion au site ou l'actualisation des pages.

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.