A Eole-en-Beauce comme dans 30 000 communes, le moment est enfin venu d’installer le conseil municipal

0
35

Il s’agit d’un mandat exceptionnel, ouvert dans des conditions exceptionnelles, qui s’annonce pour les élus locaux qui, le samedi 23 mai, ont procédé à l’installation de leur conseil municipal, soixante-neuf jours après que les électeurs leur ont accordé la majorité absolue, du premier tour des élections municipales. Comme dans les 30.143 communes pourvues au 15 mars, les conseillers municipaux peuvent enfin élire – ils ont jusqu’au 28 mai – le maire et ses adjoints.

La mairie d’Eole-en-Beauce (Eure-et-Loir) étant trop petite pour pouvoir respecter les mesures physiques de distance, c’est dans la salle polyvalente, à quelques épis de blé de la mairie, que s Cette première La réunion physique du conseil municipal a lieu samedi. Tout était scrupuleusement respecté. A l’entrée, des masques et du gel hydroalcoolique ont été mis à disposition. Les dix-neuf conseillers municipaux, tous masqués, sont placés de part et d’autre de tables doubles, elles-mêmes séparées par une distance prescrite. Les quelques chaises réservées au public sont également espacées.

Article réservé à nos abonnés Lisez aussi Municipal: le premier tour de scrutin n’aurait pas contribué statistiquement à la diffusion du Covid-19

Les recommandations sanitaires sont d’autant mieux suivies que ce conseil d’installation est réalisé en présence de la ministre de la Cohésion territoriale, Jacqueline Gourault, accompagnée du préfet de département, Fadela Benrabia, et du député de circonscription, Philippe Vigier. Une présence que le maire sortant, Philippe Voyet ne manque pas de saluer: “Il est rare que les ministres se rendent dans une petite ville comme la nôtre [1 242 habitants]. “

“Un jour tu as attendu longtemps”

Invitée à prendre la parole, la ministre, elle-même en fonction depuis 1983, dont vingt-cinq ans à la mairie de La Chaussée-Saint-Victor (Loir-et-Cher), est consciente que “C’est un jour important pour ceux qui sont élus, d’autant plus que vous attendez depuis longtemps”. Si elle voulait assister à une réunion d’installation dans cette petite commune rurale neuve, issue de la fusion de quatre communes de Beauce en 2016, qui a été rejointe par une cinquième en 2019, c’est bien, dit-elle. Souligné, “Parce que la ruralité montre qu’elle peut évoluer et qu’elle peut travailler ensemble”.

Philippe Voyet, agriculteur de 68 ans, est l’architecte de cette fusion. Élu maire de Fains-la-Folie, 25 ans, l’une des cinq communes réunies, il est également devenu le premier maire d’Eole-en-Beauce. Il fait partie de la communauté de communes Cœur de Beauce, qui regroupe 48 communes et 25 000 habitants. Après quarante-trois ans de mandat, il décide de passer le relais à Julien Birre, un fermier de trente ans son cadet, qui était déjà son premier assistant.

Vous avez 61,52% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

https://platform.twitter.com/widgets.js

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.