nouvelles (1)

Newsletter

Angleterre. L’enterrement le plus bizarre de toutes les reines !


Personne n’oubliera les obsèques d’Elizabeth II, tout comme personne n’a oublié celles de la reine Victoria. Mais il y a des funérailles et des funérailles et des funérailles. Et celle de la reine Anne, le 24 août 1714, à l’abbaye de Westminster, fait partie de celles que les Britanniques auraient souhaité oublier. Anne, successeur du seul double des rois de l’histoire d’Angleterre, Guillaume III et Marie II, et par l’Acte d’Union devint le premier souverain du Royaume-Uni, étant aussi le dernier de la dynastie Stuart, est née le 6 février, 1665. , à 11h39, selon les registres, au Palais de St. James, à Londres, quatrième fils et deuxième fille du duc d’York – qui serait James IV d’Angleterre et II d’Angleterre et d’Écosse – avec sa seconde épouse, Anne Hyde. L’amblyopie aiguë a été détectée très tôt. Elle ne sera pas épargnée par la maladie jusqu’à sa mort, surtout après son 45e anniversaire lorsqu’elle commence à subir des transformations vraiment bizarres qui se termineront horriblement le 1er août 1714, le jour de sa mort.

Cette chronique est en réalité au nombre de deux : celle d’Anne, reine, et celle de son médecin privé, le Dr. John Arbuthnot, personnage unique dans l’histoire de la Grande Ile, l’inventeur du John Bull qui, pour faciliter la conversation, est le Zé Povinho des Anglais. Mais on y va.

Ana était, depuis qu’elle était petite, eh bien, que dois-je dire ?, un peu lente. Pour cette raison, il fut bientôt influencé par sa dame d’honneur, une Saraj Jennings Churchill, épouse de John Churchill, 1er duc de Malborough. Les Churchill ont toujours été déterminés à prendre ou à contourner le pouvoir. Et, ainsi, il n’a pas fallu longtemps pour que la rumeur se répande selon laquelle celle qui, en fait, dirigeait le royaume, était Sarah et non Ana. Il y aurait beaucoup à écrire sur le règne d’Anne, mais il faudrait encore une bonne demi-douzaine de pages, et je n’osais pas les demander au Directeur. Ce qui m’amène ici, c’est surtout sa mort, puisqu’il s’agit du deuil de toute l’Angleterre.

Nous avons déjà vu que la santé de la reine Anne était précaire dès sa naissance et que ses dix-huit grossesses (dont seulement cinq sont arrivées à terme) n’ont pas aidé à maintenir une silhouette élégante. Sa mort, victime d’une invasion de streptocoques dans les vaisseaux lymphatiques et d’un érysipèle qui l’a gonflée de manière si disproportionnée qu’elle a dû être enterrée dans un cercueil carré, faisant pratiquement deux fois la taille d’une urne ordinaire, a été aussi dégoûtante que douloureuse. Depuis 1713, elle est devenue paralysée de la taille aux pieds, ses jambes se sentant comme des ballons chargés de varices, et elle souffrait de fréquentes pertes de conscience qui pouvaient durer des heures et même des jours entiers. N’ayant pas été un exemple de beauté et de grâce féminines, il avait honte de son corps et se produisait rarement en public. Le médecin. John Arbuthnot a veillé sur elle jusqu’à la remettre à l’entité divine chargée de la libérer d’un tel enfer sur Terre, n’étant pas certain de ne pas l’avoir piégée dans un autre enfer, et peut-être même pire. Sa bonne amie Sarah Churchill a commenté avec virulence après sa mort : « J’avais de bonnes intentions et je n’étais pas du tout stupide, mais personne ne peut dire que j’étais sensé ou que j’ai eu une quelconque conversation avec le moindre intérêt. Il était ignorant dans tous les domaines, à l’exception de certaines choses qu’il a apprises pendant son enfance. Et, étant si ignorante et pleine de peur, entourée de gens sans scrupules, elle a été facilement trompée et a complètement perdu son sens de l’honneur ». La chèvre!

Mais est-ce que quelqu’un a besoin d’amis de ce calibre? Honte à vous Mme. Churchill !

L’Angleterre n’a pas versé de larmes de consternation à la mort de cette reine à moitié idiote et a continué sa vie sous une nouvelle maison monarchique, celle de Hanovre, car son successeur Stuart, Sofia, est décédé deux mois avant elle et sa demi-sœur. James Francis Edward Stuart d’Anne a été tout simplement ignoré.

L’extraordinaire Dr. arbuthnot

Passons de la vie d’Anne, la reine qui a établi le style ébouriffé des maisons et des meubles qu’on appelle la reine Anne, à celle de son esculape, l’extraordinaire Dr. Arbuthnot qui, à sept heures et demie du matin du 1er août 1714, après avoir signé la nécrologie, écrivit à son ami et écrivain Jonathan Swift : « Je crois que le sommeil n’a jamais été plus le bienvenu pour une voyageuse fatiguée que la mort pour elle ». A commencer par John Bull !

John Bull est la personnification de l’Angleterre. Et donc George Bernard Shaw, qui ne perdait aucune occasion pour l’humour, l’utilisait souvent. Ventru, avec un gilet et un chapeau haut de forme, John Bull est un yeoman, ce qui, au pays de la boue glorieuse, est compris par un petit exploitant travailleur et diligent. Bien intentionné, sans ambition, plus dévoué à sa bière qu’à un sens de l’héroïsme, il a servi à se moquer d’un certain type d’Anglais, ce qui convient très bien à un certain type d’Irlandais.

Le père de John Bull était l’autre John, notre Dr. John Arbuthnot, célèbre médecin et écrivain qui a poussé Jonathan Swift, son compagnon du Scriblerus Club, fondé par l’imaginaire Scribelus, à écrire les célèbres Voyages dans plusieurs nations éloignées du monde, en quatre parties. Par Lemuel Gulliver, d’abord chirurgien, puis capitaine de plusieurs navires. Swift était également irlandais et la première version des voyages de Gulliver semble avoir eu des phrases peu flatteuses pour la reine Anne, bien que déguisées en critiques des dirigeants de Laputa, Balnibarbi, Glubbdubdrib, Luggnagg et du Japon.

L’ironie n’était en aucun cas étrangère au Dr. Arbuthnot. Né, pas par hasard, en Ecosse, il était terrifié à l’idée que sa biographie soit écrite : « La biographie est la nouvelle terreur de la mort ». Il a donc consciencieusement détruit tout ce qui pouvait laisser la possibilité perverse d’écrire sur lui aux futurs. Pourtant sa liste de titres publiés est franchement dévastatrice : Argument for Divine Providence, Taken From the Constant Regularity Observed in the Births of Both Sexes, ou Propositions for Printing a Very Curious Discourse… a Teatrise of the Art of Political Mensing, with a Abstract du premier volume, sont de bons exemples de ce dont je parle.

Le médecin. John Arbuthnot est devenu médecin de la couronne sous le règne de la reine Anne, qui, en plus de la charge de travail qu’il a fournie au pauvre médecin dans les dernières années de sa vie, a décidé de le laisser également chargé de prendre soin de Peter the Wild Boy lorsqu’il est arrivé à Londres de son Hamelin Woods, près de Hanovre. Trouvé dans la brousse, se déplaçant à quatre pattes, Peter était un petit garçon qui se contentait de grogner et se comportait comme n’importe quel animal digne de ce nom. Son arrivée en Angleterre a été un succès, entouré d’un enthousiasme populaire effusif, qui a conduit à une nouvelle satire du moqueur Swift : “La plus merveilleuse merveille qui soit jamais apparue à la merveille de la nation britannique”. En meilleure santé que son médecin et tuteur, Peter the Wild Boy a survécu à Arbuthnot de 40 ans. Bien que les chats. Littéralement.

Séquelles d’un style

L’un des nombreux héritiers du style d’écriture ironique de John Arbuthnot et Jonathan Swift était, sans doute, la vipère George Bernard Shaw. Auteur du célèbre Pygmalion.

Ils se souviennent certainement de l’histoire, passée au cinéma dans My Fair Lady. Henry Higgins, professeur de phonétique, parie avec son ami, le colonel Pickering, qu’il pourra faire passer une vulgaire fleuriste à l’accent de Cockney, Eliza Doolitle, devant une dame de la haute société en lui apprenant un accent de classe supérieure. Je me souviens de Rex Harrison sur l’écran de Cinema Europa forçant Audrey Hepburn à réciter : « La pluie en Espagne tombe principalement dans la plaine… ».
Mais lorsqu’elle monte sur scène pour la première fois, la tirade d’Eliza, qui choque le public édouardien à l’époque, est une imprécation : “Pas vraiment du tout !”

Muito cockney, j’ai peur.

Winston Churchill, dont la parente Sarah avait si peu noblement caractérisé sa grande amie la reine Anne, n’a pas assisté à la première. Quelques jours auparavant, Bernard Shaw, qui n’était pas trop amoureux de lui, lui avait envoyé deux mots avec une carte : « Je t’envoie deux invitations au cas où tu voudrais amener un ami ; c’est-à-dire si vous en avez ». Churchill a répondu avec une autre carte : « Je suis désolé de ne pas pouvoir être là. Je souhaite des billets pour une prochaine session; c’est-à-dire s’il y en a un autre ».

Muito classe supérieure, j’ai peur.

C’est pour ces raisons et d’autres qu’en Angleterre les accents distinguent les classes plutôt que les régions.
L’accent cockney, par exemple, a ce terrible son du H muet si caractéristique des classes inférieures. Le T guttural, le R labiodental et la goutte de lettres au milieu des mots signifient que l’information qui nous est donnée dans les rues de Londres par un local sympathique, c’est-à-dire s’il y en a, mérite tout le crédit. Hyde Park se transforme en Hy’Par’, Clapham en Cla’am, Leicester Square en L’ester Squa’ et Beauchamp Place en Bitcham Pliz. Le moi remplace le mon; ça devient chez; n’est pas, n’est pas ou n’a pas est simplement la même chose que n’est pas.

Le cockney est fier. C’est un Londonien de la classe ouvrière, en particulier de l’East End, bien que la légende raconte que cockney est né au son des Bow Bells, les cloches de l’église de St. Mary-le-Bow à Cheapside, qui n’est pas tout à fait dans l’East End. Le cockney est si fier qu’il existe même la Cockney Pride qui, ici au Portugal, pourrait très bien être la Saloio Pride.

En cherchant l’origine du terme cockney, on peut comprendre une telle fierté. Parmi les théories diverses et peu convaincantes, je choisis celle-ci : alors qu’un Londonien se trouvait à la périphérie de la ville et entendit un cheval hennir, il s’exclama : « Seigneur ! Comme ce cheval rit». Voici, quelqu’un lui explique patiemment qu’un cheval ne rit pas (verbe rire) mais hennit (verbe hennir). Avec la leçon fraîche dans son esprit, le même Londonien, écoutant le chant du coq le matin, demanda : « Entendez-vous le hennissement du coq ? »

Rigoureux comme seuls les Anglais savent l’être, voilà qu’ils se présentent avec une étude précise de l’audibilité des Bow Bells. Et puis il est arrivé à la conclusion que puisque tous les East Enders sont des cockneys, tous les cockneys ne sont pas des East Enders. D’où tous ceux nés dans les quartiers de Bethnal Green, Whitechapel, Spitalfields, Stepney, Wapping, Limehouse, Poplar, Millwall, Hackney, Shoreditch, Bow et Mile End (dans l’East End) pourraient être considérés comme de purs cockneys ; East Ham, Stratford, West Ham et Plaistow (en dehors de l’East End).

Il n’est pas nécessaire de confondre ce St. Mary-le-Bow, mère des Cockney, et Marylebone, que les Cockney appellent Marribun, grâce à son accent très particulier. Dans ce quartier qui appartient à la Cité de Westminster vivaient trois des scousers les plus célèbres d’Angleterre (natifs de Liverpool), John Lennon, Paul McCartney et Ringo Starr, et le plus célèbre encore Sherlock Holmes, juste là au 221 B Baker Street. Toujours pour le terme scouse, une brève enquête nous emmène à travers plusieurs ruelles. Certains disent qu’il provient du lobscouse, un mélange mijoté qui servait de plat de résistance aux marins d’autrefois ; et il y a ceux qui disent qu’il y avait autrefois un géant du Merseyside qui s’appelait Jon Scouse. Que ce Jon Scouse soit ou non une simple figure de fiction, personne ne peut le garantir en toute confiance. Mais la vérité est que, malgré l’authenticité de Baker Street, où Madame Tussaud avait son premier musée de cire et les Beatles leur célèbre Apple Boutique, 221 B n’a jamais existé et Sherlock Holmes suscite toujours des doutes. À l’époque où Arthur Conan Doyle était en vie, Baker Street se terminait au 100; quand il a commencé à grandir, 221 sont devenus une partie d’un bâtiment unique, qui comprenait de 219 à 229, sans passer par aucun type de B. L’existence de ce fils d’un Anglais obstinément ivre et d’une Irlandaise dont le seul cursus, aurait donné sa naissance un après-midi pluvieux à Édimbourg est certainement prouvée. Notamment parce qu’il a défendu avec fierté et persévérance les objectifs du Portsmouth Association Football Club avant de décider de devenir ophtalmologiste et de confondre ses lecteurs avec les exploits déductifs de son détective de la cocaïne. Et ainsi, à travers l’enterrement le plus bizarre de toutes les reines d’Angleterre, nous nous sommes promenés dans l’histoire de ce pays irrésistiblement fascinant. Ana était peut-être lente, mais elle valait bien une chronique juteuse.


Les commentaires sont désactivés.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT