A Paris, Marseille ou Lille, les citoyens appellent à "changer le système, pas le climat"

Dans la capitale, l'événement a rassemblé 14 500 personnes. Près de 80 étapes pour le climat ont eu lieu partout en France.

Derrière une bannière "Il est encore temps" En tête du cortège, quelques milliers de personnes ont pris part à la marche parisienne pour le climat, samedi 13 octobre en début d'après-midi, parmi les plus de quatre-vingts prévues à travers le pays. Un mois après la mobilisation sans précédent du 8 septembre, à la suite de la démission de Nicolas Hulot, des citoyens ordinaires ont de nouveau appelé à manifester, demandant aux associations et aux partis politiques de se placer en fin de procession.

A Paris, le rassemblement a rassemblé 14 500 personnes, selon le décompte indépendant fourni par la firme Occurence à un collectif de médias, dont Le monde. C'est moins que le 8 septembre, lorsque la mobilisation pour le climat avait réuni dans la capitale 50 000 personnes selon les organisateurs, soit 18 500 personnes, selon la préfecture de police. A Marseille, près de 500 personnes défilent à midi sur le Vieux-Port. A Lille, des milliers de personnes a également pris la rue.

Place de l'Opéra à Paris, les banderoles "Changeons le système, pas le climat" et "Chaud devant" ont repris le service, pour marcher à la place de la République. "Plus nous sommes nombreux, plus nous pouvons influencer les politiques publiques"dit Sylvaine Deport, 70 ans, de la région parisienne. Capucine et Aurélien, 35 ans, défilent avec leur fille de 3 ans sur les épaules et un bébé de 3 semaines, enveloppés dans une écharpe. "Nous ne sommes pas habitués à manifester, mais cette cause nous tient enœur "ils disent.

A lire aussi:


Climat: 80 mobilisations citoyennes organisées en France et en Europe

Un appel à l'action

Comme en septembre, lorsqu'un jeune parisien, Maxime Lelong, avait pris l'initiative de faire appel à la rue après la démission inattendue de Nicolas Hulot au poste de ministre de la transition écologique, ces marches sont organisées par des particuliers, avec le soutien de les associations.

Sous les slogans "Plus qu'une marche pour le climat" et "il est encore temps", ce mouvement citoyen espère pouvoir "Un message clair et audible pour tous" pour l’environnement et pour encourager l’action, a déclaré Danièle Migneaux, l'une des volontaires en charge de la coordination. A Paris, en plus de la marche, un "Village d'initiatives" était organisé samedi après-midi place la République.

Des réunions sont prévues dans toute la France, ainsi qu'en Guadeloupe, Martinique, Réunion, Nouvelle-Calédonie et Tahiti. En dehors de la France, les manifestations doivent avoir lieu à Genève, au Luxembourg, à Namur, à Montréal et à Montevideo, selon les organisateurs.

D'autres actions doivent avoir lieu à l'étranger à l'initiative de 350.org. Au Japon ou en Australie, des exemplaires du dernier rapport du GIEC, publié plus tôt cette semaine, doivent être distribués aux élus. Dans ce rapport de quatre cent pages, des experts du climat des Nations Unies appellent le monde à engager des transformations "Vite" et "sans précédent", s’il veut limiter le réchauffement à 1,5 ° C

Lisez notre éditorial:


Climat: il n'est pas trop tard pour réagir

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.