Home » Aetna poursuivi en justice pour la couverture des traitements de fertilité pour les personnes LGBT +

Aetna poursuivi en justice pour la couverture des traitements de fertilité pour les personnes LGBT +

by Nouvelles
  • L’assureur a exigé que les personnes LGBT+ paient le traitement de leur poche avant d’être couvertes, selon le procès
  • Le demandeur cherche à représenter la classe de l’État des bénéficiaires du régime de santé des étudiants

(Reuters) – L’assureur-maladie Aetna Inc a été poursuivi pour avoir prétendument discriminé les bénéficiaires qui sont lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres et autres itérations d’identité de genre (LGBT +) en les obligeant à payer plus cher pour les traitements de fertilité.

Dans un recours collectif proposé déposée lundi devant un tribunal fédéral de Manhattan, la plaignante Emma Goidel a déclaré qu’elle et son conjoint avaient été contraints de dépenser près de 45 000 $ pour des traitements de fertilité en raison de la politique d’Aetna, qui obligeait les couples de même sexe à payer eux-mêmes les traitements de fertilité avant de devenir éligibles. couverture.

Un porte-parole d’Aetna, qui a été racheté par CVS Health Corp en 2018, n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Goidel est couverte par l’intermédiaire de son conjoint par le régime d’assurance maladie d’Aetna pour les étudiants de l’Université Columbia, qui offre une large couverture pour les traitements d’insémination intra-utérine (IIU) ou de fécondation in vitro (FIV), selon la plainte.

Cependant, alors que les couples qui peuvent essayer de tomber enceinte par le biais de rapports hétérosexuels peuvent bénéficier d’une couverture simplement en déclarant qu’ils ont essayé pendant six ou 12 mois, selon l’âge, les couples qui ne peuvent pas concevoir par le biais de rapports sexuels en raison de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre doivent d’abord payer de leur poche pour six ou 12 mois d’IIU, selon la plainte.

Goidel allègue qu’à partir de l’année dernière, elle et son conjoint ont payé quatre cycles d’IIU infructueux et un cycle de FIV infructueux, avant de devenir enceintes pendant un cinquième cycle d’IIU, qu’Aetna a refusé de couvrir.

Elle a dit qu’elle avait choisi l’IIU malgré les échecs précédents, en partie à cause du coût plus élevé de la FIV.

“Mme Goidel a enduré une grande détresse émotionnelle en ayant à choisir un traitement basé sur le coût, plutôt que sur sa situation personnelle et médicale en consultation avec son médecin”, a-t-elle déclaré.

“La politique discriminatoire d’Aetna est une taxe illégale sur les personnes LGBTQ qui nie l’égalité des droits des personnes LGBTQ à avoir des enfants”, a affirmé Goidel. “Au mieux, ces personnes encourent des coûts importants en raison du langage politique d’Aetna. Au pire, ces coûts exorbitants sont prohibitifs et empêchent totalement les personnes qui ne peuvent pas les assumer – de manière disproportionnée les personnes de couleur LGBTQ – de devenir enceintes et de fonder une famille. “

Le procès citait un rapport du Département des services financiers de New York en février déclarant explicitement que cette politique ressemble à la loi de l’État violée par Aetna.

Goidel dépose des réclamations en vertu des dispositions anti-discrimination de l’Affordable Care Act et des lois sur les droits de l’homme de l’État et de la ville de New York, cherchant à représenter une catégorie de personnes couvertes par les plans de santé des étudiants Aetna à New York.

L’affaire est Goidel v. Aetna Inc, US District Court, Southern District of New York, n° 21-cv-07619.

Pour le demandeur : Zoe Salzman de Emery Celli Brinckerhoff Abady Ward & Maazel ; Sunu Chandy du Centre national du droit des femmes

Pour Aetna : Non disponible immédiatement

.

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.