À Anglet, une start-up lève plus d’un million d’euros pour développer ses planches de surf

Récemment, ils ont levé un peu plus d’un million d’euros auprès de chefs d’entreprise spécialisés dans les sports de glisse et l’industrie. « Actuellement, nous sortons 30 planches par jour. L’idée est d’accélérer les financements pour en produire plusieurs milliers dans les années à venir. Maintenant que nous avons travaillé sur la fiabilité et la performance de nos planches, nous voulons doubler le débit de production », explique Sylvain Fleury, 26 ans, l’un des deux cofondateurs de Wyve surfboards.

Exporter leur modèle à l’international

Les deux entrepreneurs, ingénieurs diplômés de l’école centrale de Lyon pour l’un et de l’école nationale supérieure de techniques avancées de l’Institut polytechnique de Paris pour l’autre, veulent continuer à fabriquer au local. « Nous réalisons les planches avec des imprimantes 3D et produisons de A à Z dans notre atelier, poursuit Sylvain Fleury. Le plastique bio est au cœur de notre planche, et pour continuer à la développer, il faut qu’elle soit hyperperformante. Le surf est désormais présent aux Jeux olympiques, il se professionnalise, l’enjeu de performance est donc important. » La devise de la jeune start-up : maximiser la performance en réduisant au minimum l’impact sur l’environnement.

Les deux entrepreneurs veulent aussi exporter leur modèle à l’étranger au Portugal et aux États-Unis, mais en gardant toujours « des ateliers au plus près de la communauté des surfeurs, notre marque de fabrique, pour faire évoluer nos produits ».

Agrandissement de l’atelier

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT