2ème édition des vendanges à l’ancienne avec Agora et le jardin nutral de Cardu

Créée en mars 2018, l’association À présent a été très impactée par le Covid et au printemps 2020 a dû fermer son coquet petit local rue San Angelo à Bastia, lieu de belles manifestations culturelles. « Cette association avait été créée par des acteurs sociaux mais aussi artistes afin d’expérimenter et de promouvoir des initiatives culturelles et solidaires en donnant à tous les moyens de s’informer, d’échanger, de partager et de créer, au sein d’un lieu associatif ouvert à tous » explique Céline Bastelica, une des personnes à l’initiative du projet. « Le Covid nous a obligés à cesser toutes nos manifestations or chaque événement nous permettait de réaliser le suivant et d’assurer le budget nécessaire pour financer le local. Notre trésorerie étant arrivée à épuisement en juin 2020 nous ne pouvions plus honorer les charges du local et donc nous l’avons quitté. Aujourd’hui nos projets sont de continuer malgré tout l’action culturelle de l’Agora avec notamment des événements dans des lieux ouverts de type jardin, des événements artistiques dans des lieux traditionnels tels fours collectifs, pressoirs, aghje à blé ».

En juillet 2021, Cardo retrouvait ainsi ses moissons d’antan avec à la serpe Xavier Tavera de l’association Agora.
« La terre devant alterner les cultures, cette année nous moissonnons l’orge Nue d’Italie et le seigle de Ténérife Xavier Tavera explique. « Ces céréales sont issues de semences anciennes offertes par l’association « A Granella » de Ruth Stegassy et Jean Pierre Bolognini, et avec Bati Devichi, passeur de mémoire de Cardo, nous reproduisons les gestes ancestraux de la tribbiera. Cette année, en raison de la chaleur précoce, cette moisson a été avancée au 22 juin ».
Passeur de mémoire est bien le mot, car au village, non seulement les adultes s’y intéresse, mais Céline, Xavier et Bati transmettent aussi le savoir aux enfants.

« Pour moi c’est un retour aux sources » explique Bati Devichi qui, malgré son âge, manie la serpe comme au bon vieux temps. « C’est beau de voir ces enfants s’intéresser aux rites du passé. J’ai gardé tous les outils de mon père et je leur en explique l’utilisation. Autrefois nous n’avions pas d’argent, mais au village on avait tout : légumes, céréales, vignes, charcuterie. On s’en contentait ».
Et ce mercredi, les gamins ont sauté, comme à l’époque, sur les gerbes d’orge et de seigle pour en faire sortir les graines. « Une fois les graines séparées de l’épi, c’est le vent qui trie, naturellement le foin de la graine Xavier Tavera poursuit. « Celle-ci sera ensuite moulue et servira au levain pour confectionner du pain, du vrai bon pain ».

Agora est prête aussi à donner ces graines ancestrales à des particuliers pour qu’ils puissent à leur tour les semer. Quant à la paille elle servira à des éleveurs ou, pour paillage, aux jardiniers de l’association l’ortu nustrale di Cardu chère à Philippe Cardi.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT