nouvelles (1)

Newsletter

Alors que les vagues de chaleur et les inondations frappent les villes du monde entier, ces endroits sont des solutions pionnières – FloodList

Alors que les vagues de chaleur et les inondations frappent les villes du monde entier, Thami Croser, Université RMIT trouve quelques exemples inspirants de villes adoptant des solutions pionnières pour atténuer les impacts.

Système « mur vivant » – une carte verte de l’Europe sur le bâtiment du bureau de l’Agence européenne pour l’environnement à Copenhague. Photo La Città Vita, CC BY-SA 2.0

Le changement climatique va tout aussi mal pour les villes qu’on nous l’avait prévenu. Les conditions météorologiques extrêmes sont de plus en plus courant et grave globalement. Les villes australiennes ont enduré un numéro du récent événements désastreux.

Ça va empirer aussi. Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) fiche descriptive décrivant les impacts sur les établissements humains est une lecture qui donne à réfléchir. Il résume également succinctement la situation à laquelle les villes sont confrontées :

Risque concentré et possibilité d’action concentrée.

Cette formulation contient implicitement une vérité pleine d’espoir : l’adaptation au changement climatique est une tâche ardue, mais le « comment » n’est pas un mystère. L’opportunité est juste devant nous, dans nos rues, nos bâtiments et nos parcs. Partout dans le monde, nous assistons à une modernisation efficace des villes pour s’adapter à des conditions météorologiques plus extrêmes.

Voici quelques exemples inspirants.

Garder la ville au frais

Planter des arbres pour créer de l’ombre est une réponse évidente au temps chaud. Cependant, dans de nombreuses villes, c’est encore un lutter juste pour arrêter les pertes d’arbres. Les futurs climats chauds et secs ajouter au défi de verdissement urbain.

Medellin en Colombie est une ville qui fait des progrès inspirants sur ce front. Avec un budget de verdissement urbain de 16,3 millions de dollars, il a créé un réseau de 30 “couloirs verts” à travers la ville. Ceux-ci ont réduit les effets d’îlots de chaleur urbains de 2℃ trois ans après le début du programme. Au fur et à mesure que ces couloirs à végétation dense mûrissent, ils devraient éventuellement fournir 4 à 5 ℃ de refroidissement.

Vienne, Autriche, a eu une stratégie d’îlot de chaleur urbain en place depuis 2018. Il comprend la plantation de 4 500 arbres chaque année et subventions pour les murs végétaux donnant sur la rue.

La ville a développé une série de «rues sympas” – des espaces à circulation réduite avec des revêtements de route de couleur claire, des “douches de brouillard” qui s’activent les jours chauds, des points d’eau, des arbres d’ombrage et des fontaines à boire. Dix-huit rues fraîches ont été livrées sous forme de pop-ups, et quatre autres en place en permanence pour fournir des refuges les jours de chaleur. Vienne dispose également d’un vaste réseau de piscines publiques où les résidents peuvent se rafraîchir.

Le parc Esterhazy a été repensé en 2020 en tant que premier «parc de refroidissement» de Vienne, avec des brumisateurs abaissant la température les jours chauds. Carla Lo/Ville de Vienne

Limiter les dégâts des inondations

Les espaces verts urbains peuvent également être utiles pour intercepter et absorber les eaux pluviales afin de prévenir les inondations.

Un exemple spectaculaire est Parc Bishan-Ang Mo Kio à Singapour. C’était le site d’un canal de drainage en béton qui a été transformé en un ruisseau sinueux de 3,2 km en 2012.

Le parc de 62 hectares longeant les berges en pente douce du ruisseau dessert un quartier résidentiel densément développé. Dans des conditions humides, le ruisseau gonfle jusqu’à 100 mètres de large. Lorsque les eaux pluviales s’écoulent doucement en aval, elles s’écoulent dans le paysage.

Depuis la création du parc, le nombre de visiteurs a doublé pour atteindre 6 millions par an. La biodiversité a augmenté de 30 %.

Une version très urbaine de cette approche est la « place inondable ». Un bon exemple est celui de Rotterdam Watersquare Benthempleinune place publique en contrebas et un terrain de basket qui devient un important bassin d’eaux pluviales lorsqu’il pleut.

Benthemplein possède une série de piscines qui se remplissent après de fortes pluies, reliées par des canaux qui contrôlent les écoulements des eaux pluviales à travers la ville. Michiel Brouwer/Flickr, CC BY-NC-SA

Bien que cette approche soit gagnant-gagnant sur les grands sites de développement, il peut être délicat de moderniser les zones bâties. Heureusement, il existe de nombreuses approches plus compactes qui peuvent offrir de grands avantages lorsqu’elles sont déployées à grande échelle.

La ville de New York, par exemple, a dépensé plus d’un milliard de dollars américains pour petites solutions distribuées dans les rues inondables. Ces mesures comprennent des «jardins pluviaux» qui drainent l’eau des rues et des bassins d’infiltration qui détournent et stockent les eaux pluviales.

Les toits verts qui captent l’eau de pluie contribuent également à réduire les risques d’inondation dans les zones bâties. Encore une fois, l’approche de Rotterdam est intéressante ; tandis que la réduction des débits d’eaux pluviales est une priorité, le programme de verdissement des toits de la ville se concentre sur multifonctionnalité en intégrant des panneaux solaires, des espaces sociaux et une agriculture sur les toits. Le rétrofit “Dakakker» (ferme sur le toit) a un stockage avancé des eaux pluviales, des lits de légumes, des ruches, quelques poulets et un café populaire.

Un exemple de toit vert à l’Université Radboud, Nimègue, Pays-Bas. Photo : Antal Zuurman, CC BY-NC-ND 2.0

Bien sûr, un programme de toits verts nécessite généralement l’adhésion des propriétaires de bâtiments privés. Rotterdam subventionne propriétaires qui offrent des toits verts qui interceptent des quantités importantes d’eaux pluviales. En 2021, Rotterdam avait 46 ha de toits verts, soit environ 0,5 mètre carré par habitant.

La ville suisse de Bâle est leader mondial avec 5,7m² de toitures végétalisées par personne (à partir de 2019). Bâle a eu des incitations ainsi que des lois exigeant des toits verts depuis la fin des années 1990; cela met en évidence la valeur de la mise en place précoce de réglementations.

Le principe semble également fonctionner pour les grandes villes : Tokyo a rendu obligatoires les toits verts depuis 2000 et compte environ 250ha d’entre eux.

Qu’est-ce que cela signifie pour l’Australie ?

Nos villes restent terriblement mal préparées aux conditions météorologiques extrêmes. Mais bon nombre des approches ci-dessus commencent à apparaître en Australie. Le défi consiste à passer d’une poignée d’essais à un déploiement systématique et à grande échelle d’infrastructures pour adapter nos villes au changement climatique.

L’expérience des villes décrites ci-dessus met en évidence quelques ingrédients cruciaux.

Premièrement, les villes doivent être prêtes à investir massivement, à la fois dans de nouveaux espaces verts et dans des subventions pour encourager le verdissement par les propriétaires privés.

Deuxièmement, la réaffectation de l’espace gris existant, comme les routes et les canaux, doit être poursuivie sans crainte et systématiquement. La maire de Paris élue depuis 2014, Anne Hidalgo, est un exemple spectaculaire de la courage politique requis pour verdissement à grande échelle.

Troisièmement, la loi peut jouer un rôle réel dans l’orientation du développement, par le biais de mesures telles que l’obligation de verdir les bâtiments. Cela peut être réalisé grâce à des outils assez simples comme l’exigence de toit vert de Toyko, ou des instruments plus sophistiqués basés sur la zone qui nécessitent qu’une partie d’un développement ait des murs et/ou des toits verts. Des villes comme Seattle et Brisbane utilisent ces outils, qui sont également évoqués dans Melbourne.

Les catastrophes récentes ont mis en évidence la nécessité urgente d’accélérer l’adaptation urbaine au climat. Les coûts de ne pas agir de manière décisive pour nous protéger et protéger nos villes seront considérables, mais le livre de jeu est prêt pour nous.


La conversation

Thami CroserChargé de recherche, Centre de Recherches Urbaines, Université RMIT

Cet article est republié de La conversation sous licence Creative Commons. Lis le article original.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT