nouvelles (1)

Newsletter

À Montluçon (Allier), il cambriole le chantier de rénovation de la maison d’une ancienne cliente

Le prévenu est représenté par son avocat, mardi 20 septembre 2022, à la barre du tribunal correctionnel de Montluçon, mais son absence n’est pas du goût du parquet, agacé par la désinvolture de cet homme de 43 ans. « Il s’en excuse sans s’en justifier », relève le procureur de la République, Loïc Eyrignac.

Prison ferme pour un homme recherché pour un vol par ruse en Corse et interpellé à Montluçon (Allier)

Une condamnation plus sévère que les réquisitions

Celui-ci requiert douze mois de prison avec sursis probatoire de deux ans pour des vols remontant au 18 mars dernier, à Montluçon. Le tribunal sera plus sévère : les juges le condamnent à douze mois de prison dont six mois avec sursis probatoire de deux ans et révoque une peine de deux mois avec sursis prononcée par la même instance le 25 mars 2021. Il s’agissait de vols d’électricité à un voisin entre septembre 2020 et janvier 2021.

Un préjudice de plusieurs milliers d’euros

Cette fois, c’est une ancienne cliente que le prévenu a cambriolée. L’homme est auto-entrepreneur. Il a travaillé sur le chantier de rénovation d’une maison. La cliente, victime aujourd’hui, n’est pas satisfaite du résultat, met fin au contrat le 24 janvier dernier, tout en le payant intégralement.

Et, un soir d’ivresse, le 18 mars, passant devant l’habitation, il décide de vider les lieux. Tout y passe, ou presque : les meubles de cuisine à installer, l’électroménager, des matériaux et outils divers. Le préjudice s’élève à plusieurs milliers d’euros.

Le lendemain, la victime, 25 ans, arrive sur les lieux, constate les faits et appelle le commissariat. Elle pense immédiatement à cet auto-entrepreneur avec lequel les choses ne se sont pas bien terminées. Les images de vidéosurveillance confirment ses soupçons et les policiers procèdent à l’interpellation du prévenu, qui reconnaît tout.

À Montluçon (Allier), une quinquagénaire condamnée pour vols en récidive

5.744 € réclamés pour le préjudice matériel

La plupart du matériel est restituée, mais pas tout et pas forcément en bon état. La partie civile réclame 5.744 € pour le préjudice matériel, 3.000 € pour le préjudice moral, et 740 € pour le préjudice de jouissance. « Ma cliente a dû prolonger son bail de deux mois. Elle devait emménager le 17 mai », soutient Maître Thierry Gesset.

Maître Denis Cottier, pour la défense, obtient un renvoi sur intérêt civil, au 15 novembre 2022, pour évaluer de son côté le préjudice. Il avait commencé sa plaidoirie en remplissant la « mission » confiée par son client : celle de « présenter des excuses à cette dame », la victime qui était, elle, bien présente.

Seher turkmène
[email protected]

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT