74% des conducteurs lettons perçoivent l’utilisation des réseaux sociaux au volant comme le plus grand risque

En Lettonie, 74% des conducteurs sont convaincus que le comportement le plus risqué au volant est la consommation des réseaux sociaux. Près de la moitié ou 45% des personnes interrogées soulignent les conversations sur téléphone portable au volant avec ou sans système de télécommande, mais 42% des personnes interrogées mettent l’accent sur l’ajustement du maquillage ou de la coiffure dans le miroir, selon une étude organisée par SJSC “Road Traffic Safety Direction » (CSDD) sur les raisons les plus courantes d’inattention au volant d’une voiture à la suite d’un accident.

Selon la Direction de la sécurité routière, la possibilité accrue d’avoir un accident de la route en raison de la négligence du conducteur est également associée à l’interaction avec des enfants ou des animaux domestiques (33%), manger au volant (29%) et travailler avec des systèmes de contrôle de voiture (12%).

Il est intéressant de noter que l’utilisation des réseaux sociaux au volant est la plus préoccupante pour les hommes âgés de 30 à 39 ans et les diplômés de l’enseignement supérieur vivant à Pieriga et à la campagne, ainsi que les personnes ayant des revenus supérieurs à la moyenne nationale et celles qui ne travaillent pas activement, telles que en congé parental.

Une enquête auprès des conducteurs de CSDD montre que près de la moitié ou 44% des personnes interrogées sont aidées à se concentrer en ne faisant pas d’autres activités parallèles au volant, soutenues par l’utilisation de systèmes téléphoniques mains libres (39%) et en explorant l’itinéraire avant le voyage (38%). Les conducteurs apprécieront également s’ils pensent à organiser les objets nécessaires pendant le trajet de manière à ce qu’ils soient faciles à ramasser, ainsi qu’à régler non seulement les rétroviseurs et la position du siège, mais également le contrôle thermique souhaité, etc.

21% des femmes interrogées ont admis qu’une restriction bien pensée des animaux de compagnie pendant la conduite et une préparation en temps opportun des divertissements pour les enfants pendant tout le trajet sont utiles. 43 % des conducteurs masculins interrogés essaient d’explorer l’intégralité de l’itinéraire avant de conduire, ce qui n’est le cas que de 33 % des conducteurs de sexe équitable. Allumer le téléphone en mode « ne pas déranger » ou « auto » est encore relativement impopulaire en Lettonie – seuls 10 % des personnes interrogées l’ont classé en tête du processus de préparation important.

Les automobilistes et passagers lettons sont très optimistes quant aux causes réelles des accidents de la route. Leur opinion diffère des statistiques, puisque seulement 12% des personnes interrogées admettent avoir été impliquées dans un accident de la circulation au cours des dernières semaines à un an, causé directement par la négligence du conducteur. 48% des personnes interrogées admettent n’en avoir jamais eu, tandis que 38% déclarent que cela s’est produit plus tôt que l’année dernière. Selon les données de la Direction de la sécurité routière, ce sont les femmes qui sont le plus susceptibles de croire que les accidents de la route ne se produisent jamais par négligence – plus de la moitié ou 56% pensent qu’elles n’y ont pas été impliquées.

« 2020. En 2006, près d’un tiers ou 28 % de tous les accidents de la route en Lettonie étaient directement liés à la négligence des conducteurs. Il a été étudié que la conduite parallèle augmente considérablement le risque d’accident, comme manger presque deux fois, régler les systèmes de la voiture ou utiliser un téléphone portable environ trois fois chacun, et regarder par la fenêtre jusqu’à sept fois. Nous encourageons les conducteurs à prêter toute leur attention à la route et à préparer soigneusement le processus tout au long de l’itinéraire avant de commencer le voyage », explique Ilze Šipkēvica, chef du service de communication de la direction de la sécurité routière.

Les statistiques de la police d’État montrent que 107 usagers de la route sont décédés au cours des trois premiers trimestres de cette année, le plus souvent des conducteurs et des piétons. La cause la plus fréquente de décès est une collision avec un autre véhicule (35 cas), une collision avec un piéton (25), un capotage (24) ou une collision avec un cycliste (10). Bien que le nombre de personnes blessées dans des accidents de la route ait diminué d’au moins 13% depuis 2019 (au cours des neuf premiers mois de cette année, il était de 2707 personnes, l’année dernière il était de 2852, mais en 2019 – 3119) et le nombre total de les infractions sont également en baisse et les statistiques ont continué d’augmenter ces dernières années.

Afin d’inciter les conducteurs, leurs passagers et chaque usager de la route à minimiser les risques d’accidents de la route financièrement désagréables, mettant en danger la santé ou même mettant leur vie en danger, ainsi qu’à porter toute leur attention à la voiture, la Direction de la sécurité routière organise une campagne du 6 décembre à la fin de l’année. ! ». Ce sera l’occasion de découvrir les outils, les technologies et les conseils les plus récents d’autres conducteurs à partir de leur expérience, qui et comment peuvent vous aider à éviter de conduire.

.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT