nouvelles (1)

Newsletter

3 minutes de plus l’anglais a fait trébucher “Mother” dans la bataille pour “Oscar” (Review)

Le film de Zornitsa Sofia aura du mal

pour “Rose d’Or”.

Le comité se réunit pour la sélection

d’un nouveau candidat bulgare

pour le prix américain

Le film bulgare “Mother” de la réalisatrice Zornitsa Sofia Popgancheva ne participera pas à la compétition pour l'”Oscar” de l’American Film Academy en février prochain, car les règles de l’American Academy ont été violées.

La nouvelle et les détails ont été annoncés par la réalisatrice elle-même. Elle a écrit sur Facebook :

Le nuage rose avec les Oscars et les rêves à ce sujet se sont terminés pour nous hier soir. C’est arrivé avec un appel du réalisateur le plus délicat du NFC (Peter Todorov – note éd.) 5 minutes après avoir reçu une lettre de l’Académie au NFC que notre film “Mother” a environ 3-4 minutes de plus en anglais que les 50 % autorisés pour le “film international” (long métrage international).

Selon ces témoignages, nous ne sommes pas un film international malgré notre équipe internationale – des définitions qui ont changé plusieurs fois ces dernières années. J’accepte cette surprise, mais je voudrais :

1. Merci encore pour la sélection du comité estimé pour nous avoir choisis comme proposition bulgare pour les Oscars 2023, étant intéressé par les qualités du film.

2. Je vous rappelle que nulle part sur le site de

L’académie ne

explique “exactement comment”

ce discours est mesuré

et après que nous leur ayons écrit très poliment pour nous guider – si nous comptions les sous-titres ou les mots et les lettres de la langue donnée, ils nous ont répondu par “durée” et deux personnes de mon équipe avec deux chronomètres ont chacune mesuré le discours dans le film avec un résultat à peu près égal.

L’un avec 30 secondes, et l’autre collègue avec 1h35 de plus pour le discours non anglais, c’est-à-dire l’adverbe bulgare, swahili et masaï. Et nous avons livré “Mother” en direct, plus solidement comme un “film international” avec une équipe internationale et non américaine.

3. Je souhaite beaucoup de succès au prochain film bulgare qui répond à ces exigences techniques ! Parce que nous devons avoir des représentants bulgares à chaque événement cinématographique important et parce que plus il y aura de films bulgares dans le monde, plus ce sera facile pour ceux qui viendront à l’avenir.

Et le film “Mother” est toujours le même film, réalisé avec des acteurs qui se sont investis à 1000% et une équipe de ninjas de Bulgarie, Croatie et Allemagne dans des conditions assez compliquées. Qu’il y ait trois minutes de plus en anglais ou une minute et demie de plus en bulgare plus swahili,

il parle de moi

dans la langue du coeur

Le fait qu’il y ait un discours en anglais est déterminé par l’histoire authentique de l’héroïne, qui va travailler avec des enfants abandonnés au Kenya, où par hasard personne ne parle bulgare. Le film n’est pas américain non plus, pour autant que je sache. Mais selon l’Académie, ce n’est pas international non plus. Il pourrait s’agir d’un extraterrestre.

Il parle la langue du cœur principalement grâce à Daria Simeonova, Leon Luchev, Peris Wambui, Steve Mathias, Daria Dimitrova, Lamar Munene et notre merveilleuse équipe, à qui je suis éternellement reconnaissant.

Je suis désolé que l’Académie n’accepte pas de concurrencer les “films internationaux”, et je suis surtout triste car ce n’est pas pour des raisons créatives, mais à cause de certains chiffres dont personne ne sait comment ils sont obtenus et ce qu’ils signifient.

Personnellement, je pleure, car j’ai vu pour la deuxième fois après “Mila from Mars”, qui était aussi la sélection bulgare pour les Oscars, à quel point cette sélection signifie beaucoup dans notre pays – pour mon équipe et mes acteurs, pour mes voisins dans la coopérative même, pour les gens dans la rue qui me souhaitent bonne chance aux États-Unis.

En fait, choisir un représentant bulgare parmi un total de 8 films bulgares cette année est incomparable à une sélection dans un festival de catégorie A, comme nous en avons déjà deux pour le film “Mother”, où 12 films sont sélectionnés parmi plusieurs milliers de films candidats de dans le monde entier.

C’est une spécificité qui se manifeste principalement dans les milieux du cinéma, où les sélections dans les programmes de compétition des A-festivals sont une reconnaissance professionnelle, dont nous sommes reconnaissants.

Je suis au moins content que cette “surprise” soit survenue alors qu’il est encore possible de livrer un autre candidat bulgare. Je croiserai personnellement les doigts pour chaque film bulgare et pour mon prochain collègue.

Et “Mother” débutera au festival “Golden Rose” à Varna le 24 septembre, puis ce sera au programme de la compétition au Festival de Varsovie le 20 octobre, puis ce sera à Cottbus en Allemagne, puis nous ouvrirons “Kinomania ” le 17 novembre dans le hall 1 du NDK, puis c’est à La Haye.

Et nous sortons dans les cinémas du pays en janvier. La question que pose le film est “Qu’est-ce que ça fait d’avoir une mère?”

Bienvenue au cinéma !

“Mère” a été choisie comme participante bulgare à la bataille des “Oscars” par un jury de 7 membres présidé par l’actrice Maria Bakalova. Le jury était

nommé par le Centre National du Film.

Maintenant, la commission se réunira à nouveau et choisira le nouveau candidat bulgare pour “Oscar”. Ce sera l’un des films qui ont concouru la dernière fois : “Acteurs boursiers” de Georgi Kostov, “Au coeur de la machine” de Martin Makariev, “Petya on my Petya” d’Alexander Kosev, “Doucement parlé” d’Henri Kulev et ” Shakespeare comme un chien des rues” de Valery Yordanov.

C’est Teodor Ushev

téléchargé son

long métrage

de la compétition

“Mère” est inspiré d’une histoire vraie. Il raconte les vicissitudes d’une femme qui, dans son désir d’avoir des enfants, va jusqu’au Kenya en Afrique. Le personnage principal Elena a 32 ans. C’est une metteure en scène à succès, entièrement dévouée à son métier.

Un jour, elle a appris la mauvaise nouvelle qu’elle ne pouvait pas avoir d’enfants. Elena est confrontée à un choix cruel – concevoir in vitro par son chef d’orchestre bien-aimé, ou utiliser le programme de théâtre pour transformer la vie d’orphelins en Afrique lointaine. Là, Elena va redécouvrir à sa manière le pouvoir et le sens du mot « mère ».

Ainsi, une femme bulgare transformera le traumatisme de ne pas pouvoir avoir ses propres enfants en triomphe d’un type de “parentalité” différent, mais aussi important.

Les scénaristes sont Zornitsa Sofia et Miglena Dimova. Le film est une coproduction avec l’Allemagne et la Croatie. Le directeur de la photographie est Krum Rodríguez, la musique est écrite par Darko Markovic.

L’actrice Daria Simeonova joue le rôle principal. Participent également le Croate Leon Luchev et les “stars” kenyanes Peris Wam Bui et Steve Matias.

Le film a été tourné à Broadbow et dans les plus grands ghettos de Kibera à Nairobi.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT