Air France-KLM voit bientôt une décision sur une importante commande d’avions

PARIS, 29 septembre (Reuters) – Air France-KLM (AIRF.PA) vise à décider dans les prochains mois d’une commande d’au moins 80 avions moyen-courriers pour son réseau néerlandais et ses filiales budgétaires Transavia dans ce qui serait sa plus grosse transaction de flotte jamais réalisée, a déclaré son directeur général.

La compagnie aérienne franco-néerlandaise a lancé en début d’année un appel d’offres pour renouveler et étendre les flottes moyen-courriers de Boeing 737 de KLM et les opérations françaises et néerlandaises de Transavia.

Le directeur général Ben Smith a déclaré que l’accord pourrait impliquer un achat ferme de 80 avions avec des options pour 60 à 80 autres.

Les analystes ont déclaré que la concurrence était celle de Boeing (INTERDIRE) à perdre après une longue association avec KLM, mais Smith a souligné que le groupe était en pourparlers avec l’avionneur américain et son rival européen Airbus (AIR.PA). Il a dit que c’était en pourparlers parallèles avec les motoristes CFM (GE.N)(SAF.PA) et Pratt & Whitney (RTX.N).

Smith s’exprimait lors d’une cérémonie marquant l’arrivée du premier jet régional Airbus A220 dans le cadre d’un effort en plusieurs étapes visant à simplifier les flottes et à réduire les coûts unitaires du groupe.

Les prochaines compétitions seront organisées vers 2023 pour remplacer les jets moyen-courrier A320/A321 et le modèle long-courrier A330 opérant sur le réseau d’Air France, a déclaré Smith.

Pour le remplacement de l’A320, Air France serait intéressée par une éventuelle version plus longue de l’A220 de conception canadienne, si Airbus décidait d’en lancer une, a-t-il déclaré.

Le premier des 60 Airbus (AIR.PA) Des jets A220 de 148 sièges entreront sur le réseau français d’Air France-KLM à partir du 31 octobre, en commençant par des vols vers des villes comme Berlin et Madrid.

Air France commence à voir une certaine reprise des voyages d’affaires sur les lignes intérieures, mais les voyages premium restent bien en deçà des niveaux d’avant la crise, a déclaré la directrice générale de l’unité, Anne Rigail.

“Nous voyons des signes en particulier sur les routes intérieures, avec des conférences qui ont lieu notamment dans le sud de la France, mais nous sommes encore très loin des niveaux de 2019 à ce stade”, a déclaré Rigail aux journalistes interrogé sur le trafic d’affaires.

Reportage de Tim Hepher; Montage par David Clarke

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.

.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT