A Antibes, la "colline habitée" de Jean Nouvel et Manal Rachdi

En s'offrant le futur projet Ecotone, le territoire azur de Sophia Antipolis parie sur "un triptyque d'excellence", martèle ce jour-là Jean Leonetti, président de la communauté d'agglomération devant des dizaines de personnes agglutinées devant son stand Simi.

Dans les génériques prestigieux du film du projet qui verra le jour 2022-2023, les architectes Jean Nouvel et Manal Rachdi sous la direction de la Compagnie de Phalsbourg, et Xavier Niel, patron de Free et "unifying element" qui entend installer une émanation de sa "Station F" sur la structure située à l'entrée d'Antibes.

Incubateur dédié à l'intelligence artificielle

En interaction avec le parc technologique de Sophia Antipolis, qui célèbre son cinquantième anniversaire, Jean Leonetti rêve d'Ecotone de "capitale de l'intelligence artificielle". Et pour cause, Sophia Antipolis est présélectionnée pour accueillir un Institut interdisciplinaire d’intelligence artificielle, avec un projet axé sur la santé numérique et le développement d’un territoire intelligent.

La ville hôte ne sera pas connue avant le premier trimestre 2019, mais Xavier Niel a déjà son point de vue sur le projet Ecotone, pour lequel il ambitionne de "créer un lieu avec un grand nombre d'entreprises et de startups". Le co-fondateur de l'Ecole 42 entend se focaliser sur l'aspect "incubateur", avec l'idée d'une station F dédiée cette fois à l'intelligence artificielle, permettant "d'offrir une attractivité globale à Sophia Antipolis".

Le projet Ecotone vu du ciel. © DR

La France des autoroutes

Face à toutes ces annonces futuristes, l'équipe d'architectes préconise un retour à la terre, avec un projet qui "rapproche l'homme et la nature". Si Ecotone désigne une zone de transition écologique entre deux écosystèmes, la structure imaginée par Jean Nouvel et Manal Rachdi renvoie aux racines des paysages typiques des Alpes-Maritimes.

Dès les premières images de synthèse, on pouvait croire que les deux architectes avaient fait le choix d’enterrer leur création sous la végétation. Il s’agit en fait de reconstruire un relief montagneux et de servir ainsi l’idée de "colline habitée". "Dans ce paysage que je connais si bien, il y a une vraie poésie de l'autoroute. J'ai toujours été frappé et peiné par la vision que nous avons de la France à partir des autoroutes, avec ces bâtiments parachutés sans aucun lien avec le paysage", déplore Jean Nouvel.

Continuité de la végétation sur les sols

Les intérieurs du projet Ecotone. © DR

À la livraison, Ecotone offrira la vue des automobilistes traversant l’A8 à l’entrée d’Antibes, jonction entre Nice et Cannes. Les architectes ont travaillé sur plusieurs couches et ont élevé le bâtiment dans un dialogue avec la flore et la végétation. Ils mélangent des nuances de lavande et d'orange avec des palmiers californiens "Washingtonia", qui, concède Pritzker, "ne sont pas vraiment locaux". À l’intérieur de cette colline artificielle qui veut se rapprocher de la nature, la lumière entre comme dans une passoire et le relief de la plante est projeté sur le sol par des processus chatoyants.

Les 40 000 m² d’espaces développés par la Compagnie de Phalsbourg comprendront des bureaux, des espaces de coworking, des offres d’hôtels, des restaurations et des services. Les espaces verts occuperont 56% de la parcelle, gage d'un "équilibre écologique" vanté par Jean Leonetti.

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.