nouvelles (1)

Newsletter

20 ans de prise en charge du VIH à Kinshasa, RD Congo : jalons, progrès et défis

Il y a exactement 20 ans, en 2002, Médecins Sans Frontières ouvrait le premier centre de traitement ambulatoire (gratuit) du VIH à Kinshasa, en RD Congo. Lorsque les portes du centre se sont ouvertes, la situation était critique : plus d’un million d’hommes, de femmes et d’enfants en RD Congo vivaient avec le VIH, mais les traitements antirétroviraux (ARV) étaient rares et inabordables. Beaucoup de choses ont changé pour les patients séropositifs depuis lors, bien que des défis importants demeurent. Un aperçu de 20 ans de soins du VIH…

Début des années 2000 : le VIH est une condamnation à mort

Au début des années 2000, le virus tuait entre 50 000 et 200 000 personnes par an dans le monde, selon l’ONUSIDA. “Pour beaucoup, l’infection par le VIH était une condamnation à mort”, a déclaré le Dr Maria Mashako, coordinatrice médicale de MSF. “Le coût du traitement antirétroviral le rendait tout simplement hors de portée pour la plupart des patients. Même MSF n’avait pas d’ARV dans les premiers mois du centre. Notre équipe ne pouvait traiter que les symptômes et les infections opportunistes. C’était très difficile.”

2002 : MSF ouvre le premier centre avec traitement gratuit du VIH

“Il y avait tellement de monde, nous avons ouvert à l’aube et fermé jusqu’à la nuit”

En tant que premier établissement de santé à Kinshasa à offrir des ARV gratuits aux patients, le centre de traitement de MSF a été rapidement envahi par des patients séropositifs nécessitant un traitement. “C’était très chargé”, se souvient le Dr Mashako, “Les consultations commençaient à l’aube et se terminaient la nuit. Il y avait tellement de patients…”

MSF a presque immédiatement commencé à soutenir d’autres centres de prise en charge du VIH

Pour améliorer l’accès aux soins et aux traitements, MSF a commencé à soutenir d’autres centres de santé et hôpitaux en offrant des tests de dépistage gratuits, l’accès aux traitements et aux soins. Rien qu’à Kinshasa, nous avons ainsi soutenu une trentaine d’établissements de santé au cours des 20 dernières années.

Modèle pilote : impliquer également les infirmières pour prescrire un traitement contre le VIH

Nos équipes ont également mis en place un modèle pilote de soins où les infirmières pouvaient prescrire un traitement et suivre les patients séropositifs. Il s’agissait d’une initiative cruciale car seule une poignée de médecins par province étaient autorisés à le faire à l’époque. En 20 ans, cet appui s’est traduit par la formation d’innombrables professionnels de santé et près de 19 000 personnes rien qu’à Kinshasa ont bénéficié d’un traitement ARV gratuit.

Prochain défi : rapprocher les soins du VIH des patients

“Ce soutien médical était bien sûr essentiel, mais pas suffisant”, explique le Dr Mashako. “Nous avions besoin de rapprocher les soins des patients, nous nous sommes donc associés au réseau national des associations de patients pour mettre en place des centres de distribution d’ARV, gérés directement par les patients.”

L’approche s’est avérée un tel succès qu’elle a finalement été incluse dans le plan national de lutte contre le VIH/SIDA de la RD Congo.

2008 : La lutte contre le VIH avancé, encore d’énormes défis dans la prise en charge du VIH

Cependant, le travail de MSF dans le pays doit être considéré dans un contexte de manque de ressources nationales et internationales pour gagner la lutte contre le VIH/sida et assurer l’accès aux traitements et aux soins pour tous.

« Lorsque nous avons créé une unité d’admission pour les soins avancés du VIH en 2008, nous n’avions jamais imaginé qu’elle serait encore pleine de patients plus d’une décennie plus tard », explique le Dr Mashako. « Au fil des années, nous avons doublé la capacité initiale en lits, mais nous devons encore installer régulièrement des tentes pour accueillir les patients. Cela reflète les défis immenses que pose encore la lutte contre le VIH/SIDA en RDCongo.

Depuis son ouverture, plus de 21 000 personnes ont été admises dans l’unité de soins ultramoderne du VIH de MSF à Kinshasa.

2022 : Des progrès énormes réalisés, mais des défis majeurs restent à relever

Au fil des ans, de grands progrès ont été réalisés dans la lutte contre le VIH/SIDA en RD Congo, et la situation actuelle est tout simplement incomparable à celle de 2002 : l’accès aux traitements s’est considérablement élargi et le nombre de nouvelles infections a diminué de moitié. Pourtant, d’énormes défis subsistent dans la lutte contre le VIH.

Un pays comme la RDCongo dépend presque exclusivement des donateurs internationaux pour lutter contre le VIH/SIDA. Mais ce soutien est insuffisant compte tenu de l’ampleur des défis.

“C’est une réalité que nous dénonçons depuis des années”, a déclaré le Dr Mashako. “Le manque de financement signifie un manque de dépistage, un manque de formation des prestataires de soins de santé, des pénuries chroniques de médicaments ou d’énormes disparités dans les services liés au VIH entre les provinces. Le VIH ne sera pas vaincu en RD Congo si les donateurs n’intensifient pas leurs efforts”.

Le soutien de MSF dans la lutte contre le VIH aujourd’hui

D’ici 2022, MSF soutiendra le ministère de la Santé dans la fourniture de soins et de services liés au VIH/sida à Kinshasa et dans six provinces : Nord-Kivu, Sud-Kivu, Maniema, Ituri, Kasaï Oriental et Kongo Central. Ce soutien est fourni sous forme de soins directs aux patients, de formation des professionnels de la santé et de fourniture de médicaments essentiels et de fournitures médicales.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT