Allégations d'ONG: la Croatie se retire-t-elle illégalement de l'UE?

0
18

Est-ce que la Croatie, pays de l'UE, déplace illégalement des personnes en Bosnie? Vidéos masquées de la frontière extérieure verte de l'UE à ce moment-là ARD disponible. La preuve d'une ancienne accusation?

Par Srdjan Govedarica, ARD Studio Vienna

Une route forestière isolée directement à la frontière bosno-croate. Un officier de police croate dit à haute voix à un groupe de 14 membres de faire la file. Le policier a une arme à la main. On voit un autre policier donner un coup de pied à l'une des personnes. Les gens courent en rangs, la main sur l'épaule de l'homme de tête et sont poursuivis.

La scène a pris une caméra cachée et fait partie d'un package vidéo que l'organisation non gouvernementale "Surveillance de la violence à la frontière" du ARD Studio Europe du Sud-Est a fui. Les 132 vidéos montrent des groupes de personnes menés par des policiers croates à travers une route forestière en Bosnie.


Vidéos secrètement filmées

S'agit-il de déportations illégales, accusées par la police croate depuis longtemps? En septembre et octobre, au moins 368 personnes, femmes et enfants compris, ont été observées. Sur ces photos, ils sont accompagnés par diverses unités armées de la police croate, y compris la police des frontières, mais également des officiers de police portant l'uniforme des unités spéciales et d'intervention et des fusils d'assaut.

Encore et encore, vous pouvez voir comment la police entraîne des personnes et revient quelques minutes plus tard seule. Vous ne pouvez pas voir sur les vidéos où exactement les gens sont conduits – mais il est évident qu’ils doivent aller en Bosnie.

Du côté bosniaque commence ARDSon équipe recherche et trouve, en fonction de données GPS spécifiées, le chemin forestier éloigné et peu de temps après le lieu où les enregistrements ont été réalisés. Le chemin monte sur environ un kilomètre et comporte de nombreuses empreintes de pas. Il est entouré de déchets qui désignent des migrants et des réfugiés: des morceaux de téléphones portables jetés au rebut, des cartes SIM de Croatie, des vêtements, des chaussures, une tente familiale du HCR et des couvertures. Le poste frontière le plus proche est à cinq kilomètres.

Un seul objectif plausible: la Bosnie

le ARD a parlé aux activistes qui ont fait les coups cachés. Vous voulez rester anonyme. Ils souhaitaient documenter les expulsions illégales signalées par des migrants, des réfugiés et des ONG. Un des activistes décrit sa motivation comme suit:

"Je pense qu'il faut deux choses pour que le Home Office et d'autres organismes, par exemple au niveau européen, ouvrent des enquêtes officielles: l'un consiste à montrer le système, l'autre à prouver qu'il se produit réellement."

Ces vidéos prouvent-elles des déportations illégales en Bosnie? Il est certain que le territoire bosniaque peut être atteint en quelques centaines de mètres par le sentier forestier isolé que la caméra a filmé. Au milieu de la forêt, à l’écart des passages frontaliers réguliers ou de toute autre destination plausible sur le territoire croate.

La ville la plus proche du côté bosniaque est le village de Lohovo, à environ un kilomètre de l’endroit. Que les gens viennent de la forêt à maintes reprises, et dans un seul sens, tout le monde le sait ici. Gojko Stipić, retraité de 89 ans, vit directement dans la forêt: "Chaque jour, 50 personnes passent, d’en haut, elles vont et viennent à Bihac, elles ne vont pas dans la direction opposée".

Offres repoussantes?

Avec les vidéos, la recherche sur place est un signe fort que la Croatie renvoie des migrants en Bosnie via la frontière dite verte. Les accords de rapatriement en vigueur avec la Bosnie-Herzégovine ne semblent pas être une solution, ces déportations officielles ayant lieu aux points de passage frontaliers réguliers.

S'agit-il de soi-disant refoulements? Si tel est le cas, ce serait illégal, déclare Neven Crvenkovic, porte-parole de l'agence des réfugiés du HCR à Sarajevo: "Les actions de refoulement sont considérées comme illégales car elles sont en conflit direct avec les normes juridiques nationales, qui résultent de la Convention des Nations Unies sur les réfugiés. 1951, mais aussi de la Déclaration universelle des droits de l'homme. "

Les réfugiés et les migrants ont signalé ces actes depuis des mois. Aussi ce jeune homme du Pakistan: "Ils ne nous écoutent jamais, ils nous attrapent et nous repoussent et nous disent que c'est le droit allemand, le droit européen, ils nous disent – personne ne peut rester ici, s'ils nous attrapent, ils auraient nous renvoyons en Bosnie. "

Pas de réponse de la Croatie

Le ministère croate de l'intérieur a laissé un ARDDemande sans réponse. Cependant, pendant des mois, les autorités croates ont insisté pour que la police croate agisse dans le strict respect de la loi. Dans une interview accordée à la radio samedi, le ministre croate de l'Intérieur, Davor Božinović, a déclaré: "Nous sommes la frontière extérieure de l'UE, et nous appliquons bien sûr les lois nationales et européennes."

,

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.