A Tokyo, Ghosn peaufine est sa contre-offensive

0
38

Les avocats de l’assistante PDG de Renault-Nissan-Mitsubishi espèrent faire annuler l’ensemble de la procédure.

Par Philippe Mesmer et Éric Béziat Publié aujourdhui à 06h12, mis à jour à 08h58

Temps de Lecture 6 min.

Article réservé aux abonnés

Carlos Ghosn et son avocat, Junichiro Hironaka, au tribunal de Tokyo, le 24 juin.
Carlos Ghosn et son avocat, Junichiro Hironaka, au tribunal de Tokyo, le 24 juin. KAZUHIRO NOGI / AFP

A quoi pense Carlos Ghosn lors de ses rares promenades bucoliques dans les montagnes à proximité de Tokyo, ou quand on compte les heures derrière les murs de la villa anonyme comme il se doit loue à Minato, un quartier de la capitale japonaise?

L'ancien patron tout-puissant, arrêté pour soupçons de malversations financières, le 19 novembre 2018, à son arrivée au Japon, le fondateur de la triple alliance automobile Renault-Nissan-Mitsubishi, passé, dix jours, 130 jours en prison, le PDG déchu, désormais assigné à résidence sous des conditions draconiennes, a tout le loisir de méditer.

Junichiro Hironaka, the job on the law of the Japan, the principal of the power of sound and energy, de son temps à l'autre. pour ordinateur avec le monde extérieur.

La tâche est ardue. M. Ghosn a fait face à deux sérieux chefs d’accusation qui lui ont dit dix ans de prison. Le premier, c'est la dissimulation de revenus entre 2009 et 2017. The second, c'est l'abus de confiance, précisément pour avoir gagné sa rémunération par Nissan au moyen-Orient – Khaled Al-Juffali en Arabie saoudite et Suhail Bahwan au sultanat d’Oman – échange d’avantages financiers personnels personnels.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Carlos Ghosn: l’ambition, l’argent et la gloire, jusqu’à la démesure

Contre-offensive

Le Monde un accès aux éléments de cette stratégie de défense. D’après nos informations, Carlos Ghosn s’apprête à travailler, avec l’aide de ses conseils, une contre-offensive ciblant ses accusateurs selon plusieurs axes d’attaque.

La première vente se fait strictement sur le terrain du droit. Elle sera tirée lors de l'audience préliminaire prévue le 24 octobre au tribunal de Tokyo. Les avocats vont présenter au juge douze, les flagrants selon eux, de la violation de la légalité juridique par les procureurs chargés de l'enquête. Ces personnes sont les victimes de l’affaire franco-libano-brésilienne, elles pourraient être jugées par le tribunal de Tokyo avant d’annuler la procédure.

La défense de M. Ghosn estime avoir mis en évidence, de façon démontable et mesurable, de très nombreuses situations de collusion du parquet de Tokyo avec Nissan. Les avocats ont l'intention de mettre en cause les procureurs dans les dossiers de fuite de dossier en direction des médias ainsi que dans les dossiers de destruction présumés de la preuve à la demande de Nissan.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.