Alors que l’aide démissionne, Navjot Singh Sidhu met en garde le Congrès : il ripostera s’il est enchaîné

Le conseiller de Navjot Singh Sidhu Malvinder Singh Mali a démissionné vendredi, alors même que le chef du Congrès du Pendjab a lancé un ultimatum voilé au haut commandement du parti, déclarant qu’il lutterait contre les tentatives visant à lui refuser la liberté de prendre des décisions qui étaient bonnes pour l’État.

Des publications controversées sur les réseaux sociaux par le Mali ont déclenché une tempête au Congrès du Pendjab, attirant les critiques du ministre en chef, le capitaine Amarinder Singh.

S’exprimant lors d’une réception organisée par l’Association des commerçants et industriels d’Amritsar jeudi soir, Sidhu a déclaré : « Je n’ai jamais fait de compromis. J’ai dit au haut commandement du parti que si je remplis mes promesses et que je réponds aux espoirs du peuple, je garantirai le règne du Congrès au Pendjab pour les 20 prochaines années.

«Par je tusi manu nirnay nahin lain deyonge taan main itt naal itt kharka du. (Mais si vous ne me permettez pas de prendre des décisions, je riposterai fortement.) Il ne sert à rien d’être un cheval décoré.

Interrogé sur une réaction à la remarque de Sidhu, le secrétaire général du Congrès en charge de l’Etat Harish Rawat a déclaré qu’il ne commenterait qu’après avoir étudié le contexte dans lequel la déclaration a été faite.

« Mais je dois dire qu’il est notre honorable chef du PPCC, et si un chef du PCC n’a pas le droit de prendre des décisions, qui le fait ? » Rawat a déclaré à Delhi.

Plus tôt dans la journée, le Mali a publié une déclaration sur les réseaux sociaux, annonçant qu’il avait démissionné de son poste de conseiller de Sidhu. Il a averti que si quelque chose de fâcheux lui arrivait, le ministre en chef, le capitaine Amarinder Singh, les dirigeants du SAD Bikram Singh Majithia et Sukhbir Singh Badal, le ministre du Congrès Vijay Inder Singla, le député du Congrès Manish Tewari, BJP le leader Subhash Sharma, et les leaders de l’AAP Jarnail Singh et Raghav Chadha seraient responsables.

Ces dirigeants avaient critiqué ses messages, qui comprenaient des déclarations controversées sur le Cachemire et les talibans. Le Mali avait cependant refusé de retirer les postes.

Attaquant la direction du Congrès et Rawat sans les nommer, le Mali a déclaré que le Pendjab était devenu une mine d’or pour les hauts commandements et les responsables du Pendjab à Delhi.

Rawat a qualifié la démission du Mali de « très bonne » évolution. Il a dit que le Mali avait déjà clarifié Facebook que ses messages étaient son opinion personnelle. Jeudi, Rawat avait déclaré que Sidhu devrait licencier ces conseillers – et s’il ne le faisait pas, il (Rawat) le ferait lui-même.

Des sources ont déclaré que Sidhu avait conseillé au Mali de démissionner suite à l’intervention de la haute direction du parti. La démission est considérée comme un revers pour Sidhu, qui avait auparavant cherché à lui creuser les talons, affirmant que ses conseillers bénéficiaient de la liberté d’expression.

.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT