"Afropunk est avant tout une attitude!"

"Afropunk est avant tout une attitude!"

Après le succès des trois premières éditions de Paris, le festival Afropunk revient les samedi 14 et dimanche 15 juillet 2018 à La Villette pour une nouvelle édition. C'est une alternative à la finale de la Coupe du monde: la 4ème édition du festival Afropunk se tient ce samedi 14 juillet et le dimanche 15 juillet à la Grande Halle de la Vilette à Paris. L'événement a été créé en 2005 à New York. Les premiers concerts ont réuni une centaine de personnes, des artistes et un public afro-américain passionné de punk, alors qu'ils étaient plus associés au rap et au programme b.Au: une célébration de la scène et de l'alternative la culture noire à travers la musique mais aussi la mode, l'artisanat, la gastronomie. Un désir aussi de tordre le cou aux idées sur les artistes noirs irrémédiablement associés au hip-hop et non au punk rock ou au hardcore. Afropunk combine la diversité et l'activisme, avec un slogan "non au sexisme, au racisme, à l'homophobie, à la grossophobie". Une centaine de personnes au début et aujourd'hui des milliers de festivaliers en Angleterre, en France, en Afrique du Sud et peut-être demain en Angleterre. SANDRA NKAKÉ, était là à partir de 2015, pour la première édition du festival Afropunk à Paris. Tour à tour chanteuse et maîtresse de cérémonie, elle vient présenter son troisième album Tangerine Moon Wishes. "Parfois, c'est du jazz, mais dans le pré de jazz, nous allons vous dire que ce n'est pas du jazz, dans la pop, nous allons vous dire que c'est pas de pop … mais c'est en fait un peu de tout ça », explique cet artiste. Sandra Nkaké, présente au Afropunk Paris Festival 2018 (SANDRINE ETOA-ANDEGUE / RADIO FRANCE)
Ce qu'elle aime dans cet événement, c'est qu'elle casse les codes et les devoirs: "Oui, je pense vraiment que c'est l'endroit qui embrasse le fait que nous sommes multiples et en constante évolution", dit-elle. Et d'expliquer: "On est assigné selon le genre à faire tel ou tel style de musique, à s'exprimer de telle façon et surtout quand on est une femme et de plus quand on est une femme noire." "Très souvent, on nous pose la question: oui, mais Afropunk, ça veut dire que c'est pour les noirs? Pas du tout, c'est un festival qui est totalement ouvert, mais ça permet explique Sandra Nkaké.Non au sexisme, au racisme, à l'homophobie et aux affiches du festival engagé qui célèbre la culture noire à travers la musique, mais aussi art, mode ou cinéma. Pour ceux qui trouvent que l'esprit punk a disparu, le co-organisateur du festival, Jocelyn Cooper, ne démonte pas: "Cela dépend de votre définition du mot punk, ce ne sont pas seulement des crêtes sur la tête" "Miles Davis est punk, Spike Lee est punk, Fela est punk, on joue toujours un ou plusieurs groupes punk ou hardcore. le dernier. Et une apparence aussi, chaque année les tenues des festivaliers sont follement créatives. Cette fois, la foule du festival pourrait s'habiller en plus d'une chemise de football sur les épaules, en raison de la Coupe du monde de football. Conscients de l'enthousiasme autour de la finale de la Coupe du Monde, les organisateurs ont fait quelques changements: "Nous avons un écran géant, nous avons intégré cette finale au programme et en cas de victoire, la fête sera plus grande", explique Jocelyn Cooper. Dans la première édition, il y a quatre ans, Afropunk était à Trianon. Aujourd'hui, la 4ème édition est pleine. Plus de 7 000 festivaliers sont attendus (pour les places payées, il y a aussi un marché libre) et les organisateurs cherchent à trouver une place encore plus grande que La Villette pour l'édition 2019.
Lire aussiFonctions connexesUne lecture

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.