Affaire Adama Traoré: manifestation contre le "déni de justice"

Une nouvelle manifestation pour demander "justice pour Adama Traoré" a eu lieu ce samedi 13 octobre entre la Gare du Nord et la République. Le groupe Adama, nommé d'après le jeune homme de Beaumont-sur-Oise (Val-d'Oise) décédé le 24 juillet 2016 après son arrestation par des gendarmes, a appelé à protester après une nouvelle révélation sur cette mort. mois, une expertise médicale a établi qu'Adama Traoré était décédé des suites d'une "crise de drépanocytose", une maladie génétique à l'origine d'une insuffisance sanguine touchant plus particulièrement les globules rouges, provoquée par un "effort extrême" fourni par le jeune homme. échapper aux gendarmes. Les médecins experts nommés par le juge d'instruction excluent donc que la pression exercée par les gendarmes sur Adama Traoré au moment de son arrestation aurait pu entraîner sa mort. L'avocat de la famille le dénonce, une expertise basée sur des faits erronés. "Selon l'Etat, mon frère est mort de drépanocytose, lancé devant la procession Assa Traoré, demi-soeur du défunt et figure du comité Adama. Ils ont publié un rapport semé d'incohérences. Qui ordonne d'écrire ces mensonges à propos de nos frères qui meurent sous les coups de la police? "Dans la procession, il y a des représentants élus de la France insubordonnée, mais aussi d'Olivier Besancenot (NPA), des syndicalistes, des antifas, des banlieues comme Théo, grièvement blessé à coups de bâton arrestation à Aulnay-sous-Bois et également inculpée fin septembre pour fraude dans des bandes organisées, ou du frère de Gaye Camara, tué par un officier de police en janvier à Epinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis). "J'ai bien peur qu'il n'arrive chez mon frère" "Je ne peux pas me satisfaire d'un rapport où il est dit que tout a contribué à la mort d'Adama Traoré, à l'exception des violences policières", a déclaré le député Éric Coquerel (LFI). . "Pour nous, c’est un déni de justice, Juge Saliah, âgé de 25 ans. Quand nous avons des gendarmes qui admettent que Adam Traoré a porté le poids de leurs trois corps sur lui, il est difficile de croire qu’il n’est pas mort à cause de "Les conclusions qui ont été prises sont abominables", ajoute Daphné, une manifestante. Nous, les Noirs, savons que la drépanocytose est détectée dès la naissance. Derrière une bannière proclamant "Le déni de justice est un appel à la révolte", les manifestants ont scandé "Justice pour Adama". Puis ils ont décliné le slogan avec les noms d'autres victimes désignées des violences policières: Zyed, Bouna, Théo, Gaye, Lamine, etc. "Je crains que cela n'arrive à mon frère , "dit Shanti, un manifestant âgé de 25 ans. Nous sommes Métis et nous savons que c'est comme ça que ça se passe."

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.