Nouvelles Du Monde

▶ Le plus grand investissement étranger de l’histoire de la République tchèque. Le fabricant de puces agrandira son usine de Rožnov — ČT24 — Télévision tchèque

▶ Le plus grand investissement étranger de l’histoire de la République tchèque.  Le fabricant de puces agrandira son usine de Rožnov — ČT24 — Télévision tchèque

19/06/2024 Mis à jour il y a 35 minutes|Source : ČT24, ČTK, Business Insider, CNBC

Événements : Investissement record d’Onsemi (source : ČT24)

L’entreprise américaine Onsemi va étendre la production de chips dans son usine de Rožnov pod Radhoštěm. Elle prévoit d’investir deux milliards de dollars, soit 46,3 milliards de couronnes en conversion actuelle. Il s’agit de l’un des investissements étrangers les plus importants dans le pays. Outre la République tchèque, l’entreprise a également choisi entre les États-Unis et la Corée du Sud, où elle possède ses autres usines. Onsemi continuera de négocier avec le gouvernement tchèque un ensemble d’incitations à l’investissement.

“Cet investissement, non seulement en termes de montant, mais aussi en termes d’importance, d’impact sur l’industrie européenne et de portée mondiale, peut devenir l’un des investissements les plus importants jamais réalisés par la République tchèque”, a expliqué le ministre de l’Industrie et du Commerce Jozef. Síkela (STAN). Selon lui, cet investissement contribuera également à l’autosuffisance européenne en matière de production de puces.

Selon lui, l’investissement entraînera le développement des chaînes d’approvisionnement et le développement de l’enseignement technique. Cela peut également donner une impulsion à d’autres entreprises qui envisagent d’investir en République tchèque. “Il est confirmé que la République tchèque est un pays intéressant pour les investisseurs étrangers”, a-t-il déclaré.

Conférence de presse gouvernementale sur les investissements d’Onsemi en République tchèque (source : ČT24)

  • La société américaine Onsemi prévoit un investissement record d’environ 46,3 milliards de couronnes à Rožnov pod Radhoštěm.
  • Le deuxième plus grand investissement étranger en République tchèque est Hyundai Motor Manufacturing. En 2006, cela a rapporté 34,4 milliards de couronnes à Novošice dans la région de Frýdecko-Místek. Cela s’est traduit par la création d’environ 3 500 emplois.
  • En 2002, Toyota Peugeot Citroën a implanté une usine de production à Cologne pour 23,5 milliards de couronnes. L’usine a produit plus de 4 millions de voitures depuis le début de la production en 2005.
  • Le quatrième investissement étranger est également lié à l’industrie automobile. Concrètement, en 2014, le fabricant de pneus sud-coréen Nexen Tire a commencé la construction de sa première usine en Europe près de Žatec. Il a ouvert ses portes en 2019, le montant des investissements a atteint 22,764 milliards de couronnes.
  • En 2000, la société néerlandaise LG.Philips Displays a investi environ 22,526 milliards de couronnes dans l’usine d’écrans de Hranice, près de Přerov. Cependant, l’entreprise a rencontré des problèmes et a dû arrêter sa production en 2006. D’autres entreprises ont ensuite commencé à utiliser la zone.

Plus d’un millier de nouveaux emplois

Le ministre des Finances Zbyněk Stanjura (ODS) a ajouté que le gouvernement négocierait dans les prochains mois avec Onsemi la forme concrète de l’incitation à l’investissement. Il a mentionné les exonérations fiscales comme une possibilité. Il s’est toutefois dit convaincu que les incitations accordées à la République tchèque seraient rapidement restituées.

Le Premier ministre Petr Fiala (ODS) espère également que cet investissement aura un impact positif sur le marché du travail. Selon lui, le nombre d’emplois dans l’usine de Rožnov elle-même augmentera jusqu’à environ 3 000 contre 1 700 actuellement. Selon lui, la qualité des emplois dans les secteurs connexes augmentera également, ce qui pourrait entraîner une augmentation des salaires dans toute la région.

“La concurrence pour les investissements stratégiques est énorme”, a ajouté Fiala. Selon lui, plusieurs facteurs ont influencé la décision d’Onsemi d’investir en République tchèque, par exemple le fait que l’entreprise possède déjà une usine en République tchèque ou l’attractivité du pays. Il a également souligné les négociations du gouvernement avec l’entreprise. “(Les investisseurs étrangers) apprécient ce que le gouvernement tchèque leur propose, ils apprécient les nombreuses conditions que nous avons ici”, a-t-il déclaré.

Lire aussi  Une nouvelle crise énergétique à l'horizon. Les experts mettent en garde contre une forte hausse des prix de l'énergie, qui a déjà commencé

Le Premier ministre Fiala sur l’investissement Onsemi (source : ČT24)

Stanjura estime que la plupart des nouveaux emplois seront occupés par des salariés tchèques. Selon lui, Onsemi coopère déjà bien avec les universités tchèques et on peut s’attendre à ce qu’elle recrute des travailleurs pour son usine principalement sur la base de cette coopération. Síkela a ajouté que si le marché du travail tchèque n’offrait pas suffisamment d’experts, la République tchèque chercherait également des travailleurs hautement qualifiés dans d’autres pays.

« La République tchèque a une riche histoire dans la production de semi-conducteurs et de matériaux semi-conducteurs, et Onsemi a réalisé d’importants investissements dans la région au cours de la dernière décennie. Nous fabriquons également actuellement ici des plaquettes semi-conductrices en carbure de silicium », a déclaré Simon Keeton, vice-président exécutif et directeur général du groupe Power Solutions chez Onsemi.

Une fois que les incitations ont été approuvées par le gouvernement, elles doivent encore être confirmées par la Commission européenne. “Nous prévoyons que ce processus prendra environ six mois. En six mois, nous pourrions avoir tout ce qu’il faut pour mettre en œuvre le projet”, déclare le vice-président et directeur de la production Aleš Cáb. “Nous prévoyons une première augmentation de la production en 2027, puis une augmentation progressive de la capacité finale dans les années suivantes”, a-t-il ajouté.

Le directeur de la production Onsemi en République tchèque, Aleš Cáb, à un investissement important en République tchèque (source : ČT24)

Plus de six milliards par an au PIB

Onsemi prévoit qu’après l’agrandissement, l’ensemble de son usine de Rožnovsk contribuera à hauteur de plus de six milliards par an au produit intérieur brut (PIB) de la République tchèque. La nouvelle usine de Rožnov produirait des semi-conducteurs de puissance intelligents utilisés pour améliorer l’efficacité énergétique des voitures électriques, des sources d’énergie renouvelables ou des centres de données dotés d’intelligence artificielle.

“L’investissement nous permettra de couvrir toute la chaîne de production, c’est-à-dire depuis la poudre de carbure de silicium jusqu’au module de puissance final que le client installera, par exemple, dans une voiture électrique”, a expliqué Cáb.

“Grâce à l’étroite coopération avec le gouvernement tchèque, l’expansion de la production renforcerait notre production de semi-conducteurs de puissance intelligents, qui sont nécessaires pour que l’Union européenne puisse réduire considérablement ses émissions de carbone et réduire l’impact négatif global sur l’environnement”, “, a relevé le président Onsemi Hassane El-Khoury.

L’investissement dans la production de puces est également une bonne nouvelle pour l’industrie automobile dans son ensemble. Par exemple, pendant la période covid, il a souvent dû interrompre la production faute de chips. “C’est une bonne chose que nous ayons à proximité le fabricant d’un composant aussi important, ce qui signifie que nous ne risquons pas de perturber les chaînes d’approvisionnement ou les itinéraires de transport dans ce cas”, a déclaré Martin Jahn, membre du conseil d’administration de Škoda Auto.

Bunny : un excellent exemple de ce que nous devrions faire

Selon Ondřej Votruba, directeur exécutif de l’Association pour les investissements étrangers – AFI, il s’agit de l’un des investissements les plus importants de l’histoire de la République tchèque. Selon lui, cela peut par exemple conduire à l’autosuffisance industrielle. «C’est aussi une grande contribution à notre PIB, aux exportations, on a aussi parlé d’augmenter les niveaux de salaires. Les prélèvements sur les budgets publics seront énormes”, a-t-il ajouté.

Le président de la Chambre de commerce tchèque, Zdeněk Zajíček (ODS), est également convaincu qu’il s’agit d’un investissement important pour la République tchèque. “C’est un investissement clé et stratégique. Dans un domaine dans lequel nous jouons actuellement un rôle très important. À l’avenir, grâce à cet investissement, nous pourrions jouer encore plus grand”, a-t-il déclaré dans une interview accordée à ČT24. “C’est un excellent exemple de la direction que nous devrions prendre”, a-t-il ajouté.

Lire aussi  un protagoniste controversé de la politique italienne

Interview ČT24 : Président de la Chambre de commerce tchèque Zdeněk Zajíček (source : ČT24)

“Je pense que le facteur clé dans la décision a été le fait qu’il existe une tradition de production en République tchèque”, a-t-il souligné, ajoutant que la compétence des travailleurs de l’usine de Rožnov a également joué un rôle. “Un autre élément qui a motivé la décision (…), ce sont bien sûr les incitations à l’investissement”, a-t-il souligné. “Pour le moment, nous ne pouvons pas détourner les yeux du comportement des autres acteurs du marché. Ce serait mieux sans incitations à l’investissement. Mais le monde ne fonctionne pas ainsi», a souligné Zajíček.

Selon Pavel Sobíšek, analyste d’UniCredit Bank, Rožnov et ses environs ont une chance de devenir la « Silicon Valley de l’Europe centrale », et l’investissement attirera probablement davantage de secteurs de haute technologie connexes en République tchèque. L’analyste de Deloitte, David Marek, estime également que d’autres entreprises technologiques étrangères peuvent également s’inspirer. “L’avantage de cet investissement n’est pas seulement son montant extraordinaire, mais surtout le fait qu’il apporte une production à haute valeur ajoutée à l’économie tchèque, ce qui est exactement ce dont la République tchèque avait besoin depuis longtemps”, a déclaré Marek.

Le directeur exécutif de l’Association pour les investissements étrangers, Ondřej Votruba, à propos des investissements d’Onsemi (source : ČT24)

Opportunités et défis, dit le maire

“C’est une opportunité extraordinaire pour la ville. Nous sommes très satisfaits car il s’agit d’un type de production à haute valeur ajoutée et qui n’entraîne pas de lourdes charges de transport. Il sera construit au milieu de la zone industrielle existante et est construit par un partenaire qui travaille ici depuis longtemps et qui est l’un des meilleurs et des plus sérieux partenaires”, a déclaré le maire de Rožnov pod Radhoštěm, Jan Kučera. (Rožnováci indépendant).

« Évidemment, cela pose des défis. Ce sera l’arrivée de nouveaux salariés et résidents et il faudra y répondre. Nous avons préparé un plan pour environ deux milliards de couronnes et environ 42 projets qui doivent être mis en œuvre dans quatre domaines. Il s’agit des transports, du logement, de la capacité scolaire, des services publics en général et de l’espace pour la vie”, a souligné Kučera.

Selon lui, la ville prépare ses propres ressources et subventions, et souhaite également utiliser les ressources de l’État. « Le ministère de l’Industrie et du Commerce s’est montré très ouvert au débat. Nous disposons déjà d’un groupe de travail interministériel avec les ministères où se prépare la préparation de la ville à cet investissement”, a ajouté le maire.

Le maire de Rožnov pod Radhoštěm Jan Kučera à propos de l’investissement d’Onsemi (source : ČT24)

Société Onsemi

Onsemi est spécialisé dans une large gamme de puces pour diverses industries, ses produits sont conçus pour optimiser les performances et la consommation électrique en fonction des exigences actuelles.

Onsemi compte aujourd’hui environ 2 200 employés en République tchèque, qui s’occupent de la conception de circuits intégrés, de la production de cartes de silicium et de la production de puces semi-conductrices dans trois usines. L’usine principale est située à Rožnov sur le site de l’ancienne Tesla et compte environ deux mille employés.

La société mère, dont le siège est à Scottsdale, en Arizona, fabrique elle-même plus de la moitié de ses puces. Elle a investi dans une chaîne d’approvisionnement intégrée pour les semi-conducteurs en carbure de silicium, produisant à la fois des matières premières et des puces finies.

Lire aussi  Avec le smartworking -40% de dioxyde de carbone par an et par travailleur

Renforcer l’UE

Dans le domaine de la production de puces électroniques, l’Union européenne tente depuis peu de renforcer sa compétitivité aux côtés de l’Asie et des États-Unis d’Amérique. En avril 2023, l’UE a approuvé un plan pour soutenir son industrie des puces, a-t-il souligné. serveur CNBC.

L’initiative, appelée loi européenne sur les puces, vise à garantir le contrôle de la production de technologies clés et à doubler la part des microprocesseurs produits dans l’UE de 10 à 20 % du marché mondial d’ici 2030.

La loi sur les puces prévoit des investissements publics et privés d’une valeur de 43 milliards d’euros (un billion de couronnes). Son objectif est de créer des capacités de production et d’innovation à grande échelle, de préparer l’UE à d’éventuelles crises d’approvisionnement futures et d’assurer l’autosuffisance de l’Union dans le domaine des production de micropuces.

Production à Taïwan

Actuellement, une partie importante des micropuces est produite par la société taïwanaise TSMC. “Je pense qu’il s’agit d’une menace existentielle”, a déclaré à CNN David Bader, directeur de l’Institut de science des données du New Jersey Institute of Technology, à propos de la concentration de la fabrication de puces à Taiwan. La vulnérabilité des chaînes d’approvisionnement de production de puces a déjà été révélée par la pandémie de covid-19.

Il a mis en garde le serveur Business Insider contre les effets d’événements dramatiques, tels que l’invasion de Taiwan par la Chine continentale communiste, qui revendique depuis longtemps l’île. L’agence Bloomberg estime qu’une guerre contre Taiwan entraînerait une perte d’environ dix mille milliards de dollars pour l’économie mondiale, soit environ dix pour cent du PIB mondial.

« Le monde entier travaille désormais sur des dispositifs à semi-conducteurs qui alimentent tout ce que nous faisons. Que nous conduisions des voitures, parlions au téléphone, même dans nos systèmes de défense ou d’armes militaires, dans les compagnies aériennes, tout utilise des puces », a déclaré Bader. “Si la production s’arrêtait, ce serait dévastateur”, a-t-il ajouté.

Les moteurs de l’économie mondiale, qui souhaitent diversifier la production concentrée dans les usines d’une seule entreprise, sont également conscients des risques liés au manque de puces. Mais ça ne va pas très bien jusqu’à présent. TSCM prévoit elle-même d’ouvrir de nouvelles usines au Japon, en Allemagne et aux États-Unis. Selon le plan initial, la deuxième usine en Arizona devait commencer à fonctionner dès cette année, mais le démarrage du projet a été reporté à plusieurs reprises.

En 2022, le président américain Joe Biden a signé une ordonnance allouant 200 milliards de dollars (plus de 4 600 milliards de couronnes) à des investissements visant à amener les États-Unis à une position de leader dans la production de semi-conducteurs. Toutefois, selon les experts interrogés par CNN, établir de nouvelles usines n’est pas chose facile. Les gouvernements ou les entreprises doivent investir des milliards de dollars rien que dans la construction, en plus de disposer d’une main-d’œuvre suffisante possédant les compétences nécessaires.

Par conséquent, selon les experts, l’augmentation de la diversité dans la chaîne d’approvisionnement ne se produit pas assez rapidement. “Je pense que nous allons traverser une période critique au cours des prochaines années, jusqu’à ce qu’on trouve un endroit pour une grande usine comme TSMC, dans une zone géopolitiquement moins chaude que Taiwan”, estime Bader. “Au cours des prochaines années, en attendant que cela se produise, le travail va être très dur”, a-t-il souligné.

2024-06-19 21:36:25
1718826537


#grand #investissement #étranger #lhistoire #République #tchèque #fabricant #puces #agrandira #son #usine #Rožnov #ČT24 #Télévision #tchèque

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT