Nouvelles Du Monde

Anonyme avertit le gouvernement kenyan de respecter les droits des manifestants – Kenyan Wall Street

Anonyme avertit le gouvernement kenyan de respecter les droits des manifestants – Kenyan Wall Street

Avant les manifestations de jeudi « Occupy Parliament », un groupe international mais décentralisé de hackers connu sous le nom d’« Anonymous » a averti le gouvernement kenyan d’adhérer à l’État de droit en ce qui concerne la gestion des manifestations.

  • Le groupe a diffusé le message à travers les comptes de réseaux sociaux, sous la forme inquiétante d’un masque de Guy Fawkes, menaçant de dénoncer les pratiques de corruption des responsables gouvernementaux.
  • Mardi, lors des manifestations « Occupy Parliament », des centaines de manifestants ont été arrêtés et des informations ont fait état de tirs à balles réelles sur différents groupes.
  • Bien que les manifestations aient été pacifiques, la police a lancé des grenades lacrymogènes sur les manifestants, se blessant même dans certains cas.

« Il a été porté à notre attention que des discussions sont en cours au Parlement pour adopter le projet de loi de finances, qui taxera injustement les citoyens du Kenya. Les Kenyans qui tentent de manifester pacifiquement sont injustement harcelés, arrêtés et abattus à balles réelles par les forces de police sous votre commandement », commence le message d’Anonymous.

Lire aussi  10 morts et le Parlement pris d'assaut lors de manifestations généralisées au Kenya, et le président menace Nouvelles

L’activisme sur les réseaux sociaux s’est accru ces dernières semaines, les citoyens partageant les contacts de leurs députés afin de les exhorter à rejeter le projet de loi de finances lors du vote de la résolution. Cependant, une déclaration du Bureau du commissaire à la protection des données a mis en garde contre ces actes, affirmant qu’ils violaient la vie privée des individus.

“L’ODPC a établi qu’il existe une tendance récente à consolider et à partager des informations personnelles (noms, numéros de téléphone, localisation et coordonnées des membres de la famille) d’une certaine catégorie de citoyens via les plateformes de médias sociaux”, indique le communiqué.

“Le bureau souhaite conseiller aux membres du public de s’abstenir de tout partage ultérieur d’informations personnelles qui porte atteinte aux droits des individus à la vie privée”, poursuit le communiqué.

La directive n’a pas été respectée et les Kenyans en ligne ont en outre partagé les contacts du commissaire dans un acte de défi. Lors de la session parlementaire d’hier, des députés se sont plaints que les Kenyans les insultaient et que certains d’entre eux ont choisi de rester à l’écart des réseaux sociaux.

Lire aussi  Problème pour Inger Lise Hope, finaliste de "The Voice", avant la finale 2024

« Heureusement, plusieurs numéros de téléphone appartenant à des parlementaires circulent sur Internet. Bientôt, il y aura une révolte des pirates informatiques, dont beaucoup pourraient résider dans votre pays d’origine. Vos secrets ne sont peut-être plus en sécurité, et il est possible que tous ces secrets soient révélés pour montrer à quel point les membres de ce parlement sont corrompus et injustes, détournant des fonds publics à des fins personnelles », indique le communiqué d’Anonymous.

Les Anonymous sont apparus en 2003 en tant que groupe de cyberterroristes qui menaient des attaques contre des gouvernements et des institutions. Il incarne une vision anarchiste, assumant l’anonymat et des mécanismes de changement de voix qui approfondissent leur mystère. Leur implication dans l’affaire kenyane a été largement saluée par les Kenyans sur les réseaux sociaux, certains y voyant une montée en gamme de l’activisme social.

En juillet de l’année dernière, des pirates informatiques ont piraté le système d’e-citoyen – une épreuve qui a entraîné des retards et de graves perturbations dans la fourniture des services. Une attaque généralisée qui aboutirait au cas où Anonymous serait impliqué serait grave et les répercussions seraient inimaginables. On prétend même que le groupe aurait mis la main sur le Printemps arabe, qui aurait provoqué des secousses dans les gouvernements d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient.

Lire aussi  Des centaines de milliers de personnes ont disparu des comptes bancaires des Hongrois : tout ce que nous savons jusqu'à présent sur Apple Pay devient fou

Voir également:

Projet de loi de finances 2024 : le Trésor met en garde contre un trou de 200 milliards de KSh et des coupes budgétaires

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT