Abdelaziz Bouteflika est tombé, sa grande mosquée d'Alger reste inachevée

0
30

La Grande Mosquée d'Alger, cette œuvre pharaonique inachevée d'Abdelaziz Bouteflika poussée à la démission par la rue, restera le symbole de 20 ans de pouvoir absolu avec la mégalomanie et le gaspillage d'argent public à la clé.

De sa voiture, Kader regarde l'impressionnant bâtiment situé le long de l'autoroute en bouteille: "C’est vrai que c’est beau, mais pour moi, cela ne signifie rien pour cette mosquée, c’est juste un tas de cailloux", a-t-il dit à l'AFP. Djamaâ el-Djazaïr (mosquée arabe en arabe), majestueux édifice en pierre blanche, s'étend sur 20 hectares, face à la baie d'Alger qui surplombe son minaret de 265 m, présenté comme le plus haut du monde.

Dans la capitale, la silhouette du "monument" est visible pendant des dizaines de kilomètres autour. Mais il a peu de défenseurs parmi les Algériens. "La folie des grandeurs", "énorme gaspillage", la plupart d'entre eux pensent. Déjà jugé "Énorme" le coût initial du projet – 1,2 milliard d'euros est largement dépassé. Lancée en 2012, la construction, confiée à une entreprise chinoise en cours de finition, a plus de trois ans de retard.

Il y a des mosquées tous les 500 mètres dans ce pays, on n'en avait pas besoin!Zohra, 68 ansAFP

L'Algérie compte un peu plus de 20 000 mosquées, selon le ministère des Affaires religieuses.

Une centaine de mètres derrière le somptueux bâtiment, il y a une petite mosquée de quartier immaculée. Assis sur un trottoir, un front de mer septuagénaire indique à l'AFP que l'imposant dôme se développe jour après jour depuis sa fenêtre. Autour de lui se dressent de hauts gradins d'immeubles où le linge sèche sur les balcons et les façades hérissées d'antennes paraboliques. "C’est vrai, c’est un chef-d’œuvre mais (…) les hôpitaux, que nous en avons besoin "dit-il en vieux sage.

Le plus grand pays d'Afrique, y compris une grande partie du désert, l'Algérie, avec 40 millions d'habitants, est en termes de lits par habitant, meilleur que le Maroc, mais moins bien que la Tunisie, selon l'OMS. Surtout, en 2015, l’Agence nationale des établissements de santé a souligné que les centres hospitaliers universitaires (CHU) étaient hérités de la période coloniale et avaient "pour la plupart d'un siècle d'âge". Les syndicats d’agents de santé dénoncent régulièrement le manque de personnel et d’équipements dans les hôpitaux publics.

Je n'ai rien contre cette mosquée, mais ces milliards auraient pu être utilisés pour améliorer un système de santé qui en a vraiment besoinImène, médecin, 26 ansà l'AFP

Sur les réseaux sociaux, des pétitions ont été lancées pour transformer la Grande Mosquée en "le plus grand hôpital d'Algérie". Des dessins et des photomontages illustrant ce souhait circulent sur Internet.

"En Algérie, nous sommes profondément musulmans et nous ne l'oublions pas, rappelle Farida, une archéologue âgée de 60 ans. Mais tout cet argent aurait aussi pu être utilisé pour refaire la Casbah (la vieille ville) d’Alger, notre patrimoine qui tombe en ruines ".

Djamaâ el-Djazaïr, qui accueillera jusqu'à 120 000 fidèles, sera la troisième plus grande mosquée du monde, après celles de La Mecque et de Médine, les deux lieux saints de l'islam en Arabie saoudite. En plus d'une salle de prière de 20 000 m², il comprendra également une bibliothèque, un centre culturel et un établissement d’études coraniques.

"Bouteflika voulait sa mosquée, c’est tout, cette mosquée est sa marque" résumé à l’AFP Mourad, 47 ans, bord de l’eau du bâtiment, surnommé "Mosquée Bouteflika". Pour de nombreux algériens, cela symbolise le détournement de fonds publics par le chef de l’Etat déchu et ses proches, mais aussi la mégalomanie de celui qui, après 20 ans de règne, s’accroche désespérément au pouvoir malgré l’âge et la maladie. Et plus généralement, un ensemble "système" maintenant rejeté massivement dans la rue depuis le 22 février.

"Cette mosquée montre simplement qu'ils sont tous des voleurs" Assise Fella, 52 ans, très impliqué dans le mouvement de contestation. Pour elle, comme pour de nombreux observateurs, Abdelaziz Bouteflika a "voulait concourir" à la mosquée Hassan II à Casablanca, la plus grande mosquée du continent. Partiellement érigé sur la mer, c’est la fierté du Maroc, grand rival régional de l’Algérie. En Tunisie, un autre autocrate déchu, Zine el-Abidine Ben Ali, avait construit une somptueuse mosquée sur les hauteurs de Carthage, surnommé le "Mosquée Ben Ali".

"Le pire est que vous ne pouvez même pas entrer dans " Mourad indigné, près de la "mosquée Bouteflika". L'accès au monument, gardé par de nombreux policiers, est toujours interdit. De l'extérieur, seuls les allées et venues des travailleurs asiatiques et africains sont visibles. À quelques rues de là, Radia, âgée de 42 ans, balaie doucement le sol de son magasin de vêtements: "Bouteflika a fait cette grande mosquée pour lui et à partir de maintenant, il ne pourra même plus y aller pour y prier".

Lire aussi

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.