Abba à Zappa : pop, rock et musique classique en perspective en 2022 | Musique

Black Country New Road – Les fourmis de là-haut

Knotty, arty, redevable au post-rock de Slint, paré de psalmodie voix et saxo indiscipliné, le premier album de Black Country New Road, For the First Time, a été acclamé comme l’un des meilleurs de 2021 : Chaos Space Marine, le premier morceau à sortir de son suivi, suggère que les choses se poursuivent dans une veine suffisamment absconse.
Sortie le 4 février

Dave

L’un des nombreux artistes qui ont tourné tardivement un album phare de 2021 – We’re All in This Alone Together a été aussi bien accueilli que le premier album de Dave, lauréat du prix Mercury 2019, Psychodrama. Il existe un argument convaincant selon lequel il est actuellement le meilleur rappeur de Grande-Bretagne : il est difficile de penser que quelqu’un d’autre aborde des problèmes graves avec autant d’éloquence.
La tournée commence le 15 février, Motorpoint Arena Nottingham

Guns N’ Roses – Hard Skool

Pas un album, mais un EP, contenant deux nouvelles chansons – Hard Skool et Absurd, tous deux des restes de l’absurde Chinese Democracy de 2008 – mais le fait qu’il s’agisse de la première nouvelle version de GNR avec le guitariste Slash et le bassiste Duff McKagan depuis plus de 25 ans donne ça cache.
25 février

Stormzy

Tour de victoire… Stormzy. Photographie : Henry Nicholls/Reuters

Un tour de victoire tardif, la plus grande tournée jamais réalisée pour la plus grande star du rap britannique – dont trois nuits à l’O2 Arena de Londres – qui devait soutenir son album de 2019, Heavy Is the Head, mais a fini par être retardé deux fois à cause de Covid.
La tournée commence le 13 mars, Motorpoint Arena Cardiff

Midlake – Pour l’amour de Bethel Woods

Le premier album en huit ans du groupe de folk-rock américain vénéré – qui s’est apparemment réuni après que le défunt père du claviériste Jesse Chandler lui est apparu dans un rêve et lui a dit de « reconstituer le groupe ». Single pendant ce temps… est un dégustateur alléchant : une belle glisse doucement psychédélique.
18 mars

Allons manger grand-mère – Deux rubans

Jenny Hollingworth (robe verte) et Rosa Walton (veste bleue) de Let's Eat Grandma.
Rosa Walton et Jenny Hollingworth de Let’s Eat Grandma, joyeusement idiosyncratiques. Photographie : Linda Nylind/The Guardian

Trois ans après leur deuxième album studio primé I’m All Ears, le duo de Rosa Walton et Jenny Hollingworth revient. Les deux morceaux sortis jusqu’à présent les voient rester sur la voie qui les a conduits d’un étrange statut de curiosité d’adolescent à une approche joyeuse et idiosyncratique de la pop.
8 avril

Jambe mouillée – Jambe mouillée

Wet Leg a été l’une des grandes percées du rock alternatif de 2021 : la chaise longue impassible était l’un des meilleurs singles de l’année. Mais il y avait aussi une certaine nouveauté à ce sujet – la piste amusante au n ° 6 dans Festive 50 de John Peel, pour ceux qui sont assez vieux pour se souvenir de telles choses. Leur premier album éponyme devrait établir s’ils sont là pour le long terme.
8 avril

Dua Lipa

Le décalage temporel étrange causé par Covid en plein effet : voici Dua Lipa en tournée enfin le plus grand album pop de 2020, Future Nostalgia, au point où, d’ordinaire, vous penseriez à une suite. Pourtant, les chansons sont de fabuleuses confections pop-disco et compte tenu de la forte identité visuelle qu’elle a développée, on pourrait imaginer que la mise en scène sera autre chose.
La tournée commence le 15 avril, AO Arena Manchester

Michael Kiwanuka

Le lauréat du prix Mercury 2020 est l’un des meilleurs auteurs-compositeurs-interprètes britanniques : son hybride lâche, émotif et puissant de soul, de psychédélisme et de funk est extrêmement impressionnant ; ses performances live, où l’on laisse l’espace aux chansons s’étirer, sont toujours fantastiques.
La tournée commence le 6 mai, O2 Academy Glasgow

Lorde

Lorde
Interprète convaincant en direct … Lorde. Photographie : Ophélie Mikkelson

Son troisième album, Solar Power, a remporté un accueil résolument mitigé : pour chaque critique captivé par sa qualité artisanale et discrète, un autre l’a trouvé insuffisamment cuit et solipsiste. Mais c’est une artiste en direct convaincante et inventive : cela devrait être intriguant de voir ce qu’elle prépare pour cette tournée.
La tournée commence le 25 mai, O2 Academy Leeds

Abba

Pratiquement… Björn Ulvaeus, Agnetha Faltskog, Anni-Frid Lyngstad et Benny Andersson d'Abba.
Pratiquement… Björn Ulvaeus, Agnetha Faltskog, Anni-Frid Lyngstad et Benny Andersson d’Abba. Photographie : Lumière industrielle et magie/PA

La forme que prendra le retour virtuel d’Abba sur scène reste un secret bien gardé. Les “Abbatars” sont impliqués, tout comme un groupe live complet, mais pas, comme la plupart des gens semblaient le supposer, des hologrammes. Cela doit être quelque chose de spécial pour justifier le battage médiatique qui s’est accumulé autour des spectacles ces derniers mois.
La visite commence le 27 mai, Queen Elizabeth Olympic Park, Londres

Billie Eilish

Une autre artiste féminine dont l’album très attendu de 2021 l’a vue prendre délibérément du recul par rapport au climat surchauffé de la manie pop – Happier Than Ever, au son coupé, a largement dépeint le fait d’être une superstar adolescente comme une vie de misère. Reste à voir si cela étouffe le chœur des cris d’adolescents lors de ces concerts dans l’arène.
La tournée commence le 3 juin, SSE Arena Belfast

Diana Ross

Diane Ross.
Hit archive… Diana Ross. Photographie : Ross Naess

Le dernier album de Ross, Thank You, était assez horrible, mais – avec tout le respect que je vous dois – qui va voir Diana Ross en 2022 dans l’espoir d’entendre du nouveau matériel ? Mieux vaut se concentrer sur la setlist de ses dates américaines de 2020, qui était aussi remplie de Supremes et de succès de l’ère disco que tout le monde pouvait le souhaiter.
La visite commence le 10 juin, château de Cardiff

Télécharger

Un nombre impressionnant de gros frappeurs au plus grand événement métal de l’été, couvrant entièrement le front de mer du hard rock : Kiss, Iron Maiden et Biffy Clyro en tête d’affiche ; Deftones, Korn, Megadeth et Sepultura se cachent un peu plus bas dans l’addition ; si Dying Fetus, Venom Prison ou Malevolence sont plus votre truc, ils apparaissent aussi.
10-12 juin, Donnington Park, Derby

Sam Fender.
Homme du moment… Sam Fender. Photographie : Paul Whitefield

Sam Fender

La tournée des arènes britanniques de Fender au printemps affiche déjà complet, preuve d’une popularité croissante fondée sur le fait qu’il n’y a vraiment personne d’autre comme lui en ce moment : un jeune artiste qui fait du rock guitare prêt pour le stade avec un penchant politique furieux. Il y a un fort soutien à ce concert d’une capacité de 40 000 de Fontaines DC et Beabadoobee, entre autres.
15 juillet, Finsbury Park, Londres

Tous les points est/journée de terrain

Six événements sur deux week-ends, avec une programmation spectaculaire : Gorillaz, Idles, Kraftwerk, les Chemical Brothers, Tame Impala, Nick Cave, the National, Dry Cleaning, Self Esteem, Greentea Peng, Floating Points, Perfume Genius et bien d’autres encore, faisant c’est l’événement idéal pour tous ceux qui recherchent un éventail éclectique d’artistes.
19, 20, 25-28 août, Victoria Park, Londres

Fin de la route

Un seul artiste est jusqu’à présent confirmé pour End of the Road 2022 – Pixies – mais la programmation est invariablement bien organisée et éclectique, se cachant quelque part entre le rock alternatif gauche, la musique de danse folklorique et, de plus en plus, le jazz. Le cadre magnifique, avec ses paons, fait de End of the Road l’un des festivals de boutique les plus appréciés.
1-4 septembre, Larmer Tree Gardens, près de Blandford, Dorset

Le traitement

En 2022, le Curé aura 44 ans. Avec un énorme catalogue à disputer, leurs concerts sont devenus des épopées : lors de leur dernier concert, en 2019, leur set moyen comprenait 27 chansons. Ils ont sorti un nouvel album pour la dernière fois en 2008, mais deux – peut-être leur dernier – devraient sortir à un moment donné.
La tournée commence le 1er décembre, 3Arena Dublin

Rosalía – Motomani

Rosalía.
Avant-gardiste… Rosalía.

L’album 2018 de Rosalía, El Mal Querer – une fusion brillante de flamenco et de musique électronique expérimentale – a catapulté l’auteur-compositeur-interprète espagnol au rang de célébrité mondiale. Sa suite est, selon ses propres termes, “courageuse”, “très différente” et apparemment influencée par le son du reggaeton.
Date de sortie à confirmer

Arctic Monkeys

Le fait que le groupe soit en tête d’affiche des festivals de Reading et de Leeds indique qu’un nouvel album est à venir (ils ont été aperçus en train de l’enregistrer dans le Suffolk au cours de l’été). Cependant, les détails sont rares sur le suivi du Tranquility Base Hotel and Casino de 2018, une déception commerciale relative par rapport à son prédécesseur immédiat, le smash mondial multi-platine AM.
Date de sortie à confirmer

Classique et opéra

L’Ordre de Moïse

Soixante-dix ans après sa composition, l’oratorio du canado-américain Robert Nathaniel Dett « tiré des écritures et du folklore » reçoit enfin sa première représentation en Grande-Bretagne. Joshua Silverstein dirige l’Orchestre symphonique et le Chœur de la ville de Birmingham ; Chrystal E Williams et Rodrick Dixon sont les solistes.
Symphony Hall, Birmingham, 23 février

Vers la région inconnue – RVW 150

Ralph Vaughan-Williams.
Cycle symphonique… Ralph Vaughan-Williams. Photographie : Charles Hewitt/Getty Images

Pour marquer le 150e anniversaire de la naissance de Ralph Vaughan Williams, le Hallé Orchestra et le BBC Philharmonic partagent un cycle de ses neuf symphonies. Ryan Wigglesworth, Mark Elder et Andrew Davis et John Wilson sont les chefs d’orchestre, et les programmes incluent d’autres œuvres de VW, notamment Job et Toward the Unknown Region.
Bridgewater Hall, Manchester, 26 février – 12 mai

Tamara Stefanovich : 20 sonates

Tamara Stefanovitch
Imagination sans fin… Tamara Stefanovich. Photographie : Olja Radmanovitch

Une histoire de la sonate pour piano en trois récitals : la toujours imaginative Tamara Stefanovich présente un guide marathon de l’évolution de la plus significative des formes musicales. Domenico Scarlatti et Soler fournissent les points de départ baroques de son enquête, qui se prolonge jusqu’au 20e siècle avec des œuvres de Hindemith, Eisler et Ustvolskaya.
Queen Elizabeth Hall, Londres, 27 février

L’Amérique, la Belle

Pekka Kuusisto
Pas de violet qui rétrécit… Pekka Kuusisto. Photographie : Félix Broede

La pièce maîtresse de la résidence du violoniste Pekka Kuusisto avec le Scottish Chamber Orchestra est la première au Royaume-Uni de Shrink, le concerto écrit pour lui en 2019 par Nico Muhly. Il fait partie d’un programme entièrement américain qui comprend également Dissolve de Missy Mazzoli, O My Heart, Adagio for Strings de Barber et Appalachian Spring de Copland.
Holy Trinity, St Andrews, 16 mars ; Queen’s Hall, Édimbourg, 17 mars ; Mairies, Glasgow, 18 mars

Peter Grimes

Deborah Warner suit sa production très admirée de l’Opéra Royal 2019 de Billy Budd avec une autre mise en scène de Britten, qui a été vue pour la première fois à Madrid en mai dernier. Allan Clayton tient le rôle titre, avec Maria Bengtsson dans le rôle d’Ellen Orford et Bryn Terfel dans le rôle de Balstrode ; Mark Elder dirige.
Royal Opera House, Londres, 17-31 mars

État du son

Cinq jours de musique nouvelle avec les orchestres philharmonique et philharmonique de Londres, London Sinfonietta, Arditti Quartet et Bang On a Can All-Stars. Les solistes incluent Nicolas Hodges, Meredith Monk, Mark Knoop et Clare Chase, tandis que parmi la douzaine de créations figurent des œuvres de Rebecca Saunders, George Lewis, Mason Bates, Tansy Davies, Betsy Jolas, Liza Lim et Alex Paxton.
Southbank Centre, Londres, 30 mars-3 avril

Le projet Strauss

Andris Nelsons.
Poésie symphonique… Andris Nelsons. Photographie : Steven Senne/AP

Andris Nelsons dirige ses deux orchestres dans quatre concerts consacrés à Richard Strauss. Ses apparitions à Barbican avec le Gewandhaus de Leipzig se concentrent sur les poèmes symphoniques, tandis qu’au Royal Festival Hall, les programmes du Boston Symphony présentent An Alpine Symphony et la Symphonia Domestica, préfacées respectivement par les Quatre dernières chansons et des extraits de l’opéra Salomé.
Barbican, Londres EC2, 9 et 10 mai, Royal Festival Hall, Londres, 12 et 13 mai

les naufrageurs

La saison estivale de Glyndebourne s’ouvre avec la première production professionnelle en Grande-Bretagne en plus d’un demi-siècle de l’opéra le plus connu d’Ethel Smyth. Réalisé par Melly Still et dirigé par Robin Ticciati, il sera chanté pour la première fois en français, langue originale du livret, avec une distribution dirigée par Markus Brück et Clémentine Margaine. Glyndebourne Opera House, Lewes, 21 mai-24 juin

Violet

Initialement prévu pour le festival d’Aldeburgh l’été dernier, le premier opéra de Tom Coult arrive enfin sur scène, dans la production de Music Theatre Wales, mise en scène par Jude Christian. Sur un livret d’Alice Birch, c’est l’histoire d’une femme qui saisit l’opportunité d’échapper à sa vie monotone alors que le temps s’accélère autour d’elle.
Snape Maltings, Aldeburgh, les 3 et 5 juin, puis en tournée

Parsifal

Opera North fait suite à sa mise en scène de concert très réussie du cycle The Ring avec un traitement similaire du drame musical final de Wagner. Richard Farnes dirige à nouveau, avec PJ Harris comme metteur en scène cette fois-ci ; Toby Spence est Parsifal, Brindley Sherratt Gurnemanz et Katarina Karnéus Kundry.
Grand théâtre, Leeds, 4-10 juin, puis tournée jusqu’au 26 juin

Previous

Noida : un ami Facebook trompe une femme de 32 ans de Rs 42 lakh | Nouvelles de Noida

Les Knicks évitent la défaite face aux Pistons avec Alec Burks, banc

Next

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.