nouvelles (1)

Newsletter

44 ONG nationales et internationales appellent au renouvellement et à l’extension de la trêve au Yémen

L’accord de trêve actuel devant expirer le 2 octobre 2022, les organisations humanitaires rappellent à toutes les parties au conflit que l’avenir du peuple yéménite est entre leurs mains

En tant qu’organisations travaillant au Yémen, nous reconnaissons et applaudissons les mesures importantes prises par toutes les parties au conflit alors qu’elles continuent à œuvrer pour le maintien de la trêve. Ensemble, vous avez permis la plus longue période de calme depuis plus de sept ans, apportant soulagement et espoir au peuple yéménite. Au cours des six derniers mois, nous avons constaté une réduction de 60 % du nombre de victimes. La quantité de carburant entrant dans le port de Hudaydah a quadruplé, permettant aux hôpitaux et aux entreprises un meilleur accès au carburant, aidant à maintenir le bon fonctionnement et l’accès aux services publics, y compris les traitements médicaux essentiels. Des vols commerciaux au départ de Sanaa ont aidé 21 000 Yéménites à accéder à des soins médicaux vitaux, à poursuivre des études et des opportunités commerciales et à retrouver leurs proches à l’étranger.

L’accord de trêve actuel étant sur le point d’expirer, c’est maintenant un moment critique pour le peuple yéménite. Bien que des progrès importants aient déjà été réalisés, il faut plus de temps pour s’assurer que les Yéménites puissent commencer à se reconstruire et à retrouver leur vie. Après plus de sept ans de conflit, 23,4 millions de personnes au Yémen dépendent de l’aide humanitaire. Une trêve plus longue serait la première étape vers la construction d’une paix durable qui est essentielle pour permettre aux gens d’aller au-delà des distributions de nourriture et de renforcer leur autonomie. Il faut plus de temps pour prendre des mesures pour régler le paiement des salaires des fonctionnaires, en veillant à ce que (parmi les nombreux travailleurs du secteur public) davantage d’enseignants soient disponibles pour soutenir les enfants par le biais de l’éducation et que davantage d’infirmières et de praticiens de la santé soient là pour sauver des vies.

Alors que les pertes civiles ont diminué pendant la période de trêve, les blessures et les décès dus aux mines terrestres et aux munitions non explosées continuent d’augmenter. Une plus longue période de paix donnerait aux acteurs humanitaires des mines le temps nécessaire pour importer du matériel de déminage essentiel, former le personnel et procéder au déminage pour aider à protéger les civils, permettre aux agriculteurs de recommencer à utiliser les terres et garantir que les enfants puissent aller à l’école sans risquer leur vie. Une prolongation plus longue de la trêve serait la première étape pour continuer à tirer parti des gains des six derniers mois et créer la stabilité nécessaire pour mener à bien une assistance à plus long terme. Si le conflit redémarre maintenant, non seulement il risque de détruire les acquis déjà réalisés, mais il menace le développement futur du Yémen.

Les familles à qui nous parlons nous disent qu’elles veulent que le conflit cesse et reconnaissent que, même si la trêve n’est peut-être pas parfaite, c’est une étape cruciale sur la voie d’une paix durable. Une réduction des combats signifie que pour la première fois en plus de sept ans, les enfants ont pu commencer l’année scolaire sans crainte d’attaques, y compris celles causées par des frappes aériennes et des tirs d’obus et de missiles. Comme l’a dit un enseignant de première année : « Au cours de ces six mois, mes élèves ont commencé à changer leur perception de voir un avion voler au-dessus de nos têtes. Pour ne pas être terrifié, confus et mal à l’aise. J’espère qu’ils n’auront pas à changer leur perception pour revenir à ce qu’elle était avant ».

Flavia Melillo

Flavia Melillo
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT