100 jours de contrôle des talibans en Afghanistan, les femmes de plus en plus méprisées

| |

Jakarta, CNN Indonésie —

Les femmes en Afghanistan de plus en plus humilié sous contrôle Talibans qui a contrôlé le pays pendant cent jours, à partir du 15 août.

Il n’y a pas si longtemps, les talibans ont de nouveau publié une politique qui restreint les femmes.

Le Ministère de la promotion des vertus et de la prévention du crime a interdit aux chaînes de télévision d’État de diffuser des drames et des feuilletons mettant en vedette des actrices.

“Ce ne sont pas des règles, mais des directives religieuses”, a déclaré le porte-parole du ministère, Hakif Mohajir. AFP, lundi dernier (22/11).

Le groupe a également demandé aux chaînes de télévision de ne pas diffuser de films ou de programmes mettant en scène des compagnons du prophète Mahomet et d’autres personnalités islamiques respectées.

L’ordre des talibans intervient après deux décennies de développement de médias afghans plus indépendants sous le gouvernement soutenu par l’Occident.

En dehors des règles concernant les chaînes de télévision, de nombreuses femmes en Afghanistan ont le sentiment de n’avoir aucun avenir. Auparavant, les talibans prétendaient impliquer toutes les parties au gouvernement, mais cela ne s’est pas produit.

Les talibans ne comprennent que ses membres et le réseau Haqqani pour gérer le pays. Pas un seul nom féminin n’apparaît dans les rangs du gouvernement.

La circulation des femmes est de plus en plus limitée car les talibans ne leur permettent pas de travailler, limitent l’éducation et interdisent même de faire de l’exercice dans les espaces publics.

Les femmes ne sont autorisées à travailler que lorsque le travail ne peut pas être effectué par des hommes. Elles ne sont pas autorisées à entrer dans les bureaux du gouvernement car ces institutions sont dominées par les hommes.

L’un des emplois « légalisés » par les talibans est le nettoyage des toilettes sur le marché.

Les enseignantes ou conférencières, les femmes fonctionnaires et les personnes travaillant dans l’espace public sont à la fois inquiètes et effrayées. Ils doivent continuer à travailler pour survivre, mais leur vie est en danger.

Les talibans restreignent également l’accès à l’éducation des filles et des femmes. Les écoles de certaines régions n’autorisent que les garçons à entrer en classe. Au niveau universitaire, la même chose s’est produite.

Le chancelier de l’université de Kaboul, choisi par les talibans, a interdit aux femmes de poursuivre leurs études ou d’enseigner dans la prestigieuse université.

“O tous les citoyens, je fais ma promesse en tant que recteur de l’Université de Kaboul : tant qu’un véritable environnement islamique ne sera pas accessible à tous, les femmes ne seront pas autorisées à venir dans les universités ou à travailler. L’islam est la priorité absolue”, a déclaré Ghairat tard. Septembre dernier.

Le même mois, les talibans ont également interdit aux femmes de faire de l’exercice en public parce que cela n’était pas conforme à la loi islamique.

Le chef adjoint de la Commission culturelle de la Commission des talibans, Ahmadullilah Wasiq, a estimé que les femmes étaient inappropriées et inutiles pour les sports, y compris le cricket.

“Au cricket, ils seront confrontés à une situation où leur visage et leur corps ne seront pas couverts. L’Islam ne permet pas aux femmes de ressembler à ça”, a déclaré Wasiq.

L’ombre des menaces de mort pour les femmes talibanes, à lire à la page suivante…


Risque de décès pour les femmes afghanes


LIRE LA PAGE SUIVANTE

.

Previous

CORONAVIRUS aujourd’hui 25 novembre : c’est la situation

Emilie Romagne : combien sont vaccinés. Bonaccini : « 90 % de la population couverte »

Next

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.